Jeunesse·Science-fiction

Cogito, Victor Dixen

Commencé pendant mes vacances avec beaucoup d’enthousiasme, j’ai eu un peu de mal à me replonger dans l’ambiance de Cogito. J’ai failli abandonné ma lecture, mais finalement qu’est-ce que j’aurais mal fait ! J’ai beaucoup aimé cette lecture.

Dans Cogito, Victor Dixen nous propulse dans un monde peut-être pas si lointain ou les I.A, les intelligences artificielles remplacent l’homme dans bien des domaines. Malheureusement, des hommes sont encore obligés de passer après les I.A pour faire le sale boulot. C’est le cas du père de l’héroïne de ce roman qui travaille pour HYGéa une intelligence artificielle qui gère le nettoyage de la ville. La où les machines ne peuvent pas intervenir, les hommes sont encore utiles. Roxane, notre héroïne une adolescente de dix-huit ans voit son père comme un déchet de la société. Elle essaie de s’en sortir comme elle peut. Elle fait partie d’un gang de filles : les clébardes. Un jour, elle est sélectionnée pour obtenir une bourse dans le but de passer son bac à l’aide de la programmation neuronale. Les stagiaires sont envoyés sur une île, des neurobots vont leur être injectés dans leurs cerveaux dans le but de les programmer pour réussir le bac. Et malheureusement bien évidement tout ne va pas se passer comme prévu.

Cogito fait référence à la célèbre phrase Cogito ergo sum (Je pense donc je suis) du Philosophe René Descartes. Dans ce roman il est donc question de philosophie et de réflexions. Réflexions générales sur la vie et plus particulièrement réflexions sur les I.A et la différence entre les humains et les machines.
J’ai beaucoup aimé apprendre des choses sur les I.A, ce n’est pas un documentaire bien sur mais l’auteur distille de nombreuses informations sur le sujet. Ce roman m’a donné envie de me documenter davantage sur ce thème.


J’ai également beaucoup aimé, le fait que l’auteur aborde la question des I.A d’un point de vue philosophie et qu’il intègre des concepts philosophiques à son récit.
Cogito est donc un coup de coeur pour toutes ces bonnes raisons.

Science-fiction

Le sixième sommeil, Bernard Werber (2014)

Un livre qui n’a rien de soporifique !

107026894voilà bien longtemps que je n’avais pas lu de romans de Bernard Werber. C’est bien simple, plus de 5 ans puisqu’il n’y a aucun billet sur ce blog le concernant. C’est un auteur que j’apprécie beaucoup mais que j’avais mis de côté car je trouvais que c’était un peu toujours la même chose. à Noël mon mari a reçu « le sixième sommeil« du coup, je lui ai piqué et je me suis mise à le lire.
Pour tout vous dire, j’avais lu les premiers chapitres gratuits et je comptais me l’acheter coûte que coûte car je suis curieuse.

Je suis très contente de ma lecture, ce n’est pas un coup de coeur mais de belles retrouvailles avec cet auteur que je porte dans mon coeur. Le thème de ce livre est le sommeil. Ce qui m’a plu dans ce livre, c’est le mélange entre fiction et faits. Comme dans de nombreux livres de Bernard Werber, nous nous divertissons tout en apprenant plein de choses sur le sommeil. à noter quand même qu’il s’agit de science-fiction pour de nombreux éléments bien sûr (pour ceux qui ne connaitraient pas l’auteur).

Le personnage principal Jacques Klein est le fils d’une célèbre chercheuse sur le sommeil. Celle-ci disparait du jour au lendemain sans prévenir. Jacques perd le sommeil. Un soir en rêve, il fera la rencontre de celui qu’il sera dans 20ans et entame une discussion avec ce lui-même du futur.
L’intrigue est rondement bien mené et chaque fin de chapitre donne envie de poursuivre sa lecture. C’est un livre qui se dévore d’une traite. (Bien sûr étant donné que je viens d’avoir un bébé, j’ai pris mon temps pour le lire 😉 Bébé n’attend pas et est plus précieux que mes livres chéris.) mais je compte sur vous pour le lire d’une traite !

Un plaidoyer pour le rêve. Une ode au sommeil. Un livre qui n’a rien de soporifique.

 

Science-fiction

Des fleurs pour Algernon, Daniel Keyes (1959)

Un roman sur l’intelligence, elle n’est pas toujours là où l’on croit

FleursPourAlgernon1J’ai lu ce livre pour le challenge un mot, des titres organisé par Calipso du Blog Aperto-libro. Le but du jeu étant de lire un livre contenant dans son titre le mot tiré au sort pour la session.Pour cette fois, le mot était fleur.

J’ai donc choisi de lire Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes. Pourquoi ce choix? Pour tout vous dire, j’avais déjà lu ce livre. Au lycée, j’ai eu une prof d’anglais qui venait d’Amérique et elle nous a fait lire tout au long de l’année des extraits de ce livre en Anglais. J’ai un peu d’amnésie en ce qui concerne mes profs et ma scolarité, cependant je n’ai pas oublié cette femme qui était passionnée par son métier et nous donnait vraiment envie d’apprécier sa matière. D’autant plus que ce livre m’a passionné. C’est un livre de science-fiction rédigé dans le style journal intime  par Charlie Gordon, un arriéré mental qui va subir une opération pour devenir intelligent. Les premières pages sont bourrés de fautes d’orthographes et de syntaxes. Puis petit à petit, le jeune homme devient intelligent et écrit de mieux en mieux.
Le second personnage de ce livre est Algernon, une petite souris qui a été le premier cobaye pour cette opération visant à rendre intelligent. Car Charlie Gordon est le premier homme a subir cette intervention, il se sent comme un cobaye. Au fil de son récit, nous pouvons le ressentir.

J’ai beaucoup aimé cette lecture qui reste d’actualité, j’ai même été surprise d’apprendre que ce livre ait été écrit en 1959. J’ai beaucoup aimé le Charlie Gordon Arriéré et j’ai été émue par sa vie avant l’opération, le fait qu’il pense que tout le monde étaient ses amis alors qu’en fait ceux-ci se moquaient de lui et qu’il ne s’en rendait pas compte.
Le Charlie d’après l’opération est un autre homme. On peut faire le rapprochement avec Docteur Jekyll et Mister hyde sauf qu’ici les deux charlies ne se cotoient plus. Il y a un Charlie avant l’opération et le Charlie d’après. Ils sont dissociés mais pourtant ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre. Le Charlie intelligent à l’impression que le Charlie d’avant l’observe. Il souffre de dissociation.  Cette opération est-elle une réussite? Pour le savoir à vous de lire.

Ce roman interroge sur les dérives de la science. Il pose également des questions intéressantes sur l’intelligence et  le bonheur. 

Challenge-Un-mot-des-titres

Jeunesse·Science-fiction

Reborn, Thierry Robberecht (2013)

Une enquête sur fond de science-fiction

couv34359334Les catastrophes climatiques se succédant sur la terre, les terriens sont obligés d’immigrer sur une autre planète. Malheureusement sur celle-ci la place est limitée. Tout le monde n’a donc pas la chance de pouvoir y habiter. Cette nouvelle planète se nomme Reborn. Ses habitants sont munis d’un processeur identitaire (puce insérée dans leur nombril) permettant d’être scanné à tout moment pour vérifier qu’ils sont bien en règles.
Dans ce roman nous suivons Chuong un immigré clandestin. Celui-ci est accusé de tentative d’assassinat sur une citoyenne de Reborn. Ce roman est donc une enquête sur fond de science-fiction.

J’ai bien aimé ce roman qui n’est pas particulièrement original mais qui se lit avec intérêt. En effet, j’ai bien aimé suivre cette enquête et connaître au fil des pages la vie de ce jeune immigré. Un roman qui malgré son côté science-fiction pose de réelles questions sur l’immigration. Sur la cruauté dont sont victimes les immigrés et leur dure condition de vie, leur volonté de survivre dans un monde hostile.
Ce roman abrite également une belle histoire d’amitié intergénérationnelle. La science-fiction n’est qu’un prétexte pour nous livrer une belle leçon de vie.
Vous l’aurez donc compris, ce n’est pas un livre qui va révolutionner la science-fiction mais dont l’histoire est touchante et les personnages attachants.
J’émets quand même un petit bémol sur la fin que je trouve bâclée et qui aurait pu être plus touchante. Elle est trop vite expédiée, peut être que j’étais un peu déçue de finir ce roman que j’ai trouvé fort sympathique.

Note sur l’échelle livresque : 7/10

Jeunesse·Science-fiction

Divergente Tome 1, Veronica Roth

Une bonne petite Dystopie !

Captivée par la célébrissime Dystopie Hunger Games, J’ai décidé de lire Divergente qui me paraissait dans la même veine. J’ai CV-prov_Divergente12pris plaisir à rencontrer l’héroïne de ce roman jeunesse.
La population est divisé en factions. Chaque faction est regroupée par compétences/Qualités. Il y a donc d’un côté Les altruistes, d’un autre les érudits, les sincères et les audacieux. J’ai trouvé cette idée intéressante et j’ai adoré découvrir ce monde. Toute la première partie du livre est consacré à la découverte de cet univers dystopique. Nous suivons les aventures de Béâtrice et son frère Caleb. Ils font partie des altruistes. À l’âge de 16 ans, les jeunes de chaque faction doivent passer un test pour savoir vers quelle faction se diriger. Idée déjà largement abordée dans la science-fiction mais qui malgré le fait qu’elle ne soit pas originale me plait bien. Le test de Béatrice va se révéler incroyable, c’est une divergente. La personne qui lui fait le test la met en garde. Elle ne doit le révéler à personne et ne jamais prononcer ce mot. Béatrice choisira la faction des audacieux. Ensuite, nous suivons son initiation.
J’ai dévorée ce livre. Comme Hunger games c’est un page turner, chaque fin de chapitre un élément nous donne envie de lire a suite. Ce genre de roman est addictif mais finalement certain passage manque un peu de qualité… J’ai trouvé des longueurs durant l’initiation, longueur parce qu’il faut écrire 3 tomes.
Je me suis laissée tenter par l’adaptation cinématographique qui est TOP.

Note sur l’échelle livresque : 7/10

Science-fiction

Comment j’ai cuisiné mon père, ma mère et retrouvé l’amour, S.G Browne (2013)

Andy un Zombie engagé !

comment-j-ai-cuisine mon pèreGenre littéraire : Roman Science-fiction

Thèmes abordés : Zombie, Droits des zombies, Humour

Histoire : Andy devient zombie à la suite d’un accident de voiture. Sa femme est mort,e on lui a retiré la garde de sa fille qui a survécu à l’accident. Il est contraint de retourner vivre chez ses parents. Ceux-ci traitent Andy comme un animal, il est séquestré dans la cave familiale. Il fait partie du club des morts vivants anonymes et n’est permis de sortir qu’à cette occasion.

Mon avis : Ce livre est un petit bijoux de drôlerie et d’imagination. Nous, nous retrouvons dans un monde où les zombies font partie de la population et sont considérés comme des animaux. En effet, lorsqu’un zombie égaré est retrouvé dans la rue, celui-ci est conduit à la fourrière et si personne vient le chercher, il n’est pas rare qu’il passe la nuit avec chats, chiens et autres animaux.
Andy est muet, en effet ayant perdu ses cordes vocales lors de son accident, il ne peut plus parler. Il communique donc avec une petite ardoise qu’il a autours du cou.
Vous l’aurez donc compris, ce livre tourne les zombies au ridicule. Ici il n’est pas question de tuerie de zombie mais plus de la vie de tous les jours d’un zombie et des obstacles rencontrés.
Un livre drôle donc mais pas que… Un livre plein d’émotions et de questions existentielles. Garder une attitude positives et faire le deuil de sa vie d’humain n’est pas chose facile.

Note sur l’échelle livresque : 7,5/10

En lisant ce livre j’ai pensé : que je l’aimais bien mais qu’il manquait un petit ingrédient pour en faire un coup de coeur !

 

Livre lu dans le cadre du challenge Zombie attack

Zombie-attack-1

Coups de coeur·Science-fiction

Flashforward, Robert J.Sawyer (2010)

Et si vous aviez un aperçu de votre vie dans 20 ans ? Vivriez-vous différemment ?

flashforwardGenre littéraire : Science-fiction

Thèmes abordés : Visions du futur, expérience, enquête

Histoire : L’espace de quelques minutes, l’humanité a perdu conscience.

Durant ce laps de temps, chacun a eu un aperçu fugitif de son avenir vingt ans plus tard. Quand le monde s’éveille de nouveau, plus rien n’est comme avant : le black-out a causé des milliers de morts et de blessés. Plus encore : ces visions ont bouleversé les esprits à jamais.

Mon avis : J’ai décidé de lire ce livre parce qu’il y a quelques temps, j’avais regardé la série Flashforward tiré de ce roman. Malheureusement, la série s’est arrêtée prématurément et laisse donc les spectateurs dans l’expectative… Comme je suis quelqu’un qui n’aime pas rester dans le flou et surtout qui aime par dessus tout lire, j’ai décidé de me procurer le roman de ce bon vieux robert J. Sawyer.

Ce roman est très intéressant, les personnages sont très bien construits et attachants. J’ai pris plaisir à suivre leurs aventures. J’ai beaucoup aimé le fait qu’il y ait des personnages de différentes nationalités et que le roman se passe dans différents pays. J’ai également apprécié le fait que le roman soit découpé en chapitre qui évoque chaque fois un personnage différent. De plus ce roman est accessible aux novices de la science-ficition. En effet, il n’y a pas pleins de descriptions alambiquées et techniques, c’est plus un roman d’action que de science-fiction pure.
J’ai moins aimé le fait de ne pas avoir de réponses à mes questions. Le roman est en effet très différent de la série télé. Du coup, je suis un peu déçue par ce point.
Je trouve que l’idée est bien trouvée mais pas assez approfondie. J’aurais aimé plus de pages et plus de réponses à certaines questions. Flashforward est un très bon divertissement qui pose pleins de questions existentielles. Est-ce que l’avenir est écrit? Vit-on différemment en ayant connaissance de son futur ?

Note sur l’échelle livresque : 8/10 Coup de coeur

En lisant ce livre j’ai pensé : « il faut que je lise d’autres livres de S-F » ABSOLUMENT !