Contemporains

Un hosanna sans fin, Jean d’Ormesson (2018)

Je n’avais jamais lu de livre de Jean d’Ormesson, Oh, je vous vois me juger avec vos grand airs !

Jean d’Ormesson est pourtant un personnage emblématique, que je trouve fort sympathique et que j’adorais écouter parler. J’ai bien aimé ce livre que j’ai quand même trouvé curieux, mais qui ressemble beaucoup à l’homme que nous connaissons tous et que nous avons pu voir parler avec éloquence à la télévision. Je partage ses valeurs et ses idées. Un livre qui parle de la mort, de la vie, de notre existence et de ce que nous en faisons, qui je pense parlera à tout le monde. Pas de jugement, des questions, pas tellement de réponses, un voyage !
J’ai beaucoup aimé la préface de sa fille.

Contemporains

L’arbre du pays Toraja, Philippe Claudel (2016)

Un roman sur notre rapport à la mort, l’amitié, l’amour, la vie quoi !

l'arbre du pays torajaL’arbre du pays Toraja est le dernier livre de Philippe Claudel. Le personnage principal de son roman est un réalisateur cinquantenaire tout comme l’auteur lui même. Suite à un voyage en Indonésie où il découvre l’arbre du pays Toraja, celui-ci s’interroge sur le rapport que nous entretenons avec la mort. En indonésie, les bébés morts sont déposés dans le creux d’un arbre. L’arbre se referme et porte en lui tous ces petits êtres volés à la vie. à son retour en France, le personnage principal apprend que son ami et producteur Eugène est atteint d’un cancer. Ces deux évènements vont l’amener à se questionner sur la mort, l’amitié, l’amour et la vie.

J’ai lu des critiques sur babelio de personnes qui disaient que ce roman ne peut être compris qu’avec de la maturité. Je ne suis pas tellement d’accord. J’ai vingt sept ans et j’ai beaucoup apprécié ce roman. Il est vrai que l’auteur aborde la question de la mort et du rapport que nous entretenons avec celle-ci. à cinquante ans on est plus au bout de sa vie qu’au début et la question de la mort nous obsède d’avantage, pourtant je pense que la littérature permet justement d’aborder ce genre de question à n’importe quel âge.

J’ai apprécié la relation que le personnage principal entretenait avec son ami Eugène. J’aime beaucoup les histoires d’amitié et celle-ci est magnifique. J’ai aimé le personnage d’Eugène, un bon vivant fauché par la maladie entre deux amours. Eugène, un homme qui dès qu’il est amoureux fait un enfant et qui n’est pas capable de vivre sans amour. Lorsqu’il sent que la fin d’un amour arrive, il se met en quête d’une autre femme. Il quitte un amour pour un autre. à travers ce livre le personnage principal nous transmet l’amour qu’il porte à cet ami. 

J’ai moins aimé le fait que le personnage principal séparé de sa femme continue à faire l’amour avec celle-ci une fois par mois dans la chambre 107. J’ai bien aimé toutefois ce personnage féminin et leur passé commun, leur rapport très différent à la mort.

Dans ce roman, j’ai également beaucoup aimé un passage consacré à l’alpinisme. La montagne a pris beaucoup d’amis du personnage principal mais celui-ci vit avec. Il ne les a pas vu mourir. Un jour, il est confronté à la mort d’un compagnon de cordée. Cette mort est différente. J’ai apprécié ce passage car il est vrai que d’apprendre la mort de quelqu’un et d’y assister en direct est très différent. Pourtant il s’agit d’un même résultat. la personne n’est plus. Un passage qui illustre très bien notre rapport à la mort.L'arbre de toraja

Je vous recommande donc la lecture de ce très bon roman. J’avais déjà lu un roman de Philippe Claudel, La petite fille de monsieur Linh. J’avais également beaucoup aimé cette lecture. L’arbre du pays Toraja est un roman plus abouti, plus personnel et plus spirituel. Je lirais avec plaisir d’autres romans de cet auteur.

 

 

 

 

Coups de coeur·Feel-Good

La balade des pas perdus, Brooke Davis (à paraître éditions Fleuve le 8 octobre 2015)

La pépite australienne de cette rentrée littéraire

1540-1

Millie a 7 ans et demi, l’âge où nous prenons conscience que nous sommes mortels. Depuis qu’elle a découvert sa première chose morte, elle les consigne toutes dans un carnet. Rambo son chien fût sa première chose morte. Malheureusement la 28 eme pour Millie, fût son Papa.
Un jour, la maman de Millie l’accompagne dans un centre commercial. Elle lui demande de l’attendre. La petite fille obéissante ne se doute pas que sa mère ne reviendra jamais la chercher.

Karl était dactylo, maintenant il n’est plus qu’un vieu dont tout le monde se fout. Pas encore mort mais plus très en vie. Sa rencontre avec Millie va le faire se sentir à nouveau vivant.

Agatha vit cloîtrée dans sa maison depuis la mort de son mari. Les jours se suivent et la vieille dame effectue les mêmes gestes toujours aux mêmes heures. Elle ne sort plus de chez elle. Son plaisir : écrire des lettres de réclamation et critiquer les faits et gestes de ses voisins et gens qui passent. Elle leur crie dessus depuis sa fenêtre.

Le hasard va mettre en relation ces trois personnalités et ensemble, ils vont partir dans un road-trip des plus rocambolesque.Un roman qui interroge le lecteur sur la mort, la vieillesse et le deuil. Brooke Davis évoque ces sujets difficiles avec humour mais non sans émotion. Une réussite puisque le lecteur se délecte de ses aventures de la première à la dernière page. La seule critique, le voyage est bien trop court, on en reprendrait bien encore pour quelques kilomètres avec cette improbable famille de cœur.

à mi-chemin entre Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, Little miss sunshine ou encore Forest Gump, Millie Bird du haut de ses sept ans à déjà tout d’une grande. Un personnage qui à coup sur va faire parler de lui.

Un gros coup de coeur pour ce roman qui je l’espère vous enchantera autant qu’il m’a enchanté.

Je tiens à remercier chaudement Alix de Roaldès des Editions Fleuve pour cet envoi.

milliebird

karl-agatha

C’est le 2eme roman que je lis dans le cadre du Challenge 1% de la rentrée littéraire et le tout premier coup de coeur.

logo2015

Coups de coeur·Mangas/Manhwa

Un ciel Radieux, Jiro Taniguchi (Manga)

Une petite merveille !

un ciel radieuxGenre littéraire : manga

Thèmes abordés : accident, mort, vie, réincarnation

Histoire : Un jeune motard (Takuya Onodéra) se fait renverser par un père de famille conduisant un camion et effectuant une dernière livraison.

Kazuhiro Kubota, le conducteur du camion est un employé qui ne compte pas ses heures, il est surmené au travail et délaisse sa famille.
Suite à l’accident ces deux hommes se retrouvent dans le coma. Les jours se suivent et se ressemblent. Leurs états ne semblent pas s’améliorer. Le jour ou Kazuhiro décède, le jeune homme sort de son coma.
Un phénomène étrange se produit ce jour-là. (pour en savoir plus vous devrez donc vous procurez ce livre)

Mon avis : J’ai adoré. C’est un gros coup de coeur. Un livre qui fait réfléchir sur la vie. On parle beaucoup de « Quartier lointain » quand il est question de Taniguchi mais je n’ai pas honte de dire que c’est à « un ciel Radieux » que va ma préférence. Je l’ai trouvé beaucoup plus profond et pleins de sentiments.
Un livre dont on ne ressort pas indemne mais à lire absolument et de toute urgence. Foncez !

Note sur l’échelle livresque : 10/10 COUP DE COEUR

En lisant ce livre j’ai pensé : que c’était un chef-d’oeuvre

Challenges/Swap·Contemporains·Coups de coeur

Oscar et la dame Rose, Eric Emmanuel Schmitt

Un livre plein d’humour et de sentiments

Genre littéraire : roman

Thèmes abordés : maladie, vie, amitié, dieu, amour

L’histoire : Oscar, un petit garçon atteint d’un cancer apprend que son traitement ne fait aucun effet. Il ne lui reste plus que quelques semaines à vivre. Une dame de compagnie de l’hôpital (une dame rose) lui conseille d’écrire à dieu.

Mon avis : Au risque que vous croyez que j’adore tout en ce moment (et assez souvent il est vrai !), j’ai Adoré. Un livre vite lu mais plein d’émotions, on l’entame  en riant de bon coeur. On en vient même à oublier la gravité du sujet :  un pauvre petit garçon qui ne connait rien de la vie va bientôt mourir. à la fin on verse une petite larme ou un océan de larmes suivant notre niveau de sensibilité.
On s’attache à Oscar mais aussi à la Dame Rose. Ce livre est une ode à la vie. Une fois celui-ci refermé, il faut s’en souvenir et profiter de chaque instant parce qu’on sait quand la vie commence mais on ne sait jamais quand est-ce qu’elle s’achève.
Parce qu’Eric Emmanuel Schmitt écrit bien mieux que moi je lui laisse la parole :

« Nous oublions que la vie est fragile, friable, éphémère. Nous faisons tous semblant d’être immortel »

« La souffrance physique on la subit.La souffrance morale on la choisit. »
méditez bien la dessus les amis 😉

Note sur l’échelle livresque : 9/10 coup de coeur

Ce que les autres blogueurs en pensent :

Un chocolat dans mon roman

Le blog d’une ptitelfe

Livralire livre à vivre

Ce livre s’adresse :  à tous

En lisant ce livre j’ai pensé : la vie est courte, il faut en profiter au maximum.

Livre découvert par l’intermédiaire du Baby challenge Livraddict littérature contemporaine(pour ceux qui ne connaissent pas il s’agit d’un forum de lecteurs très sympathique)
Ce challenge m’a fait découvrir ce livre que je ne connaissais absolument, sans lui je serai passé à côté d’une magnifique histoire ! Une chose est sure, je pense continuer à lire les livres d’Eric Emmanuel Schmitt

Challenges/Swap·Contemporains·Recueils de nouvelles

Odette Toulemonde et autres histoires, Eric Emmanuel Schmitt

Des personnages attachants, élégants, snob,émouvants , énervants mais des personnages qui ne laissent pas indifférent


Genre littéraire : nouvelles

Thèmes abordés : amour, mort, amitié, aventure

Histoire : Il s’agit de plusieurs nouvelles, le thème principal est l’amour. Un thème universel traité sous toutes ses facettes par l’auteur.

Mon avis : j’ai adoré, j’aime beaucoup les nouvelles. Je découvre pour la première fois Eric Emmanuel Schmitt et je suis conquise. Je trouve que les nouvelles sont très adaptés à la lecture d’aujourd’hui. Souvent, on ne dispose que de courts laps de temps de lecture, par exemple dans les transports en commun et je trouve que ces lectures sont parfaites pour ces moments là. On lit une histoire sans être frustré. Je ne sais pas si c’est votre cas mais parfois je commence un livre dans le bus et je suis contrariée de le refermer et d’en rester là ! Une nouvelle d’Eric Emmanuel Schmitt dure pile le temps du trajet en bus, je peux donc refermer le livre l’esprit libre et satisfait.
J’ai adoré tout ces personnages tellement vrais. Parfois on rencontre des personnalités qui nous rappellent vaguement ou même clairement quelqu’un de notre entourage.

Ce livre s’adresse : à ceux qui n’ont pas tenu en livre entre leurs mains depuis des années. Une nouvelle par soir pour vous réconcilier avec la lecture

Note sur l’échelle livresque : 7/10

En lisant ce livre j’ai pensé : j’ai bien aimé la nouvelle de la dame qui surprend une vieille dame qui rentre par effraction chez elle à plusieurs reprises. (c’est ma préférée ! lisez le livre pour en savoir plus mes chers amis)

Livre lu dans le cadre du challenge un mot des titres ! le mot était : Monde