Contemporains·Coups de coeur

Une histoire des abeilles, Maja Lunde (2017)

Un roman captivant sur un sujet d’actualité : la disparition des abeilles

L’auteur nous propose trois histoires des abeilles à travers trois personnages ayant un lien avec le sujet.

En Angleterre en 1851, William père d’une famille nombreuse et pépiniériste de profession ne sort plus de sa chambre. Il rêvait de devenir chercheur, mais a dû renoncé à cette carrière à cause de sa famille. Pourtant une visite de son fils va lui donner envie de se surpasser. Il va se prendre de passion pour l’apiculture et enfin sortir de sa dépression.

Ohio 2007, George est un apiculteur comme on en fait plus. Il travaille dans la tradition familiale et ne veut pas se plier aux nouvelles façons de faire trop éloignées de ses principes. Son fils vient de quitter l’exploitation familiale, il revient changé, il est végétarien et se passionne pour ses études, il souhaite devenir écrivain. Son père qui souhaitait qu’il reprenne le flambeau est déçu par ce fils qui s’éloigne un peu plus de lui chaque jour.

Tao vit en chine en 2098. Cette jeune femme travaille toute la journée dans les champs et a remplacé les abeilles. Elle pratique la pollinisation manuelle. Son compagnon également. Ils ont un fils de 3 ans prénommé Wei-Wen. 

J’ai pris grand plaisir à suivre ces différents destins qui s’entremêlent. J’ai beaucoup aimé en apprendre davantage sur les abeilles et plus particulièrement sur l’apiculture. Attention, ce livre n’est pas un documentaire, mais bien un roman, j’ai donc fait de nombreuses recherches pour compléter les informations données. (chose que je fais très rarement, donc on peut dire que ce livre et le sujet m’a captivé !) J’ai adoré les personnages de ce livre. Peut-être un peu moins William qui m’a paru un peu éloigné de moi, mais qui reste un personnage intéressant bien sûr !
J’ai adoré Tao, cette mère qui donne tout pour son fils et j’ai beaucoup aimé George, un homme qui a fait de sa passion son métier et qui y consacre toute son âme. Un roman épais que j’ai lu très rapidement, moi qui suis toujours un peu flipée de lire des gros pavés ! Coup de coeur pour ce roman que je vous recommande chaudement.

 

 

 

Contemporains·Coups de coeur·littérature japonaise

La papeterie Tsubaki, Ito Ogawa (2018)

CVT_La-Papeterie-Tsubaki_7138Hatoko surnomée Poppo a 25 ans, suite au décès de l’Aîné, sa grand-mère maternelle qui l’a élevée, elle revient à Kamakura ville de son enfance. Celle-ci, écrivain public et gérante de la papeterie Tsubaki a initié Hatoko à son métier. Elle n’a pas toujours été tendre avec elle, ce qui explique peut-être son départ. La jeune-femme vient faire son deuil dans la ville où elle a grandi. Elle décide de prendre la succession de l’Aîné. Elle devient à son tour écrivain public. Hatoko va se fondre dans la peau des personnes qu’elle rencontre pour écrire des lettres à leur image.

Un roman qui nous fait voyager au japon et nous fait découvrir le métier d’écrivain public dans ce pays. un métier, qui est très codifié. Le choix des outils d’écritures, du papier et de l’encre enverra un message très différent au destinataire de la lettre. Hakoto s’investit pleinement dans ce nouveau travail, chacune de ses lettres est unique et demande beaucoup de travail et d’investissements de sa part.
J’ai aimé ce récit pour son côté très documentaire qui nous permet de mieux comprendre ce métier méconnu d’écrivain public et l’importance de celui-ci au japon un pays très attaché aux traditions.
Au fil des pages, vous découvrirez de très beaux portraits et vous en apprendrez d’avantage sur Poppo et sa relation particulière avec sa grand-mère. Au fil des lettres, Poppo apprendra à connaître autrui, mais également essaiera de trouver sa propre écriture, son propre chemin. Un gros coup de coeur.

38798366_10216371990323266_162096004236050432_n

Ma 5eme lecture dans le cadre du Challenge 1% de rentrée littéraire. (Plus qu’un livre à lire et j’aurais atteint mon objectif 1%)

enorme-coup-de-coeur

Contemporains·Coups de coeur·Feel-Good·Humour

Les bracassées, Marie-Sabine Roger (2018)

images-7Les bracassées est ma 4eme lecture dans le cadre du challenge 1% de rentrée littéraire et un gros coup de coeur. Lecture commune avec Les petites lectures de Scarlett qui est mon clone belge (ou alors je suis son clone français). En matière de lecture, on est toujours du même avis, sauf quelques petites exceptions qui confirment la règle 😉 quand je suis perdue, triste, au fond du gouffre car je ne sais pas quelle lecture choisir, un coup d’oeil sur son blog suffit à dissiper ma peine. Je te remercie pour tous les livres que j’ai découvert grâce à toi !!!

J’apprécie beaucoup Marie-Sabine Roger, j’ai donc eu beaucoup de plaisir à retrouver sa plume et son humour décapant.
Fleur est une vieille dame agoraphobe. Pour régler ses problèmes de santé, elle consulte le docteur Borodine dont elle est secrètement amoureuse. Sa passion pour ce docteur russe, lui fait acheter chez son libraire tous les ouvrages sur la Russie et les spécialités de ce pays n’ont plus de secrets pour elle. Malheureusement lors d’une de ses visites chez ce spécialiste, son chien est victime d’un AVC. Elle décide donc pour pouvoir continuer à voir le docteur de recruter une femme de ménage pour tenir compagnie à son toutou.

Harmonie est une jeune femme qui a le syndrome de Gilles de la Tourette. Elle trouve l’annonce de Fleur au supermarché et décide de se rendre sur place pour obtenir le poste, mais rien ne se passera comme prévu…

L’auteur nous livre dans ce roman, une galerie de personnages tous plus surprenants les uns que les autres. Des personnages qui n’ont rien de stéréotypés, qui vous rappellerons un voisin, une connaissance ou peut-être vous-même car finalement ne sommes-nous pas tous finalement des bracassés ?
Un roman tendre, touchant et plein d’humour que j’ai dévoré en deux jours, impossible de quitter cette ambiance et ces personnages, quelle tristesse de le refermer si vite. On en veut encore !

38798366_10216371990323266_162096004236050432_n

enorme-coup-de-coeur

Contemporains

La femme qui ne vieillissait pas, Grégoire Delacourt

41ayPbZb54L._SX195_Rester jeune, n’est-ce pas le rêve de toute femme ? Grégoire Delacourt s’est posé la question et nous livre une réponse qui nous rejouira : si vieillir est difficile, rester jeune toute sa vie l’est tout autant. à l’âge de 30 ans Betty cesse de vieillir. Au début, elle apprécie et puis finalement, ce n’est pas si simple.

Grégoire Delacourt, nous prouve qu’être une femme, n’est pas facile tous les jours ou Quand rester jeune devient une malédiction.

Un conte moderne qui nous fait réfléchir et relativiser sur la peur de vieillir. Un livre qui m’a fait penser à Dorian Gray dans une version féminine. J’adore ce roman d’Oscar Wilde, je ne pouvais donc qu’apprécier une version féminine et au goût du jour (même si selon moi, Dorian Gray est toujours au goût du jour attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Le portrait de Dorian Gray restera mon livre préféré à vie, je pense)
à lire donc, si vous vous trouvez vieille, vous verrez, ça ira mieux après ! Tout n’est finalement qu’une question de point de vue dans la vie.

 

Contemporains

Sergent Papa, Marc Citti (2018)

9782702163597-001-TPour ma deuxième lecture de cette rentrée littéraire, j’ai choisi Sergent Papa pour plusieurs raisons : j’adore la musique et plus particulièrement le Rock. J’aime les romans qui parlent d’histoire de famille, en l’occurrence de la relation père-fils.

Sergent Papa, c’est l’histoire de Mathieu qui a échoué dans son rôle de père, aussi bien que dans la vie pour laquelle il se croyait destiné. Il a quitté la mère de son fils dans l’espoir de devenir un acteur célèbre, mais n’a jamais percé.

Sergent Papa, c’est l’histoire d’un fils qui devient musicien grâce ou à cause de ce père absent. Un père qui lui a laissé une gibson, une platine et sa précieuse collection de vinyle. Un père qu’il a imaginé sous les traits de Paul McCartney sur la pochette de Sergent Pepper. Un père qu’il a appris à connaître par l’intermédiaire de ses disques. Un père qui essaie de recoller les morceaux avec ce fils devenu adulte.

La musique est le trait d’union entre ce père et ce fils qui ont tant de mal à communiquer. Un passage du livre explique qu’ils ont l’habitude de s’envoyer des sms avec des titres de chansons. J’ai bien aimé cette anecdote et il m’est déjà arrivé de faire pareil quand j’étais ados.

38798366_10216371990323266_162096004236050432_n

Contemporains·Saga familiale

Les milles talents d’Euridice Gusmao, Martha Batalha (2017)

images-5

Je suis partie en voyage au Brésil, j’ai remonté le temps dans les années 60 et j’ai fait la rencontre des Gusmao. L’héroïne de ce roman est Euridice Gusmao, Petite fille, elle a renoncé à ses rêves suite au départ (à la fugue) de sa soeur aîné Guida. Au début du roman, nous la retrouvons femme au foyer et mère de deux enfants, contrainte de s’arrondir pour repousser son mari. Elle se passionne pour la cuisine et prépare de bons petits plats qui ne font ni chaud, ni froid à son entourage. Zélia, sa voisine l’espionne et propage des rumeurs sur son compte. Il paraîtrait que les Gusmao soient ruinés.

à la lecture de la 4eme de couverture, je dois avouer que je n’avais pas très envie de me plonger dans ce roman pourtant, j’aurais eu tort car c’est un coup de coeur ! Je pensais que tout le roman reposait sur ces quelques phrases. Je me faisais d’Euricide, le portrait d’une femme obèse qui ne veut plus que son mari la touche… C’est une bien triste vision d’Euridice Gusmao que cette 4eme de couverture. Car Euridice est une femme touchante et pleine de fantaisie qui s’investit dans ses passions, la cuisine puis ensuite la couture.

Le style de l’auteur y est pour beaucoup dans ce coup de coeur. J’ai été happée par ses mots et je n’ai plus pu quitter ce livre avant de l’avoir fini. En deux jours en fait, mais c’est vraiment parce que j’avais des choses à faire, comme aller au travail par exemple 😉
enorme-coup-de-coeur

Contemporains·Romance

Les jours de ton absence, Rosie Walsh (2018)

51h1Tr3JLuL._SX195_.jpgSarah vient de divorcer, quand elle rencontre Eddie, c’est une évidence entre eux. Ensemble, ils passent sept jours de bonheur absolu. Eddie quitte Sarah à contre-coeur pour un voyage prévu avant leur rencontre. Suite à cette séparation, il disparait mystérieusement. Sarah persuadée qu’une histoire entre eux est possible va tout faire pour le retrouver, mais Eddie ne va pas donner signe de vie.

J’ai beaucoup aimé ce roman pour son suspense maintenu jusqu’à la dernière page. L’auteur joue avec nous et notre envie de savoir le fin mot de cette affaire. Au fil des pages, vous découvrirez pourquoi Eddie a disparu. C’est tout l’intérêt de ce roman. L’histoire est bien menée, mais il y a un petit mais qui fait que ce n’est pas un coup de coeur. Je n’ai pas trop apprécié le personnage de Sarah que j’ai trouvé froid, il manquait un petit grain de sel pour rendre ce personnage plus attachant. Par contre, j’ai bien aimé Eddie, un homme simple au grand coeur, un homme qu’on a envie d’aimer.

Un roman intéressant que j’ai pris plaisir à découvrir et que j’ai lu très rapidement pour connaître la fin. Contrairement à la pub en jaune sur le livre, je ne trouve pas que ce soit un livre à déguster, mais plutôt un livre à dévorer.