Lire ce roman en hiver est un peu subversif car comme son titre l’indique ce livre parle de chaleur, de camping, d’été, de canicule et de mort (là, tout de suite ça refroidit !). Victor Jestin, happe le lecteur dès les premières pages, impossible de lâcher ce roman avant de l’avoir fini. Nous sommes en hiver, mais le temps de ces quelques heures, j’étais en été, j’ai ressenti la chaleur, la sueur, j’ai senti des odeurs, bref ce roman est très immersif, l’auteur a réussi la prouesse de transformer la chaleur en personnage principal. la chaleur et le malaise, ambiance malsaine, tendue car un adolescent est mort. Un roman fort sur l’adolescence et la découverte du sexe, de l’amour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :