Contemporains

Danser au bord de l’abîme, Grégoire Delacourt (2017)

danser au bord de l'abîme

Après avoir beaucoup aimé La première chose qu’on regarde, je me suis lancée dans la lecture de Danser au bord de l’abîme, le petit dernier De Grégoire Delacourt.

L’auteur dresse le portrait d’une femme qui est heureuse dans la vie et qui aime son mari et ses enfants mais qui un beau jour a un coup de foudre pour un homme dans une brasserie.

Un roman qui fait se poser des questions sur l’amour et le désir. L’auteur nous livre une vision des choses. J’ai apprécié son point de vue. Il met en scène un personnage féminin et est très juste dans ses propos. Le regard des autres vis à vis des femmes et le fait qu’elles soient toujours durement jugées quand elles décident de quitter leur mari. Un homme ne subit pas ce genre de comportement ou avec moins de violence. La mère de l’héroïne est très dure avec sa fille. Les enfants ne comprennent pas non plus le départ de leur mère malgré les explications. J’ai eu de la peine pour cette femme mais également pour le fait qu’on pardonne plus facilement les écarts d’un homme que ceux d’une femme. Peu après son départ son mari se met en couple avec une jeune femme et ne subit pas autant de commentaire.

J’ai beaucoup aimé la première partie de ce livre, un peu moins la seconde (un peu comme ce fût le cas pour « la première chose qu’on regarde ».) J’ai eu du mal à me remettre du choc. Si vous le lisez, ou l’avez lu, vous comprendrez. Préparez les mouchoirs. Et pas juste un paquet !

Contemporains

La première chose qu’on regarde, Grégoire Delacourt (2013)

Que feriez-vous si votre acteur préféré venait frapper à votre porte ?

la première chose qu'on regarde delacourtAprès avoir lu la liste de mes envies de cet auteur, je n’avais vraiment pas envie de me replonger dans un de ces livres. C’est un article de Scarlett sur son nouveau roman qui m’a donné envie de reconsidérer la question. Un article de scarlett mais également un concours de circonstance qui a fait que je me suis retrouvée avec « la première chose qu’on regarde » entre les mains à la bibliothèque. La quatrième de couverture m’a intrigué. Je suis donc repartie avec mon livre sous le bras et je l’ai dévoré en deux soirées. « La première chose qu’on regarde aborde » un sujet qu’on a tous évoqué une fois dans sa vie avec son amoureux ou tout simplement avec des amis :
-Que feriez-vous si une actrice(un acteur) venait frapper à votre porte ?
En l’occurence, il s’agit de Scarlett Johansson qui débarque dans la vie d’Arthur Dreyfuss, un jeune garagiste. Un jour, celle-ci vient frapper à sa porte. Arthur pense tout de suite que celle-ci est en panne et a besoin d’un garagiste mais sa visite est tout autre. En effet Scarlett est une accidenté mais une accidenté de la vie. Arthur Dreyfuss lui aussi a son lot de casseroles à traîner.

L’auteur joue avec le lecteur et livre plein de surprises. J’ai beaucoup aimé cette lecture pour son côté inattendu. Bon par contre la fin… franchement ceux qui l’ont lu comprendront. J’ai très envie de découvrir d’autres romans de l’auteur. Finalement comme on dit : il y’a que les cons qui changent pas d’avis.

Contemporains

Petit pays de Gaël Faye

Petit-pays-de-Gael-Faye-ed.-Grasset-224-pages-18-eurosGaël Faye a reçu pour petit pays le prix Fnac et le prix Goncourt des lycéens. Je l’avais repéré dès le début de la rentrée littéraire, j’adore les récits d’enfance et c’est exactement ce que nous offre Gaël Faye : un très beau récit d’enfance. Vous avez tous déjà lu des tonnes de billets sur ce roman et je ne pense pas avoir grand chose à ajouter mais je voulais quand même ajouter ma contribution.

Un très beau roman sur une enfance, celle de Gabriel, fils d’un père Français et d’une mère Rwandaise. Il vit au burundi et quand les massacres débutent au Rwanda, l’enfant se pose de nombreuses questions sur l’identité et la guerre. Les premières pages du livre débutent par un passage très intéressant sur les hutus et les tutsis. Au début, les hutus et les tutsis vivaient en harmonie mais très vite, des clans se sont créés pour une grotesque histoire de nez. Les hutus et les tutsis qui vivaient jusqu’alors en harmonie se sont déchirés. L’adulte qu’est devenu Gabriel ne semble toujours pas comprendre ce qui a tout fait basculer. L’auteur nous rappelle l’impuissance de l’être humain face à la guerre et aux atrocités commises.

Certains passages sont dûrs mais la légèreté de l’enfance prend le dessus. Un très beau roman sur l’identité.Une lecture qui fait réfléchir et qui prône la paix et le respect. J’ai beaucoup aimé 

Ce livre est mon 5 roman lu dans le cadre du challenge 1% de rentrée littéraire.

challenge12016br

Contemporains

Les mains lâchées, Anaïs Llobet (2016)

Le typhon Yolanda

cvt_les-mains-lachees_5490Les mains lâchées est un roman basé sur des faits réels. L’auteur Anaïs Llobet a survécu au Typhon Yolanda en 2013 aux Philippines dans la ville de Tacloban. Le typhon a fait plus de 6 000 morts. Dans ce roman, elle nous livre sa version de ce drame par l’intermédiaire de Madel une présentatrice Télé. Elle forme un couple mixte avec Jan, un chirurgien esthétique dont la réussite professionnelle est mal perçue dans son quartier, tout le monde l’apelle « le riche ». Dans les premiers chapitres, nous assistons à la préparation des philippins à un typhon classique. Malheureusement lorsque Yolanda entre en scène, elle détruira tout sur son passage. Madel survit au drame. Son patron la contacte pour couvrir l’évènement et envoie une caméraman pour avoir des images chocs de la catastrophe.

Les mains lâchées est un roman fort et bouleversant que j’ai beaucoup apprécié. Certains passages sont durs mais c’est ce qui fait la force de ce roman. J’ai aimé la touche de poésie et les mains lâchées que l’on retrouve tout au long de ce roman comme une rengaine. Une chose que Madel ne pourra jamais se pardonner et qui tournera toujours en boucle dans sa tête, une main qu’elle a lâchée. Le sentiment de culpabilité et d’impuissance face à cette catastrophe. La petitesse de l’être humain face à la nature et face à la mort. 

Les mains lâchées aborde également le thème du traitement journalistique des catastrophes naturelles. Les images chocs quoi qu’il en coûte, juste pour faire de l’audience au mépris des personnes qui souffrent et qui ont perdu des proches, la dignité des victimes piétinée juste pour faire les meilleures images et le peu de considération du patron pour les journalistes qui recueillent les témoignages et filment ses images bouleversantes.

Je remercie Priceminister pour cette découverte. Ce livre a été lu dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire Priceminister 2016.logo_rentreelitteraire

Si vous aussi vous aviez choisi ce livre et que vous l’avez apprécié, je ne peux que vous conseiller le très bon roman de Laurent Gaudé : Ouragan. Un roman sur l’Ouragan Katrina. Magnifique également !

C’est également ma 4eme lecture dans le cadre du Challenge 1% de rentrée littéraire
challenge12016br

 

Contemporains·Coups de coeur

Chanson douce, Leïla Slimani (2016)

Une glaçante Chanson douce

chanson-douce-leila-slimaniDès sa sortie, j’étais tentée par cette lecture. Venant de reprendre le travail et confiant ma fille à une nounou, j’avais quelques appréhensions. En effet, Chanson douce débute par un chapitre sordide : une nourrice a tué les deux enfants dont elle s’occupait et a tenté de mettre fin à ses jours. 
Les chapitres suivants nous livrent le long déroulé jusqu’à la fin morbide que nous connaissons d’entrée de jeu.
Tout commence par l’envie de Myriam de reprendre son activité professionnelle suite à une rencontre avec un ancien camarade de promotion. Myriam étudiait le droit et est tombée enceinte peu avant l’obtention de son diplôme. Elle n’a jamais exercée la profession d’avocate à laquelle elle se destinait. Cette rencontre va agir comme un électro-chic, elle se sent à l’étroit dans son rôle de mère de famille et aimerait parler d’autre chose à son mari que de ce que les enfants ont fait dans la journée. Paul ne voit pas cette reprise d’activité d’un très bon oeil mais finit par accepter. Les parents sont plein de préjugés et de critères pour le recrutement de leur future nounou. Ils embauchent une femme parfaite : Louise. En plus de prendre soin des enfants, celle-ci s’occupe de la maison. à leur retour du travail, elle leur mitonne également des petits plats si bien que petit à petit, celle-ci va savoir se rendre indispensable. Elle va prendre de plus en plus de place au sein de la famille.

J’ai beaucoup aimé ce roman autant pour le style de l’auteur que pour l’histoire en elle même. J’ai aimé découvrir les personnages. Dès le début du roman, je pensais m’attacher à Myriam (la mère) mais finalement je me suis attaché au personnage de Louise. J’ai presque fini par lui trouver des circonstances atténuantes, ce qui est horrible pour le lecteur quand on sait comment l’histoire se termine. Avec une chanson douce, Leïla Slimani fait voler nos certitudes en éclats et nous prouve encore une fois que les apparences sont trompeuses.
Un coup de coeur !

à noter que le roman fait partie de la sélection pour le Prix Goncourt. L’auteur est également en lice pour le Prix Renaudot. 

Livre lu dans le cadre du Challenge 1% de la rentrée littéraire. C’est mon 3eme billet dans le cadre du Challenge

challenge12016br

Contemporains

La valse des arbres et du ciel, Jean-Michel Guenassia (2016)

Van gogh comme vous ne l’avez jamais vu

La valse des arbres et du ciel GuenassiaQuand j’ai su qu’un nouveau livre de Jean-michel Guenassia sortait, j’étais sur un petit nuage. Après lecture de celui-ci je redescends doucement sur terre. J’ai beaucoup aimé ce nouveau roman. Julie alias Scarlett m’a accompagnée dans cette belle aventure. Nous avons fait une Lecture Commune de ce petit chef d’oeuvre. Vous pouvez retrouver son billet par ici.

à l’image du mouvement impressionniste, Jean-michel Guenassia donne vie aux différents tableaux de Van gogh durant sa période à Auvers. Il dresse un portrait de l’artiste très différent de celui que nous connaissons tous comme un homme torturé et fou. L’auteur réfute la thèse du suicide du célèbre peintre et nous livre les derniers jours de l’artiste du point de vue de Marguerite Gachet.
Marguerite Gachet, fille du célèbre docteur qui se faisait payer ses consultations en oeuvres d’art. J’ai beaucoup aimé ce livre car l’histoire est raconté par Marguerite donc d’un point de vue féminin. L’auteur dresse un très beau portrait de femme et de la condition féminine à cette époque. Il nous livre également de nombreuses informations sur la vie des peintres et plus précisément celle des impressionnistes. L’auteur entrecoupe les passages racontés par Marguerite avec des articles de presse d’époque. J’ai trouvé que ce procédé était très intéressant et apportait un côté documentaire au roman. la valse des arbres et du ciel Jean-Michel Guenassia.jpg.jpeg
J’ai également beaucoup appris sur l’impressionnisme et plus particulièrement sur les oeuvres de Van Gogh. J’ai consulté à plusieurs reprises des tableaux  de l’artiste en cours de réalisation dans le roman. La valse des arbres et du ciel est donc un roman très visuel qui vous transportera dans les oeuvres de ce grand artiste, au coeur d’une histoire dont nous n’aurons jamais le fin mot.Dans ce roman Jean-Michel Guenassia en propose une version parmi d’autres mais la controverse reste entière.

Ce billet est ma deuxième publication dans le cadre du Challenge 1% de rentrée littéraire. Une belle lecture que je vous recommande chaudement

challenge12016br

Si vous voulez découvrir d’autres romans de l’auteur, voici mes billets :

vie rêvée d ernesto G. Guenassia

TROMPE_LA_MORT_couv.qxp_RL_140x205

optimistes

Contemporains·Contes

Mémoires de porc-épic, Alain Mabanckou

Il était une fois un porc-épic

38029878J’avais fait la connaissance de cet auteur dans un recueil de nouvelles de l’Unicef. Vous pouvez retrouver mon billet à ce sujet par ici. Suite à cette lecture, j’étais impatiente de découvrir Alain Mabanckou. J’ai choisi Mémoire d’un porc-épic par hasard car comme vous le savez : « le hasard fait bien les choses ». Un très bon choix. J’ai beaucoup aimé cette lecture.

Ce roman s’inspire d’une légende africaine selon laquelle chaque être humain a un double animal. Dans ce roman, nous suivons le double Maléfique de Kibandi : un porc-épic. Celui-ci est le narrateur de cette histoire et la conte à un baobab au sein duquel il a trouvé refuge. En effet, son double humain lui a fait accomplir une série de meurtres que celui-ci n’approuvait pas forcément. J’ai beaucoup aimé le style d’Alain Mabanckou et son univers.

à mi chemin entre le conte et le roman, j’ai suivi l’histoire de ce porc-épic avec délectation. Je vous recommande donc la lecture de ce livre. 

Mémoires de porc-épic Alain Mabanckou