Contemporains

Les affreux, Chloé Schmitt (2012) Matchs de la rentrée littéraire Priceminister

Les affreux est un roman qui porte bien son nom

Genre littéraire : Roman contemporain

Thèmes abordés : Vivre après un AVC, Manque de considération, Handicap, violence

Histoire : Alfonse est contrôleur à la RATP. Un matin alors qu’il se lave les dents, il est victime d’un AVC. Sa femme partie à la boulangerie le retrouve inconscient. Chapitre après Chapitre Alfonse nous livre ses pensées. Pensées dont il est prisonnier puisqu’il ne peut plus communiquer que par des cris.

Mon avis : Tout d’abord, je tiens à remercier Priceminister pour ce livre que j’ai reçu dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire 2012. Je suis très contente de cette participation !

Je n’avais encore jamais lu de livre sur le sujet mais celui-ci m’a  fait penser à deux films. Tout d’abord, « le scaphandre et le papillon » de Julian Schnabel qui est tiré d’un livre de Jean-Dominique Bauby, Journaliste victime d’un AVC et qui a dicté son livre en clignant des yeux. Chaque clignement correspondant à une lettre.

Pour visualiser la bande-annonce, c’est par ici

J’ai vu ce film, il y a quelques temps et j’avais beaucoup aimé. C’est triste mais il y a quand même de l’espoir. Tandis que dans les affreux de Chloe Schmitt, il n’y a pas une once d’espoir. Si un petit passage mais sinon tout est très sordide.

Alfonse n’a pas eu de chance. Il a eu un AVC. On pourrait se dire : « le pauvre » mais son cauchemar ne fait que commencer. Il devient le souffre-douleur de tout le monde. Dans un première temps, celui de sa femme puis ensuite celui de son frère qui le maltraite physiquement. Je ne vous dévoile pas ce qui se passe dans la dernière partie mais je peux vous assurer que ce pauvre homme n’a vraiment pas de chance du tout…

J’ai beaucoup aimé la plume de Chloé Schmitt. J’ai ressenti toute la colère et le désespoir d’Alfonse. Un livre écrit un peu comme on parle. Ce qui est original puisque le personnage ne parle pas… C’est le monologue qu’il se fait dans sa tête.  Pour vous faire une idée voici quelques phrases que j’ai relevées :

« C’est ça le problème de toujours reporter au lendemain… Parfois le lendemain, il se pointe jamais!.. »

« On souriait con y’a pas à dire ! … On savait pas encore. Y a bien que les cons pour être heureux ! « 

« Plus on grandit, plus on se rapproche du plafond, moins y a de place pour rêver. »

« Grandir et crever. Même avec plein de choses au milieu, c’est pas une vie! … »

« Le suicide est une idée qui ne finit jamais que par elle-même »

« l’héroïsme m’était vite passé, je resterais pendouillant. »

Vous l’aurez donc compris et comme je le dis fort souvent en ce moment : « Ce livre n’est vraiment pas une tranche de rire« . Bon je l’avoue quand même, un passage m’a fait beaucoup rire. Les amis d’Alfonse, l’ammènent dans un club de strip-tease et ce passage est vraiment formidable. Glauque mais drôle.

Je préfère quand même lire un livre de quelqu’un qui a vraiment vécu cette situation, je trouve qu’il y a plus d’intérêt. Ce que je reprocherais à ce roman, c’est le côté trop « désespoir » mais c’est un parti pris de l’auteur.
Alfonse est vu comme un monstre mais finalement les vrais monstres de ce roman sont les affreux qui ne le considèrent plus comme un homme. 

Le second film que je ne peux que vous conseiller sur le sujet est Mar adentro d’Alejandro Amenabar avec Javier Bardem. Ce film retrace l’histoire vraie de Ramon Sampedro devenu tétraplégique à la suite d’un accident. J’ai préféré celui-ci mais l’autre (« le scaphandre et le papillon« ) se rapproche d’avantage du roman « les affreux« . Le film d’Alejandro Amenabar traite de manière très juste l’euthanasie où le droit de choisir sa mort.  Vous trouverez la bande-annonce ci-dessous

Je sais que ce ne sont pas les sujets les plus gais du monde mais je pense qu’il est important de se faire une opinion dessus.

Ce livre s’adresse : à ceux qui aiment les romans écrits comme parlés. (tout le monde n’aime pas forcément mais c’est un style que j’apprécie)

Note sur l’échelle livresque : 14/20

En lisant ce livre j’ai pensé : que c’était bien écrit. J’apprécie beaucoup le style de chloé Schmitt, c’est un premier roman très prometteur. 

Le lien pour vous procurez le livre 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Les affreux, Chloé Schmitt (2012) Matchs de la rentrée littéraire Priceminister »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s