Challenges/Swap·Contemporains

Blanche comme le lait, rouge comme le sang, Alessandro D’Avenia (2010)

Un roman sang faute !

9782253164593-TJ’ai lu ce roman dans le cadre du challenge Un mot, des titres organisé par calypso. Pour cette session, il fallait lire un livre  contenant le mot sang. J’ai donc choisi de lire ce roman dont je n’avais jamais entendu parler mais qui s’est présenté à moi comme une évidence. J’ai été séduite par la 4eme de couverture qui pour une fois ne dévoile pas tout le roman de but en Blanc. Blanc, ce mot est présent tout le long du roman. Une couleur qui fait peur à Léo, le narrateur de ce roman, un ado de seize ans. Comme tout bon lycéen qui se respecte, les profs sont pour lui une espèce à éradiquer. Travaillant moi-même dans un collège, j’ai bien ri à la description des profs et aussi au fait que souvent les élèves ont du mal à s’imaginer qu’on puisse avoir une vie en dehors de l’établissement. Léo a également une obsession pour le rouge. Rouge représenté par Béatrice, une jeune fille que Léo admire de loin mais qui pour lui est dans son cœur. Malheureusement un jour, Béatrice ne vient plus en cours. Léo va tout faire pour la revoir car elle est son rêve. Dans ce roman, nous suivons donc la vie de Léo pendant une année scolaire remplie d’émotion.

J’ai trouvé ce roman très poétique et très bien écrit. Je vous recommande donc sa lecture. J’ai aimé Léo cet adolescent qui m’a fait écho. J’ai aimé sa conception de l’amour. Le fait que rien ne l’arrête et qu’il soit prêt à tout malgré les nombreux obstacles qu’il rencontre. L’auteur parle de la théorie des âmes sœur dans Le banquet de Platon. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une histoire selon laquelle les êtres humains possédaient quatre jambes, quatre bras et deux têtes. Zeus qui avait peur de leurs pouvoirs auraient séparé ces êtres en deux. Les deux êtres ainsi séparés errent sur terre à la recherche de leur partie manquante. J’aime beaucoup cette théorie, je la trouve jolie et j’y crois. Ce roman est plein d’humour, de poésie, de romantisme, de sentiments et d’amour. Tous les ingrédients qui me sont chers pour faire un bon roman. Ce n’est pas un coup de cœur mais j’ai beaucoup aimé cette lecture. (il n’y a qu’a compter le nombre de fois ou j’ai écris j’aime !)

Pardonnez mon jeu de mot un peu nul dans le titre 😉

Note sur l’échelle livresque : 8,5/10

Challenge-Un-mot-des-titres

Challenges/Swap·Mangas/Manhwa·Science-fiction

Ikigami préavis de mort, Tome 1 de Motorô Mase (Manga)

Et s’il ne vous restait plus que 24H à vivre ?

ikigami tome 1Genre littéraire : manga

Thèmes abordés : Science-fiction, dystopie, mort

Histoire : à leur entrée à l’école, les enfants sont vaccinés. 1 sur 1000 sera condamné à mort entre 18 et 24 ans. En effet 1 vaccin sur 1000 contient une substance mortelle, pourquoi ? Pour rappeler à tout un chacun la valeur de la vie. Des employés de mairie ont pour mission de délivrer à ces jeunes et leur famille l’Ikigami. Un papier qui annonce à ceux-ci qu’ils ne leur restent plus que 24 à vivre.  Dans ce manga, nous suivons Fujimoto qui a la lourde tâche de délivrer les Ikigamis.

Mon avis : ça fait un petit moment que j’entends parler d’Ikigami sans jamais pour autant franchir le pas. Le challenge un mot des,titres portant sur le mot MORT ce moi-ci, je n’avais donc plus aucune excuse pour ne pas m’offrir le Tome 1 d’Ikigami préavis de mort.
Tout d’abord j’ai trouvé que la première partie du manga était très violente. Je me voyais déjà dans un manga très sanglants et il faut dire que ce n’est pas vraiment ma tasse de thé…

Cependant j’ai été agréablement surprise par la seconde partie de ce tome. J’ai même refermé le manga le coeur serré en me disant : WAOU ! Quand même. Sensation que tout bon lecteur comprendra. J’étais vraiment à fond dans l’histoire. Je conseille donc à tous de lire ce tome.
Cependant je ne suis pas convaincue par la suite de la série. Je n’ai pas encore lu d’autres tomes mais je pense que ce manga risque d’être un peu répétitif. Si quelqu’un a lu la suite, je suis curieuse de connaitre son avis.

Note sur l’échelle livresque : 8/10

En lisant ce livre j’ai pensé : que d’émotions !

Livre lu dans le cadre du Challenge un mot, des titres

Challenge-Un-mot-des-titres
Récapitulatif des lectures des autres participants

Challenges/Swap·Roman Policier/Thriller

Juste une ombre, Karine Giebel (2012)

Mon premier Thriller

juste une ombre karine giebelGenre littéraire : Thriller

Histoire : Cloé est une femme ambitieuse qui vise le poste de directrice générale dans sa société de publicité. En rentrant d’une soirée, elle est mystérieusement suivie par une ombre. Un homme vêtu de noir et portant des gants.
Elle est persuadée que cet homme s’introduit chez elle en son absence. Celui-ci déplace des objets. Cet homme existe-il vraiment ? ou est-ce Cloé qui est folle ?

Mon avis : Je ne suis pas très Thriller. Enfin je ne savais pas vraiment puisque je n’en avais encore jamais lu. Maintenant je peux donc le dire : « je ne suis pas très thriller« . Je n’ai pas eu peur loin de là. J’ai même attendu patiemment le moment où cette femme allait se faire tuer tellement elle m’était antipathique
Vous l’aurez donc compris, ce livre est donc loin d’être un coup de coeur. Ce genre d’histoire ne me passionnant pas plus que ça, je ne pourrais pas vous donner un avis entièrement objectif…
J’ai quand même l’impression que ce livre est un gros cliché du genre. Un flic à côté de ses pompes, une ancienne femme battue, une enfance brisée et enfin un infirmier psychiatrique… J’ai trouvé ça un peu gros.
Je croyais avoir démasqué la fameuse ombre et finalement la fin m’a quand même surprise. Je dois avouer que j’ai bien aimé le final.

Je ne donnerai donc pas de notes à ce livre puisque c’est le seul thriller que j’ai lu. difficile donc de juger.

En lisant ce livre j’ai pensé : vivement la fin…

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Un mot des titres organisé par Calypso. Il fallait lire un livre avec le mot ombre

Challenge-Un-mot-des-titres

La prochaine session il faudra plancher sur le mot : ROI (je ne sais pas encore si je participerai parce que ce mot ne m’inspire pas trop… On verra bien ! la vie est faite de surprise!)

CLIQUEZ ICI POUR VOUS INSCRIRE à la 14eme session

Challenges/Swap·Classiques

Bel-ami, Guy de Maupassant (1885)

Bel-ami, la vie d’un opportuniste

Genre littéraire : Roman réaliste

Thèmes abordés : Opportunisme, arriviste, journalisme, amour, séduction

Histoire : Georges Duroy vient d’arriver à Paris, il est sans le sou. Il travaille pour la compagnie des chemins de fer mais gagne un salaire misérable qui ne lui permet pas de vivre comme il l’entend. En effet, il veut mener la grande vie et se rêve en homme riche. Un heureux hasard va mettre sur sa route un de ces anciens camarades devenu journaliste pour « la vie Française« . Celui-ci l’embauchera et le prendra sous son aile au journal. Georges Duroy en bon opportuniste se servira des femmes auprès desquelles il fait l’unanimité avec sa moustache et son physique de jeune premier.

Mon avis : J’ai apprécié ce livre, je l’ai savouré. C’est pourquoi je poste mon billet si tard et je vous prie de m’en excuser.
Au début du livre j’aimais beaucoup Geroges Duroy et son ambition. Le fait qu’il soit parti de rien et qu’il arrive à gravir les échelons.

Cependant dans la seconde partie du livre, je me suis mise à le détester. Pourquoi ? parce que je n’aime pas les hommes prêt à tout pour réussir et employant des manières peu scrupuleuses. Il ne réussit pas par son talent mais simplement grâce à son charme et ses relations. Le Georges Duroy des premières pages n’a rien à voir avec le Georges Duroy de la fin. Maupassant nous démontre ici que la soif de richesse et de pouvoir pervertissent les hommes. Une morale qui malgré les siècles écoulés est toujours très actuelle.

Ce livre s’adresse à : ceux qui ne l’ont pas encore lu car c’est un classique de la littérature française. (pour ceux qui ont une liseuse (ereader) vous n’avez pas d’excuses parce que le livre est gratuit et disponible sur le site de la BNF ou sur le site du Gutenberg project)

Note sur l’échelle livresque : 6,5/10

En lisant ce livre j’ai pensé : Qu’il était très bien écrit et que Georges Duroy était un homme détestable

Livre lu dans le cadre du challenge un mot des titres organisé par Calypso. Il fallait lire un livre avec le mot : « beau« .Vous pouvez lire le récapitulatif ici

Le mot pour la prochaine session est « Blanc » pour participer c’est soit sur livraddict, soit sur le blog de Calypso

Challenges/Swap

Challenge un mot, des titres Session 6

Bonjour,

Avec un peu de retard, j’ai l’honneur de vous annoncer que je participe à la 6eme Session du Challenge un mot, des titres

 

Le mot est BONHEUR

Je tiens également à vous informer qu’il n’y aura pas de nouveautés avant mon grand retour en France prévu mi-Février 

à très bientôt et merci de votre passage, j’espère vous retrouver nombreux en Février et Heureux comme des papes

 

Coups de coeur·Romans autobiographiques

Un secret, Philipe Grimbert (2004)

Prix Goncourt des lycéens en 2004 et Prix des lectrices Elle en 2005.
Assurément votre prochain livre de chevet !

 Genre littéraire :  Roman autobiographique

Thèmes abordés : Secret de famille, déportation

L’histoire : L’auteur, un enfant faible souffre d’être différent. En effet, ses parents sont de grands sportifs et lui n’a rien d’un athlète. Pour remédier à ce problème, il s’invente un frère qui est tout ce qu’il n’est pas. Ce frère est fort et sportif à l’image de ses parents.

Un jour, il découvrira dans des affaires de famille un petit chien en peluche. Il continuera sa vie d’enfant en compagnie de ce chien sans trop se demander à qui il a bien pu appartenir.
C’est à 15ans qu’il découvrira le secret que lui cache depuis sa naissance toute sa famille et son entourage.

Mon avis : Je ne suis pas fan des biographies mais celle-ci est vraiment très intéressante. Difficile de parler de ce livre, de trouver les mots justes. Il y a des livres qu’on ouvre et qu’on referme. Assurément celui-ci ne fait pas parti de cette catégorie. Il reste ouvert dans un coin de votre tête ou de votre coeur. Impossible de rester indifférent. On se prend une grosse claque et on imagine celle qu’a pris Philipe Grimbert quand il a appris ce lourd secret de famille. Un livre qui traite de la déportation des juifs mais avant tout qui met en exergue le poid des secrets de famille. Un secret qui avait pour but de protéger l’auteur mais qui finalement n’était qu’une bombe à retardement.

Ce livre s’adresse à : à toutes et à tous

Note sur l’échelle livresque : 9/10 Coup de coeur

Ce que les autres lecteurs en pensent : 

Le Blog de Luna

Passion de lecteur

En lisant ce livre j’ai pensé : un petit livre mais oh combien bouleversant.

Livre lu dans le cadre du challenge un mot, des titres de Calypso, le mot était : secret