Classiques·Coups de coeur·Science-fiction

Aldous HUXLEY, Le meilleur des mondes (1932)

Un Roman d’anticipation qui fait froid dans le dos

Le meilleur des mondes d’Aldous HUXLEY date des années 30 mais vous ferra pâlir par son côté tellement actuel. En effet, l’auteur nous entraine dans une société où les êtres humains sont sélectionnés dès la naissance. Ces êtres sont conditionnés pour ne ressentir aucun sentiment. La reproduction sexuée a fait place à la conception d’êtres vivants en laboratoire. Chaque embryon subit un conditionnement qui déterminera sa place dans la hiérarchie de la société. De part ces pratiques, la notion de parents a disparue ainsi que celle de couple et de mariage. La sexualité est un loisir qui doit se pratiquer régulièrement et avec des personnes variées. Si quelqu’un la pratique trop longtemps avec un seul partenaire, cela est considéré comme anormal. Les individus consomment du « soma »  assimilé à une drogue (sans les effets secondaires) qui les plonge dans un songe idyllique.
En lisant ce livre, vous entrez dans ce monde effrayant qui se rapproche tellement du futur proche qu’il en devient inquiétant. Surtout quand on sait qu’en Amérique certains parents choisissent le sexe de leur enfant, on est en droit de se demander qu’elle sera la prochaine étape.

Les +

-une histoire très réaliste dans laquelle nous pouvons encore nous projeter en 2010. A noter que le livre date de 1932. Cet oeuvre , nous plonge dans des questionnements concernant la génétique et les dérives qu’elle pourrait entrainer.
Elle  illustre également les déviations possibles d’une société totalitaire.
-Pour ceux qui restent perplexe, Le meilleur des mondes, propose également une histoire avec une intrigue prenante dont on ne peut se défaire jusqu’à la dernière page et surtout accessible à tous.

Les –

– Après mûre réflexion, je n’en vois pas.
Peut être serez-vous plus critiques dans vos commentaires

 

Informations complémentaires : Le titre français est tiré d’annotations d’Aldous HUXLEY reprenant une œuvre utopique de Voltaire : Candide ou l’optimisme.  En effet il le récupère de la célèbre citation : tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.


Publicités

4 réflexions au sujet de « Aldous HUXLEY, Le meilleur des mondes (1932) »

  1. C’est drôle, mais je n’ai vraiment pas aimé (pour ne pas dire que j’ai détesté)… Je l’ai trouvé ennuyeux au possible ! Je déteste les sciences, alors évidemment… D’habitude les romans d’anticipation comme celui-ci j’adore (1984, Fahrenheit 451) mais là… Je me suis endormie dessus ! Le rythme est lent, l’histoire pas accrocheuse du tout…
    Enfin, chacun son avis ^^

  2. La première fois que j’ai essayé de lire ce livre, c’était dans le cadre d’une lecture obligatoire pour le lycée et je l’ai abandonné bien avant la fin :s.
    Il y a un ou deux ans, j’ai retenté l’expérience et je l’ai bien mieux apprécié. Si je devais mettre un moins ça serait la quantité de types de personnages, on s’y perd un peu…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s