Contemporains

Ryu Murakami, Love & Pop (2009)

La face cachée du japon

Ryu Murakami est un écrivain et cinéaste japonais. Non! Il n’a aucun lien de parenté avec Haruki Murakami, autre célèbrité  qui lui vole souvent la vedette.
Ryu Murakami ne fait pas dans la dentelle, il dépeint la jeunesse japonaise sans tabou. L’individualisme, l’omniprésence des technologies et les dérives sexuelles sont les thèmes récurrents de son oeuvre.


love and popLove and Pop traite de la prostitution de  lycéennes. Celles-ci recourent à des messageries téléphoniques pour rencontrer des hommes. En échange d’argent, elles passent du temps avec eux. Cet argent leur permettra d’acheter des produits de luxe qu’elles n’auraient pas pu se payer.

L’intrigue : nous suivons la journée d’une jeune fille qui veut s’offrir une topaze, ne possédant pas assez d’argent. Elle décide d’avoir recours à ces messageries et S’enchainent alors deux rendez-vous.
Vous brulez maintenant envie de savoir si elle arrivera à ses fins ou comment se passeront ces rendez-vous?
Je vous laisse donc le plaisir de découvrir les réponses à ces questions en vous procurant cet ouvrage.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Ryu Murakami, Love & Pop (2009) »

  1. Je dois avouer que j’ai un seul problème avec Ryu Murakami, c’est qu’il est capable du meilleur comme du pire. Les bébés de la consigne automatique est une œuvre intelligente, complète, déjantée et géniale mais après Raffles Hotel ou Miso Soup sont ultra téléphonés et cherchant un univers trash ou violent inutile juste pour être dans un registre décalé. Après y a l’entre deux comme Ectasty ou Parasites qui sont bien mais pas toujours totalement aboutit. Ton article m’a bien donné envie d’essayer Love & Pop, je vais te faire confiance et te dirais ce que j’en pense si ça t’intéresse. 🙂

    1. oui , bien sur que ça m’intéresse 🙂 surtout que je n’ai pas totalement donné mon avis dans cet article. Ce qui me plait chez ruy murakami, c’est qu’il ne cherche pas à enjoliver et nous livre le triste revers de la société japonaise. Je ne pense pas qu’en écrivant miso soup l’auteur cherchait un univers violent, la violence est bien présente hélas (et j’ai également été choquée par certaines scènes de Miso Soup.) et je pense que comme tout homme bien pensant, il a été choqué également par ce fait divers et a voulu le retranscrire pour montrer jusqu’ou elle peut aller (la violence).
      Après il est vrai que ce roman ne nous apporte pas grand chose de plus … on en ressort choqué

      Pour ce qui est de Love and pop, c’est un peu la même chose … cependant on entre dans le monde de ces jeunes filles et je trouve ce côté intérréssant.

  2. Je pense un peu comme Dicky ; H. Murakami m’a laissé sceptique sur certains de ses ouvrages, principalement Bleu presque transparent qui est pourtant le plus couronné de prix et le plus plébiscité dans les critiques.
    A l’opposé, Parasites et Les bébés de la consigne automatique, entre autres, m’ont captivé et font parti de mes lectures favorites, tout continent confondu.

    Love and pop est le dernier ouvrage de Murakami traduit en français qu’il me reste à lire ; d’après ta critique il devrait me plaire, car ce que je déteste le plus chez lui, c’est lorsqu’il s’enfonce dans son univers de sexe et de drogue sans qu’il n’y ait aucune intrigue ni évolution dans les pages, ce qui n’a pas l’air d’être le cas ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s