Contemporains·Coups de coeur

Point cardinal,Léonor De Récondo (2017)

Point cardinal Léonor De RecondoAprès mon coup de coeur pour « amours » De Léonor De Récondo, j’ai été ravie de retrouver la plume de l’auteur avec « Point Cardinal » son dernier roman qui traite du changement de sexe. Laurent est une femme, il en est sûr. Déguisé en Mathilde, il se sent lui-même mais pas tout à fait, il reste déguisé. Il veut être femme tout le temps. Marié à Solange et père de deux enfants, ce changement soudain n’est pas au goût de tout le monde et au sein de la famille certains l’acceptent mieux que d’autres.

Dans ce roman l’auteur, nous livre le point de vue de Laurent. Le lecteur est dans la peau de cet homme qui n’est pas un homme mais bien une femme. au fil des pages, nous nous rendons compte du courage dont Laurent fait preuve pour oser être soi.
Dans certains chapitres, l’auteur donne également la parole aux membres de sa famille et plus particulièrement son épouse, procédé qui permet d’aborder de différents points de vue la transformation de Laurent.

Point Cardinal est un livre sur l’acceptation de soi et la tolérance. Oscar Wilde disait : « soyez-vous même, les autres sont déjà pris » Malheureusement dans notre société être soi-même n’est pas toujours simple. Un livre qui nous rappelle que nous avons encore des combats à mener.

J’ai posté une photo sur Instagram et Julie Les petites lectures de Scarlett, mon clone belge ou alors je suis son clone français 😉 a décidé de faire une Lecture commune. Merci beaucoup Julie. Comme toujours (enfin presque) nous avons été sur la même longueur d’onde. Je l’ai lu d’une traite tout comme toi.

Point Cardinal est ma 6eme lecture dans le cadre des 1% de rentrée littéraire et c’est un coup de coeur

challenge2017-768x538

coup-de-coeur

Contemporains·Humour

Making of, Xavier Durringer (2017)

LePassage-Making_of-1e_couverture-RVB.jpgDans Making of, Xavier Durringer nous fait découvrir l’envers du décor d’un tournage de cinéma. Un tournage qui a lieu en corse dans un coin paumé et durant lequel rien ne se passe comme prévu. Les galères s’accumulent. Le producteur a imposé un ex-taullard dans le rôle du gangster et le réalisateur ne voit pas cet impératif d’un très bon oeil, surtout quand le gangster en reconversion juge bon de ne pas dire son texte et fait des commentaires désagréables sur le film. Décidément la vie de réalisateur n’a rien de tranquille et il faut savoir composer avec des acteurs aux souhaits improbables et des techniciens aux blagues vaseuses.

Making of est un livre intéressant qui fait découvrir plus en détails le monde du cinéma, l’auteur étant cinéaste, le livre sent le vécu. J’ai apprécié découvrir les différents métiers du cinéma et plus particulièrement celui de réalisateur que je connaissais finalement très mal.
Making of, c’est également une comédie qui saura vous divertir. Des chapitres courts avec des cliffhanger qui donnent envie de poursuivre la lecture jusqu’à la dernière page sans poser le livre. Un livre qui sent la vraie vie avec des personnages qui ne sont pas stéréotypés. Finalement n’est-ce pas ce que cherche un auteur ? ou un réalisateur ? reproduire la vraie vie ? Pari réussi avec Making Of.

Je remercie L’auteur, Les éditions Le Passage et Babelio pour l’envoi de ce livre.

Ce livre est également ma 5eme lecture dans le cadre du Challenge 1% de rentrée littéraire ! On y croit ! plus qu’un livre et j’aurais lu 1% de rentrée littéraire puisque cette année, il faut lire 6 livres !!!

challenge2017-768x538

Contemporains·Coups de coeur

Mon étincelle, d’Ali Zamir (2017)

Mon-etincelle

Dans « Mon étincelle » Ali Zamir dresse le portrait d’une jeune fille comorienne à bord d’un avion et victime de turbulences au sens propre comme au figuré. Elle est tiraillée entre deux amours et ne sait lequel choisir. Sa propre histoire s’entremêle avec celle de Douceur et Douleur, ses parents. Sa mère lui raconte l’histoire d’amour qu’elle a vécu avec son père quand elle avait son âge.

Mon étincelle ne rentre dans aucune case et ne peut être comparé à aucun livre que j’ai lu jusqu’à présent. J’ai aimé ce style et cette écriture unique. Je pense qu’Ali Zamir fait partie de ses écrivains qui ne laissent pas indifférent, soit le lecteur adhère et adore, soit ça ne passe pas. En ce qui me concerne j’ai adoré autant pour ce style unique que pour les sujets abordés : le premier amour et les histoires de famille. Un livre qui nous fait également voyager aux Comores et à Madagascar et nous permet d’en apprendre un peu plus sur la vie là-bas. Un livre plein de poésie et de bons mots. Je n’avais pas lu le premier roman de l’auteur « Anguille sous roche », mais je compte me le procurer rapidement.

J’ai lu ce livre dans le cadre du challenge 1% de rentrée littéraire. C’est ma 3eme lecture et un gros coup de coeur.

challenge2017-768x538

enorme-coup-de-coeur

Contemporains

Une robe couleur de vent, (2017)

Une-robe-couleur-de-ventAprès avoir eu un gros coup de coeur pour « un amour vintage » je me faisais une joie de retrouver un univers vintage, malheureusement, je dois avouer que ce roman m’a ennuyée de bout en bout. Dans ce roman, nous suivons le quotidien de Fabia Moreno, une jeune femme qui élève seule sa fille. Elle vient de s’installer à York et d’ouvrir une boutique de vêtements vintage. Fabia y propose également des créations inspirées du vintage. Contrairement à « un amour vintage » l’histoire ne met pas trop l’accent sur les vêtements  vintage. Ce point m’a donc un peu déçu. Une robe couleur de vent est davantage une histoire de famille qu’un roman sur l’amour du vintage.

J’ai bien aimé le personnage d’Ella mais j’ai trouvé qu’il ne se passait pas grand chose dans ce roman. J’attendais des rebondissements et des réponses à mes nombreuses questions. J’ai beaucoup aimé le côté un peu mystique et mystérieux de ce roman mais je trouve que malheureusement, c’est mal exploité et que l’auteur ne va pas au bout de ses idées… Il manque quelque chose. Je trouve que la fin est bâclée, tout est raconté dans les dix dernières pages. Depuis quelques temps, quand je n’accroche pas à un roman, j’arrête ma lecture. J’ai poursuivi ma lecture car je trouvais le roman bien écrit. J’étais curieuse de savoir ou l’auteur voulait en venir mais la fin m’a terriblement déçue. Nous avions programmé une lecture commune avec Julie du blog « Les petites lectures de Scarlett » et j’étais curieuse d’avoir son avis sur ce livre. Julie a beaucoup aimé cette lecture et pour une fois nous ne sommes pas du même avis. Je dois avouer que je trouvais un peu flippant  que nous soyons toujours du même avis. Ce livre ne m’était pas destiné, c’est un rendez-vous manqué. L’éditeur le classe en roman feel-good, mais je ne partage pas cet avis car il y a trop de drame et pas tellement d’espoir.

Une robe couleur de vent est mon second livre du challenge 1% de rentrée littéraire et ma première déception.

Contemporains·Coups de coeur

De l’influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles, Jean-Michel Guenassia (2017)

CVT_De-linfluence-de-David-Bowie-sur-la-destinee-des-_2946

Je voulais absolument débuter ma rentrée littéraire par ce roman. Quand Julie Les petites lectures de Scarlett, m’a proposé des lectures communes pour la rentrée littéraire, je lui ai donc tout naturellement proposé ce titre. Nous avions déjà fait une lecture commune l’année dernière avec La valse des arbres et du ciel en compagnie du même auteur. Je tiens à la remercier pour nos discussions animées qui ont rythmées cette lecture. Comme Julie peut en témoigner, j’avais imaginé des tas de fins possibles oubliant totalement de me fier au titre. David Bowie ne fait qu’une toute petite apparition. Si vous souhaitez lire un livre sur David Bowie, passez votre chemin mais si vous êtes vraiment curieux, lisez ce livre qui traite de nombreux sujets de société et fait réfléchir.

Dans De l’influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles, Jean-Michel Guenassia nous invite au sein d’une famille hors-norme. Je n’aime pas trop employer ce terme de « hors-norme » car pour moi, il n’y a pas tellement de famille normale, elles ont toutes leurs qualités et leurs défauts, il faut faire avec. Le héros de ce roman est du même avis que moi sur la question. Paul dix sept-ans ne connait pas son père et ne souhaite pas le connaître. Il vit très bien son absence. Il habite avec Hélène sa mère et sa compagne Estelle (Stella). Sa mère se fait appeler Lena car elle n’aime pas son prénom. C’est une femme révoltée qui est contre tout et surtout contre les hétéros, tatoueuse elle refuse l’entrée aux hommes dans son salon. Elle ne s’intéresse pas à l’éducation de son fils. Sa compagne Stella joue son rôle de mère. Lena hétérophobe est convaincue de l’homosexualité de son fils. Paul est un garçon androgyne qui se dit « lesbien ». Il aime les femmes. C’est un adolescent qui prend la vie comme elle vient.

Une belle histoire de vie qui se lit d’une traite et qui fait réfléchir sur de nombreux sujets tels que l’éducation, la sexualité, les rapports mère-fils, l’absence d’un père et la construction de soi.

Vous pouvez retrouver l’article de Julie par ici

C’est ma première lecture du challenge 1% de rentrée littéraire et mon premier coup de coeur.

challenge2017-768x538

coup-de-coeur

Contemporains

La tresse, laetitia Colombani (2017)

Mon roman préféré de l’année !

Vous-avez-adore-La-Tresse-Posez-vos-questions-a-Laetitia-ColombaniSi cette année, vous ne deviez lire qu’un seul roman (ce qui serait fort regrettable car il y a énormément de bon romans à lire dans une vie), je vous conseillerais celui-ci ! 
Il y a longtemps que je n’avais pas lu quelque chose d’aussi beau. (enfin pas si longtemps quand même. la dernière lecture qui m’a autant secoué fût : Petit Pays.)

Dans la tresse, laeticia Colombani dresse le portrait de trois femmes : smita, giulia et sarah. Trois femmes que tout oppose mais qui sont liés par cette histoire, comme les trois brin d’une tresse. 
Smita est une intouchable en Inde, elle nettoie la merde des gens et rêve d’un autre destin pour sa fille. Elle est prête à tout les sacrifices pour que sa fille ne subisse pas le même sort et reçoive une éducation.
Giulia est italienne et travaille à l’entreprise familiale de son père. Malheureusement celui-ci est victime d’un accident et Giulia doit gérer seule le négoce.
Sarah est une canadienne qui a privilégié sa vie professionnelle à sa vie familiale.
Trois portraits de femmes qui m’ont touché. C’est simple, une fois le livre ouvert, je n’ai pu le refermer. C’est le genre de livre qui se dévore et que nous quittons à regret. Cependant j’ai lu quelques critiques de blogueurs qui disaient que l’histoire mériterait d’être étoffée. Je ne suis pas d’accord. J’ai aimé le style de l’auteur simple et léger. L’auteur est scénariste et je pense que c’est ce explique son style.

enorme-coup-de-coeur

Contemporains

Petites surprises sur le chemin du bonheur, Monica Wood (2017)

p9782366582659Ona Vitkus a 104 ans, un jour, un jeune scout débarque chez elle et va changer sa vie à tout jamais. Le garçon s’est mis en tête de faire entrer la vieille dame dans le livre GUINNESS des records, l’objectif est de battre le record de longévité détenu par Jeanne Calment décédée à l’âge de 122 ans. Le garçon est obsédé par les listes, il rempli des carnets entiers et compte tout. Malheureusement la vie ne réserve pas toujours que des bonnes surprises aux petits garçons. Un drame va survenir.

Je trouve le titre mal choisi car je n’ai pas trouvé beaucoup de bonheur dans ce livre. C’est un très beau livre qui m’a embarqué, mais pas du tout la lecture à laquelle je m’attendais. Le titre, la couverture ainsi que la quatrième de couverture font penser à un roman feel-good léger mais ce n’est pas le cas. J’ai bien aimé les listes présentes avec différents records ainsi que le découpage du livre. Le garçon a enregistré la vie d’Ona sur un magnétophone pour un travail scolaire. Nous retrouvons donc dans ce livre dix parties de la vie d’Ona intercalé avec l’histoire au présent.

Petites surprises sur le chemin du bonheur est une belle histoire d’amitié entre un petit garçon et une vieille dame. C’est également un roman sur les liens maternels et paternels. Un roman que j’ai dévoré en une semaine et qui a su me toucher malgré le personnage du père qui m’a un peu déçu mais qui était tout à fait crédible dans son rôle.