Coups de coeur·Mangas/Manhwa

Barakamon, Satsuki Yoshino Tome 1, 2 et 3

Pendant mes vacances, je suis partie sur l’île de Goto et j’ai adoré ce voyage très dépaysant. J’adore le japon, j’ai eu la chance d’y aller une fois et je compte bien y retourner un jour pour justement visiter les îles.

Dans ce manga, nous suivons le quotidien d’un maître calligraphe, qui a fini deuxième à un concours et agressé un conservateur de musée qui lui a dit que ses calligraphies manquaient de personnalité. Le jeune homme est donc envoyé par son père sur l’île de Goto, habitué à la ville nous suivons son quotidien. Le jeune homme espère trouver ici le calme et l’inspiration qui lui permettront d’enfin affirmer son style. Malheureusement, il est sans cesse dérangé par une petite fille qui entre chez lui. Il ne sait pas par où elle entre et ne peut donc endiguer ce problème.

Barakamon m’a donné envie de découvrir cette île et m’a également permis d’en apprendre davantage sur la culture japonaise et plus particulièrement la vie sur une île.
Un manga tranche de vie plein d’humour et d’ondes positives. J’ai adoré ! C’est un gros coup de coeur. J’avais emprunté les 3 premiers tomes et finalement je me suis achetée la série pour ma collec’ et surtout pour découvrir la suite car à la bibli il n’y a que les 3 premiers tomes!!!

Contemporains·Coups de coeur

Cent millions d’années et un jour, Jean-Baptiste Andrea (2019)

Dans cent millions d’années et un jour, Jean-Baptiste Andrea nous propose une expédition dans les alpes mais également au coeur de l’enfance du narrateur. Le personnage principal, paléontologue part à la recherche d’un mystérieux fossile dont il est le légataire. Un vieux concierge vient de décéder. Les habitants de l’immeuble voyaient en lui un homme terne et sans intérêt, les enfants venaient dans sa loge pour écouter sa fantastique histoire. L’histoire d’un jeune homme pris dans une tempête qui fait une découverte extraordinaire, celle d’un squelette gigantesque : celui d’un dragon. Stan, le paléontologue rêve de découvrir ce mystérieux squelette et décide de partir en expédition embarquant avec lui son ancien assistant Umberto désormais accompagné lui-même de son assistant Peter. Un guide de montagne complétera l’équipe.

Après avoir eu un gros coup de coeur pour Ma reine, j’ai été ravie d’apprendre que l’auteur publiait un nouveau roman. Je me le suis donc procuré et j’ai beaucoup aimé ce nouveau livre. Cette fois-ci l’auteur raconte l’histoire d’un homme et de sa passion pour son métier. C’est d’ailleurs un sujet qui m’a beaucoup plu car j’exerce moi-même un métier passion : bibliothécaire. Souvent quand on exerce un métier passion, les gens trouvent ça fantastique et ne voient pas tout le travail qu’il y a derrière pour y arriver.
Stan n’est pas soutenu par son père durant son enfance, il souhaite que son fils reprenne la ferme familiale.

L’expédition est vue comme une lubie, un caprice avant la retraite de Stan. Pourtant, comme Stan, je suis persuadée que quand on a une intuition, il faut la suivre jusqu’au bout et que c’est grâce aux curieux que le monde avance.
Cent millions d’années et un jour, c’est un livre inclassable à mi chemin entre le roman d’aventure, le récit de voyage et le roman d’apprentissage. Je suis ravie quand je tiens entre mes mains ce genre de roman, car je fais partie des gens qui détestent les étiquettes et qui aiment les surprises.

Un style unique plein de poésie à découvrir d’urgence si ce n’est pas déjà fait !

Contemporains·Coups de coeur·Romance

Le bruit des pages, Livia Meinzolt (2019)

Le bruit des pages de Livia Meinzolt est un délicieux roman d’une maison d’édition que j’apprécie beaucoup : Les éditions Charleston et d’une délicieuse auteur qui je l’espère produira de nombreux autres romans dans la même veine. Livia Meinzolt a remporté le Prix du livre romantique en 2019 et c’est plus que mérité car ce livre est pour moi un chef d’oeuvre. J’ai adoré le découvrir car il aborde des sujets que j’apprécie. Tout d’abord l’héroïne hérite d’une librairie et plus particulièrement d’un mystérieux tableau dont elle ne doit en aucun cas se séparer. Ce mystérieux tableau, va faire naître en notre héroïne une histoire, elle va se mettre à écrire l’histoire de la jeune femme du tableau.
Au fil des pages, le lecteur découvre l’histoire qu’elle est en train d’écrire et peu à peu va se rendre compte que cette histoire empiète sur sa vie réelle. Je ne veux pas vous gâcher le suspense, je vous laisse donc découvrir cette magnifique histoire qui va vous emporter très loin.
Un roman qui m’a fait penser à mon livre préféré : « le portrait de Dorian Gray » d’Oscar Wilde. Nous ne retrouvons pas tellement ici les mêmes thèmes, mais il y a quelque chose qui m’a fait penser à ce chef d’oeuvre. J’ai beaucoup aimé le côté Mystique du bruit des pages. Et bien sûr, l’histoire d’amour bouleversante qui m’a fait penser à Bright star, le film de Jane Campion. (d’ailleurs il me semble que l’auteur cite ce film dans son ouvrage.) Si vous ne l’avez pas vu, prévoyez des tonnes de mouchoirs !!

J’ai beaucoup aimé les références à la Russie, je ne suis pas une spécialiste, mais ce roman m’a donné envie de découvrir les nombreuses oeuvres citées. Une belle lecture et un énorme coup de coeur pour ce beau roman romantique et mystique !

Coups de coeur·Feel-Good

La vie rêvée des chaussettes orphelines, Marie Vareille (2019)

Vous le savez déjà Marie Vareille et moi, c’est le coup de foudre ! Une magnifique histoire d’amour qui a débuté en 2015. Depuis Marie Vareille a la gentillesse de me faire parvenir ses livres, toujours avec une petite dédicace qui fait chaud au coeur. J’ai reçu la vie rêvée des chaussettes orphelines en Juin, je l’ai lu ou plutôt devrais-je dire : dévoré livrovore que je suis. Enfin, prise de scrupules, j’ai glissé un marque-page 100 pages avant la fin parce que quand même, ça ne se fait pas de ne pas déguster. Et puis, et puis, je voulais trop savoir, alors j’ai tout lu et j’ai adoré.

La vie rêvée des chaussettes orphelines, c’est l’histoire d’Alice, une jeune Franco-Américaine qui suite à des évènements dramatiques qui nous échappent retourne vivre en France à Paris après des années passées en Amérique. Au début du roman, nous assistons à son installation à Paris et à son embauche dans une start-up qui ne l’inspire guère qui se propose de réunir les chaussettes orphelines. Vous savez, ces chaussettes qui disparaissent mystérieusement et qui se retrouvent désespérément seules. Alice a un loyer à payer et ne croule pas sous les propositions d’embauche, elle accepte donc cette offre insolite sans trop croire en l’avenir de cette entreprise.

Des années plus tôt, suite à une visite chez son psychologue, Alice se met à rédiger un journal. J’ai bien rigolé car elle donne à son journal le nom de Bruce Willis. ça m’a fait penser à Il est grand temps de rallumer les étoiles de Virginie Grimaldi avec la petite fille qui appelle son journal Marcel. Lu plus récent, j’ai également pensé à Ciao Bella. Et puis bien sûr comment ne pas citer mon préféré de tous : Le journal de Bridget Jones.
Ce journal nous apporte des précisions sur le présent et nous permet peu à peu de comprendre pourquoi Alice a quitté précipitamment l’Amérique.
Dans ce roman, il y a bien sûr de l’humour à toutes les pages, mais un suspense haletant. Ce n’est pas seulement une comédie romantique ou un roman feel-good, mais bien un roman à suspense. Une fois ouvert impossible de le fermer c’est un Page-Turner (ou devrais-je dire un accrolivre)
Merci pour ce livre qui se lit tout seul et fait passer par toutes une palette d’émotions.

Coups de coeur·Feel-Good

Ciao Bella, Serena Giulliano

Attention mesdames et messieurs Gros coup de coeur pour Ciao Bella ! un roman écrit comme on parle qui fait du bien et en même temps traite de sujets qui fâchent tel que le racisme ou encore la pression que subissent les femmes et plus particulièrement les mamans.

Anna est enceinte de son deuxième enfant, son premier accouchement ne s’est pas très bien passé, son enfant est née prématurément. La jeune-femme est donc angoissée à l’idée de donner naissance à nouveau. Elle décide donc de consulter une psychologue.
Et si toute ses peurs remontaient à son enfance. Petit à petit, vous ferez connaissance avec la femme qu’elle est devenue et l’enfant qu’elle a été. L’italie qu’elle a quitté enfant et sa nouvelle vie en France.
J’ai beaucoup aimé cette histoire, car je me suis reconnue dans ce personnage de mère et de femme. Certains passages sont très drôles, j’en ai même relu certains en pouffant de rire tellement c’est criant de vérité. Un portrait de femme qui prouve que même si nous ne sommes pas des Wonderwoman et des mères parfaites, nous pouvons très bien vivre une vie pleine de bonheur en apprenant à appréhender nos peurs et à lâcher prise.

Contemporains·Coups de coeur·Feel-Good

La personne de confiance, Didier Van Cauwelaert (2019)

Didier Van Cauwelaert est l’auteur qui m’a fait aimer lire. Enfin pas exactement quand même, mais je pense que si Didier Van Cauwelaert n’existait pas, je ne serais jamais devenue bibliothécaire t je n’aurais jamais eu envie d’écrire un roman. Il y a des gens qui aiment lire parce qu’ils ont lu des grands auteurs et des grands classiques, moi je suis ravie de dire que j’aime lire car j’ai connu Didier. Il met du merveilleux dans le banal. Il rend la vie plus belle et c’est justement ce que je m’applique à faire tous les jours, même quand je sors les poubelles, j’ai le sourire aux lèvres.
Il fait partie de ceux que Mathias Malzieu appelle les surprisiers, des personnes qui mettent du merveilleux dans leur vie chaque jour. Les personnages de romans de Didier Van Cauwelaert sont souvent des héros ordinaires à qui il arrive une chose extraordinaire, une rencontre ou un évènement qui va changer leur vie. Dans la Personne de confiance, l’anti-héro, c’est Max, un grutier de banlieue qui va embarqué la vieille bretonne des biscuits l’amor. Une rencontre qui va changer la vie du jeune-homme et de la vieille dame.

J’ai beaucoup aimé ce livre que bien sûr j’ai dévoré, livrovore que je suis ! Comme toujours, ce livre est plein d’humour, mais également de sentiments, d’histoires de famille croustillantes et d’histoires d’amour. Un livre à l’image de la vie, dure et qui ne fait pas de cadeaux, mais plus souvent belle et pleine de surprises à qui sait les saisir.

Coups de coeur

Cavale ça veut dire s’échapper, Cali (2019)

Cali écrit des chansons qui sont comme des petits romans, qui répandent le bonheur et rendent la vie plus belle. C’est également un chanteur engagé qui parle de sujets plus tristes et plus graves.
En 2018, il publie son premier roman « seuls les enfants savent aimer » un récit intime sur son enfance et la perte de sa maman. Un récit parfois dur, parfois léger et parfois un peu fou à l’image du chanteur.
En 2019, il revient avec « Cavale ça veut dire s’échapper » un roman sur la période de l’adolescence. De l’amitié, de l’amour et de la musique sont les ingrédients de cet excellent second roman que je ne peux que vous recommander.
Un roman beaucoup plus gai et lumineux que le précédent Un roman sur le premier amour et le lycée qui vous rappelleront surement de bons souvenirs de jeunesse. (Pas que j’ai 90 ans, mais quand même, c’est pas tout jeune!) La musique y occupe également une grande place ! et surtout U2 dont Cali est fan.

Cavale ça veut dire s’échapper est un gros coup de coeur. J’attends maintenant le prochain avec impatience et je serai au rendez-vous.