Fantasy·Jeunesse

La passe-miroir-Livre 1 : les fiancés de l’hiver, Christelle Dabos (2013)

Un fabuleux conte fantastique !

HS_passe_miroirok.inddSi vous ne deviez lire que les premières lignes de cet article alors autant vous le dire tout de suite : j’ai A.D.O.R.E ce roman.La passe-miroir est un roman jeunesse mais je suis une grande enfant alors je me suis régalée.

c’est un Univers fantastique incroyablement construit par l’auteur. Le style d’écriture est également très agréable. L’histoire fort sympathique et prenante. L’héroïne est géniale. Je crois que tout est parfait dans ce livre. Souvent quand je lis un roman, je me dis : il faudrait changer ça, où encore ça mais là j’ai tout aimé. Avec Christelle Dabos, nous sommes exactement sur la même longueur d’onde 😉 et je la remercie du fond du coeur pour cette belle lecture qui m’a fait voyager loin pendant quelques jours.

Pour vous donner envie : La passe-miroir Ophélie vit sur anima. Elle travaille dans un musée. Elle est en âge de se marier mais aucun prétendant ne trouve grâce à ses yeux pour la simple et bonne raison qu’elle n’a aucune envie de se marier. Après plusieurs refus, elle se voit obligée d’accepter la proposition d’un jeune homme du Pôle. Les mariages entre clan sont rares, en général les jeunes filles se marient avec des cousins. Elle est contrainte par l’esprit de famille (chef de la famille et personnage immortel qui est à l’origine de toute la descendance) de se marier et se voit obliger de quitter Anima avec son futur mari pour aller vivre au pôle. Pourquoi? c’est la question qu’Ophélie va très vite se poser et que vous découvrirez tout au long de ce roman.

Un gros coup de coeur pour ce roman, je n’ai qu’une hâte lire la suite

J’ai lu ce livre dans le cadre du Challenge un mot, des titres. Cette fois, il fallait lire un livre contenant le mot : Hiver

logo

Contemporains·Contes·Fantasy

Le prince de la brume, Carlos Ruiz Zafon (2011)

Un livre qui fait froid dans le dos

Genre littéraire : Roman jeunesse/Fantastique

Thèmes abordés : Maison hantée, Vengeance, Amour, Amitié, Personnages brisés

L’histoire : L’histoire se passe en Angleterre. Monsieur et Madame Carver et leurs trois enfants, Max, Alicia et Irene fuient la seconde guerre mondiale. Ils achètent une maison en bord de mer dans un coin d’Angleterre plus ou moins épargné par la guerre. Ils sont loin de se douter que leur malheur ne fait que commencer avec l’achat de cette propriété…

Mon avis : En me balladant sur la page Facebook de Séverine S.ecriture  (un peu de pub ne fait jamais de mal !) je me suis rendu compte que je n’avais pas rédigé d’article sur « Le prince de la brume » de Carlos Ruiz Zafon. Je remédie donc aujourd’hui à cette erreur ! Pourquoi ? Parce que ce livre est tout simplement génial, Captivant, plein d’action, de sentiments et surtout de frisson.

Ce livre fait partie d’une trilogie :

-Le prince de la brume

-Le palais de minuit

-Les lumières de septembre

Cependant le livre peut être lu seul. Chaque Tome retrace une histoire différente. Ma lecture remonte à quelques mois mais je peux vous dire que j’en ai encore froid dans le dos. J’ai pris plaisir à retrouver Carlos Ruiz Zafon après avoir lu et adoré L’ombre du vent et Marina. Nous retrouvons donc encore une fois l’univers Gothique cher à l’auteur ainsi que des personnages aux destins brisés. J’ai lu le livre en deux temps et je peux vous assurer que je n’étais pas tranquille la nuit où j’ai lâché le livre en plein milieu. Cet ouvrage est classé en roman jeunesse et j’avoue que je ne laisserais pas lire ce livre à un enfant. Je trouve que c’est trop effrayant. Enfin je lirai  avec grand plaisir les autres livres de la trilogie quand ils seront disponible à la bibliothèque.

Note sur l’échelle livresque : 9/10 Coup de coeur

Ce livre s’adresse : normalement à un public jeune mais je peux vous dire que ça fait peur. (peut être que je suis un peu froussarde…)

En lisant ce livre j’ai pensé : Que Carlos Ruiz Zafon fait maintenant partie de mes auteurs préférés. Je n’ai encore jamais été déçue par ses livres. Quel homme !

Fantasy·Romance

Sans âme : le protectorat de l’ombrelle (Tome 1), Gail Carriger

Alexia Tarabotti, un personnage haut en couleur !

Genre littéraire : Bit-lit

Thèmes abordés : Vampires, Loup-Garou, paranaturel, surnaturel, Amour, Enquête

Histoire : XIXeme Siècle à Londres, Mademoiselle Tarabotti vieille fille au caractère bien trempé est invitée à un bal. Trouvant le temps long, elle décide de se retirer dans la bibliothèque : un de ses lieux favoris. Cependant elle va faire une désagréable rencontre : Un vampire l’attaque. Un vampire qui n’est pas au courant qu’elle est paranaturelle. En effet Alexia Tarabotti n’a pas d’âme. Elle neutralise les pouvoirs de ceux-ci. Mademoiselle Tarabotti tue le vampire récalcitrant à coup d’ombrelle et l’achève avec une épingle à cheveux. Peu de temps après Lord Maccon et le professeur Lyall font leur entrée pour comprendre ce qui s’est passé. L’enquête peut commencer afin de savoir comment  de nouveaux vampires ont fait leur apparition en ville.
Les vampires sont contrôlés et recensés, celui qui vient d’agresser Madame Tarabotti n’était pas connu du Bureaux de recensement.(Le BUR)

Mon avis : J’ai lu ce livre dans le cadre d’un partenariat. De ce fait, je tiens à remercier les éditions du livre de poche et livraddict de m’avoir permis de lire les aventures d’Alexia Tarabotti.

J’ai beaucoup aimé cette lecture et suis un peu triste qu’elle soit déjà finie…Mais ce n’est que partie remise puisqu’il y a plusieurs tomes! Chouette alors! voici donc sans plus attendre mon avis sur ce premier volet.

Il y a des personnages littéraires que l’on rencontre et qui nous attirent dès les premières pages. Des personnages dont nous ne savons rien mais dont le nom ou la démarche nous interpelle. Et puis au fil des pages, nous nous rapprochons d’eux et une fois le livre refermé, ils nous manquent… Assurément Mademoiselle Tarabotti fait parti de ceux-ci.

Ami lecteur, tu dois toi aussi avoir tes références en la matière. Pour n’en citer qu’un, je dirai que le mien c’est Rouletabille de Gaston Leroux. Alexia Tarabotti fait maintenant parti de la liste de ces personnages charismatiques qui peuplent mon imaginaire.

Mademoiselle Tarabotti est un personnage auquel on ne s’identifie pas du tout mais qui pourtant nous embarque dans l’histoire de par sa forte personnalité. Son personnage est très bien construit et très crédible.

Il y a beaucoup de suspens dans ce livre, même si parfois certains évènements sont plus ou moins prévisibles. Ceci ne gâche nullement le plaisir de lecture puisqu’il y a quand même un gros lot d’imprévus.

L’univers est très bien construit : la ville de Londres au XIXeme avec son bureau de recensement des loups-garou, fantômes et vampires parait très crédible. L’auteur dépeint parfaitement les costumes de ses personnages. Il en va de même pour certains décors. Je m’imaginais avec une robe et des gants une ombrelle aux bras et pourquoi pas un grand chapeau comme Mademoiselle hisselpenny (l’amie d’Alexia) dans un dirigeable, observant de mon perchoir les aventures de Mademoiselle Tarabotti.

Le seul petit bémol que je pourrais noter c’est que je m’attendais à ce que l’enquête prennent plus de place dans l’intrigue.   Il est plus souvent question d’histoire d’amour que d’enquête pure mais c’est surement le genre qui veut ça.

Sans âme : le protectorat de l’ombrelle, c’est une histoire de loups garou et vampires, une enquête des amitiés et de l’amour mais avant tout un personnage haut en couleur à découvrir.

Ce livre s’adresse à : adolescent ou public adulte (quelques scènes chaudes)

Note sur l’échelle livresque : 7,5/10

Ce que les autres blogueurs en pensent :

SHARON

SEREGA LIVRES

En lisant ce livre j’ai pensé : que ce livre ferait un film très sympathique. Avis aux réalisateurs en herbe !

 

Coups de coeur·Fantasy

L enchanteur, René Barjavel (1984)

Sortez votre plus belle armure et partez à la conquête du graal

Genre littéraire : roman fantastique

Thèmes abordés : chevalier de la table ronde, merlin, quête du graal

L’histoire : La célèbre histoire des chevaliers de la table ronde du point de vue de Merlin l enchanteur.

Mon avis : Une lecture qui captive le lecteur de la première à la dernière page. Sortez votre plus belle armure et partez à la conquête du graal. N oubliez pas votre écu et très important votre arme, ca va saigner 😉
Damoiselles vous ne serez pas en reste parce qu’il est aussi question d’amour et je dirais même plus, d’amour avant tout ! oui ! car au près de chaque grand chevalier, il y a une femme(que ce soit mère, épouse ou encore maitresse.)

Ce livre s’adresse : au lecteur qui veut revivre la quête du graal sous un nouvel angle.

Note sur l’échelle livresque : 8/10

En lisant ce livre j’ai pensé : c’est cool d’être merlin (ahah bon pour la phrase philosophique faudra repasser !)

Coups de coeur·Fantasy

J.R.R Tolkien, Bilbo le hobbit (1937)

Tout plaquer pour devenir un hobbit ! 

Genre littéraire : fantasy (fantastique)

Thèmes abordés : Nains, Quête, Hobbit, Aventure, Terre du milieu, Trésor

L’histoire : Monsieur bilbo Baggins, hobbit de 25 ans vivait paisiblement au Fond du sac (End bag en anglais : nom du village ) dans un humble trou de hobbit jusqu à ce que ce trouble-fête de Gandalf ne vienne perturber sa quiétude. Le jeune homme fumait tranquillement sa pipe et fût surpris par la venue du célèbre Magicien. Le lendemain, il invita celui-ci à prendre le thé. Imaginez la surprise du hobbit quand ouvrant la porte la journée suivante, il vit un nain et non Gandalf. Celle-ci fût d autant plus grande quand un autre coup résonna à la porte et que deux nains se pressaient sur le paillasson. La scènette se répéta jusqu’à ce que le pauvre bilbo eut 13 nains attablés dans sa demeure réclamant des gâteaux et du thé en masse.
Gandalf avait fait une marque sur la porte de son trou de hobbit, indiquant que celui-ci était un cambrioleur confirmé. À Partir de ce jour, le jeune Baggins comprit qu’il ne serait jamais plus le même et que sa vie prenait un tout autre tournant.

 Mon avis : accrochez vos ceintures ou plutôt devrais-je dire préparez vos montures (Des poneys de préférence puisque vous devez vous mettre dans la peau d un hobbit.) Pages après pages on s’attache à l’anti-héro qu’est Bilbo Baggins. Froussard, il ne pense qu’à manger et rêve à son paisible trou de hobbit. Il fait preuve de courage à maintes reprises mais je l’aime d’avantage pour ses faiblesses que pour ses preuves de bravoures.
Ce livre est une vraie aventure qui se déguste et se savoure. Des paysages s’affichent dans votre tête. Quel dommage que le Fond du sac (Bag end) ne soit qu’une ville fictive, on aimerait tellement s’y rendre pour y couler des jours heureux.(avec quelques livres bien entendu)

Ce livre s’adresse : Du plus petit au plus grand, plus accessible que le seigneur des anneaux car moins long, je vous le recommande chaudement.

 Note sur l’échelle livresque : 9,5/10 Coup de coeur

Ce que les autres blogueurs en pensent :

Chez Craklou

Le blog d’Olya

En lisant ce livre j’ai pensé : Moi aussi je veux être un hobbit

Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut être : Le film de Bilbo le hobbit qui sortira en 2012 (Même si un livre ne vaut jamais l’aventure livresque)

Sans plus attendre visionnez le trailer