Jeunesse·Science-fiction

Cogito, Victor Dixen

Commencé pendant mes vacances avec beaucoup d’enthousiasme, j’ai eu un peu de mal à me replonger dans l’ambiance de Cogito. J’ai failli abandonné ma lecture, mais finalement qu’est-ce que j’aurais mal fait ! J’ai beaucoup aimé cette lecture.

Dans Cogito, Victor Dixen nous propulse dans un monde peut-être pas si lointain ou les I.A, les intelligences artificielles remplacent l’homme dans bien des domaines. Malheureusement, des hommes sont encore obligés de passer après les I.A pour faire le sale boulot. C’est le cas du père de l’héroïne de ce roman qui travaille pour HYGéa une intelligence artificielle qui gère le nettoyage de la ville. La où les machines ne peuvent pas intervenir, les hommes sont encore utiles. Roxane, notre héroïne une adolescente de dix-huit ans voit son père comme un déchet de la société. Elle essaie de s’en sortir comme elle peut. Elle fait partie d’un gang de filles : les clébardes. Un jour, elle est sélectionnée pour obtenir une bourse dans le but de passer son bac à l’aide de la programmation neuronale. Les stagiaires sont envoyés sur une île, des neurobots vont leur être injectés dans leurs cerveaux dans le but de les programmer pour réussir le bac. Et malheureusement bien évidement tout ne va pas se passer comme prévu.

Cogito fait référence à la célèbre phrase Cogito ergo sum (Je pense donc je suis) du Philosophe René Descartes. Dans ce roman il est donc question de philosophie et de réflexions. Réflexions générales sur la vie et plus particulièrement réflexions sur les I.A et la différence entre les humains et les machines.
J’ai beaucoup aimé apprendre des choses sur les I.A, ce n’est pas un documentaire bien sur mais l’auteur distille de nombreuses informations sur le sujet. Ce roman m’a donné envie de me documenter davantage sur ce thème.


J’ai également beaucoup aimé, le fait que l’auteur aborde la question des I.A d’un point de vue philosophie et qu’il intègre des concepts philosophiques à son récit.
Cogito est donc un coup de coeur pour toutes ces bonnes raisons.

Mangas/Manhwa

Gigant, Oku Hiroya Tome 1 (2019)

Gigant, c’est le nouveau manga du Mangaka Oku Hiroya célèbre pour sa série GANTZ que j’ai adoré. j’étais donc très curieuse de découvrir cette nouvelle série. Gigant est un manga de SF, un peu dans la même veine. C’est un peu What’s the fuck (si je peux me permettre). Enfin un peu moins barré que GANTZ quand même, mais ce n’est que le premier tome.

Dans ce premier opus nous faisons la connaissance des deux personnages principaux, Rei un lycéen passionné de cinéma qui rêve de devenir réalisateur et Papico une star du X. Rei est fan de Papico, un jour il découvre par l’intermédiaire d’affiches pas très sympathiques que Papico habite dans son quartier. Il décide d’arracher les affiches injurieuses, Papico le surprend. Elle trouve mignon l’attention de ce jeune fan.
Et puis, il va se passer des évènements qui relèvent de la Science-fiction et qui évoque le titre Gigant. Tout ce que je peux vous dire, c’est que j’attends la suite avec impatience pour en savoir plus sur ces mystères.
Une série qui commence fort !

Mangas/Manhwa

Gunnm, Yukito Kishiro (1990)

J’irais bien refaire un tour du côté de chez Gally, revoir la décharge et ce bon vieux Ido avec sa marque si particulière de Zalem… Ceux qui ne connaissaient pas le Manga Gunnm doivent bien se demander de quoi je parle ! rassurez-vous, je vous explique tout, tout de suite !!!

Quand j’étais au lycée, un ami m’a fait découvrir les mangas. Je ne connaissais pas du tout, en fait, pas tout à fait, un jour j’avais eu l’idée d’en acheter un sauf que j’avais acheté le tome 3 ou 6 d’une série, du coup, je n’avais rien compris alors j’avais laissé tombé. J’avais décidé que ce n’était pas pour moi. Apprécier les mangas, c’est d’abord commencer par faire l’effort de comprendre comment ça marche ! Je remercie donc cet ami sans qui je crois que je serai vraiment passé à côté d’une vraie richesse.

Un jour, j’ai découvert Gunnm et ce fût le coup de foudre dès les premières pages.
Gunnm, c’est l’histoire d’une cyborg qui s’interroge sur ses origines.
Le professeur Ido l’a trouvé dans la décharge dans un piteux état, mais bel et bien en vie. Il l’a ressuscité en récupérant des pièces. Ils vivent dans la décharge, au dessus d’eux vivent les élites dans une cité nommée zalem qui est en lévitation sur la décharge.
Gunnm, c’est un manga sur la quête d’identité d’une jeune-fille. Elle se pose de nombreuses questions sur ses origines car elle a tout oublié. Le mangaka nous questionne également sur les relations entre les robots, les machines et les humains . Un manga plein d’action, d’aventure et avec des petites touches d’Humour et d’amour.
Un manga qui n’a pas pris une ride ! Oups moi si ! ça ne me rajeunit pas !!

Gunnm est donc une relecture.
Pourquoi ? Tout d’abord parce que je me suis procuré le tome 1 de Gunnm Mars chronicle qui est la 3eme série Gunnm, mais qui raconte l’enfance de notre héroïne. J’ai donc souhaité relire les deux premières séries : Gunnm que je vous présente ici et Last Order que je prévois de lire prochainement.
Et puis tout simplement, car ce fût un plaisir car cette série est tout simplement un petit bijoux !!
Et également car je souhaitais voir l’adaptation ciné Alita : Battle Angel de Robert Rodrigez que j’ai adoré !!!!
Bon la Gally (la cyborg) du film est un peu fleur bleue par rapport à celle du manga, mais elle a son charme et j’ai trouvé ça plutôt mignon.



Science-fiction

Le sixième sommeil, Bernard Werber (2014)

Un livre qui n’a rien de soporifique !

107026894voilà bien longtemps que je n’avais pas lu de romans de Bernard Werber. C’est bien simple, plus de 5 ans puisqu’il n’y a aucun billet sur ce blog le concernant. C’est un auteur que j’apprécie beaucoup mais que j’avais mis de côté car je trouvais que c’était un peu toujours la même chose. à Noël mon mari a reçu « le sixième sommeil« du coup, je lui ai piqué et je me suis mise à le lire.
Pour tout vous dire, j’avais lu les premiers chapitres gratuits et je comptais me l’acheter coûte que coûte car je suis curieuse.

Je suis très contente de ma lecture, ce n’est pas un coup de coeur mais de belles retrouvailles avec cet auteur que je porte dans mon coeur. Le thème de ce livre est le sommeil. Ce qui m’a plu dans ce livre, c’est le mélange entre fiction et faits. Comme dans de nombreux livres de Bernard Werber, nous nous divertissons tout en apprenant plein de choses sur le sommeil. à noter quand même qu’il s’agit de science-fiction pour de nombreux éléments bien sûr (pour ceux qui ne connaitraient pas l’auteur).

Le personnage principal Jacques Klein est le fils d’une célèbre chercheuse sur le sommeil. Celle-ci disparait du jour au lendemain sans prévenir. Jacques perd le sommeil. Un soir en rêve, il fera la rencontre de celui qu’il sera dans 20ans et entame une discussion avec ce lui-même du futur.
L’intrigue est rondement bien mené et chaque fin de chapitre donne envie de poursuivre sa lecture. C’est un livre qui se dévore d’une traite. (Bien sûr étant donné que je viens d’avoir un bébé, j’ai pris mon temps pour le lire 😉 Bébé n’attend pas et est plus précieux que mes livres chéris.) mais je compte sur vous pour le lire d’une traite !

Un plaidoyer pour le rêve. Une ode au sommeil. Un livre qui n’a rien de soporifique.

 

Science-fiction

Des fleurs pour Algernon, Daniel Keyes (1959)

Un roman sur l’intelligence, elle n’est pas toujours là où l’on croit

FleursPourAlgernon1J’ai lu ce livre pour le challenge un mot, des titres organisé par Calipso du Blog Aperto-libro. Le but du jeu étant de lire un livre contenant dans son titre le mot tiré au sort pour la session.Pour cette fois, le mot était fleur.

J’ai donc choisi de lire Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes. Pourquoi ce choix? Pour tout vous dire, j’avais déjà lu ce livre. Au lycée, j’ai eu une prof d’anglais qui venait d’Amérique et elle nous a fait lire tout au long de l’année des extraits de ce livre en Anglais. J’ai un peu d’amnésie en ce qui concerne mes profs et ma scolarité, cependant je n’ai pas oublié cette femme qui était passionnée par son métier et nous donnait vraiment envie d’apprécier sa matière. D’autant plus que ce livre m’a passionné. C’est un livre de science-fiction rédigé dans le style journal intime  par Charlie Gordon, un arriéré mental qui va subir une opération pour devenir intelligent. Les premières pages sont bourrés de fautes d’orthographes et de syntaxes. Puis petit à petit, le jeune homme devient intelligent et écrit de mieux en mieux.
Le second personnage de ce livre est Algernon, une petite souris qui a été le premier cobaye pour cette opération visant à rendre intelligent. Car Charlie Gordon est le premier homme a subir cette intervention, il se sent comme un cobaye. Au fil de son récit, nous pouvons le ressentir.

J’ai beaucoup aimé cette lecture qui reste d’actualité, j’ai même été surprise d’apprendre que ce livre ait été écrit en 1959. J’ai beaucoup aimé le Charlie Gordon Arriéré et j’ai été émue par sa vie avant l’opération, le fait qu’il pense que tout le monde étaient ses amis alors qu’en fait ceux-ci se moquaient de lui et qu’il ne s’en rendait pas compte.
Le Charlie d’après l’opération est un autre homme. On peut faire le rapprochement avec Docteur Jekyll et Mister hyde sauf qu’ici les deux charlies ne se cotoient plus. Il y a un Charlie avant l’opération et le Charlie d’après. Ils sont dissociés mais pourtant ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre. Le Charlie intelligent à l’impression que le Charlie d’avant l’observe. Il souffre de dissociation.  Cette opération est-elle une réussite? Pour le savoir à vous de lire.

Ce roman interroge sur les dérives de la science. Il pose également des questions intéressantes sur l’intelligence et  le bonheur. 

Challenge-Un-mot-des-titres

Dystopie·Jeunesse

Le passeur, Lois Lowry (1993)

Un classique de la littérature jeunesse à lire et à faire passer

le passeur lois lowryLe passeur fait partie des romans jeunesses à lire. Je ne l’avais toujours pas lu et j’ai donc pris plaisir à découvrir cet ouvrage. Celui-ci fait partie de ces livres qui une fois ouverts sont très difficiles à lâcher. Tout un univers à découvrir s’offre à vous et Jonas, le personnage principal ne pourra que vous toucher.
Il s’agit d’une dystopie qui peut faire penser aux meilleurs des mondes d’Aldous Huxley en beaucoup plus accessible et plus dans l’émotion.

En effet, nous pénétrons dans un monde futuriste où les animaux n’existent plus et également beaucoup d’autres choses que nous connaissons. Les individus doivent se conformer à de nombreuses règles. Chaque famille n’a le droit d’avoir que deux enfants. Enfants qui naissent d’une mère porteuse. à 12 ans, les enfants se voient attribuer leur métier. Mère porteuse est le moins gratifiant, elles enfantent pendant 3 ans et ensuite deviennent des ouvrières.
Jonas est un onze-an. En effet chaque année a lieu une cérémonie durant laquelle les enfants acquièrent de nouveaux droits, par exemple à 8 ans les enfants n’ont plus droit à leur doudou appelé : objet de confort. à 9ans, ils acquièrent une bicyclette et ont enfin le droit de s’en servir.
Jonas se demande quel sera son métier. Il deviendra Dépositaire de la mémoire, personne ne sait exactement de quoi il s’agit sauf l’actuel dépositaire de la mémoire  : Le fameux Passeur.
Difficile d’en dire plus et j’en ai déjà beaucoup dit.

Le passeur est un livre à découvrir. Cependant la fin m’a un peu déçue. Il s’agit d’une tétralogie : Le passeur en 1993, L’élue en 2001, Messager en 2005 et le Fils en 2014.
Sur livraddict Nath (unchocolatdansmonroman) et Midnight-sun m’ont dit que ce n’était pas vraiment une suite. Je suis donc curieuse de savoir ce que vous en pensez ? Si quelqu’un a lu ces ouvrages.

Un film est également sorti l’année dernière réalisé par Phillip Noyce, Voici la bande annonce

Jeunesse·Science-fiction

Reborn, Thierry Robberecht (2013)

Une enquête sur fond de science-fiction

couv34359334Les catastrophes climatiques se succédant sur la terre, les terriens sont obligés d’immigrer sur une autre planète. Malheureusement sur celle-ci la place est limitée. Tout le monde n’a donc pas la chance de pouvoir y habiter. Cette nouvelle planète se nomme Reborn. Ses habitants sont munis d’un processeur identitaire (puce insérée dans leur nombril) permettant d’être scanné à tout moment pour vérifier qu’ils sont bien en règles.
Dans ce roman nous suivons Chuong un immigré clandestin. Celui-ci est accusé de tentative d’assassinat sur une citoyenne de Reborn. Ce roman est donc une enquête sur fond de science-fiction.

J’ai bien aimé ce roman qui n’est pas particulièrement original mais qui se lit avec intérêt. En effet, j’ai bien aimé suivre cette enquête et connaître au fil des pages la vie de ce jeune immigré. Un roman qui malgré son côté science-fiction pose de réelles questions sur l’immigration. Sur la cruauté dont sont victimes les immigrés et leur dure condition de vie, leur volonté de survivre dans un monde hostile.
Ce roman abrite également une belle histoire d’amitié intergénérationnelle. La science-fiction n’est qu’un prétexte pour nous livrer une belle leçon de vie.
Vous l’aurez donc compris, ce n’est pas un livre qui va révolutionner la science-fiction mais dont l’histoire est touchante et les personnages attachants.
J’émets quand même un petit bémol sur la fin que je trouve bâclée et qui aurait pu être plus touchante. Elle est trop vite expédiée, peut être que j’étais un peu déçue de finir ce roman que j’ai trouvé fort sympathique.

Note sur l’échelle livresque : 7/10