Contemporains·Contes

Mémoires de porc-épic, Alain Mabanckou

Il était une fois un porc-épic

38029878J’avais fait la connaissance de cet auteur dans un recueil de nouvelles de l’Unicef. Vous pouvez retrouver mon billet à ce sujet par ici. Suite à cette lecture, j’étais impatiente de découvrir Alain Mabanckou. J’ai choisi Mémoire d’un porc-épic par hasard car comme vous le savez : « le hasard fait bien les choses ». Un très bon choix. J’ai beaucoup aimé cette lecture.

Ce roman s’inspire d’une légende africaine selon laquelle chaque être humain a un double animal. Dans ce roman, nous suivons le double Maléfique de Kibandi : un porc-épic. Celui-ci est le narrateur de cette histoire et la conte à un baobab au sein duquel il a trouvé refuge. En effet, son double humain lui a fait accomplir une série de meurtres que celui-ci n’approuvait pas forcément. J’ai beaucoup aimé le style d’Alain Mabanckou et son univers.

à mi chemin entre le conte et le roman, j’ai suivi l’histoire de ce porc-épic avec délectation. Je vous recommande donc la lecture de ce livre. 

Mémoires de porc-épic Alain Mabanckou

 

 

Contes·Coups de coeur·Feel-Good

La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour eiffel, Romain puertolas (2015)

9782842638122J’avais adoré l’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa, c’est donc avec une joie intense que je me suis plongée dans le nouveau roman de Romain Puertolas. 
Dans ce roman plus question de Fakir ni d’Ikéa mais d’une factrice Française prénommée Providence.
Providence doit adopter une petite fille marocaine qui a avalé un nuage grand comme la tour Eiffel, malheureusement un volcan Islandais en a décidé autrement. Son vol est annulé. Providence doit donc trouver un plan B.

C’est à partir de ce postulat que Romain Puertolas nous fait croire l’impossible et nous fait également par la même occasion beaucoup rire. Ce roman est plus sensible que le précédent mais n’en est pas moins drôle. Je le trouve encore mieux que le précédent parce que justement, l’auteur nous fait rire à gorge déployé mais la seconde d’après nous émeut et nous bouleverse. Je remercie donc l’auteur pour cet ascenseur émotionnel à l’image de la vie, une succession de bons moments et d’autres moins bons toujours en restant optimiste quoi qu’il arrive. Garder le moral, rendre la vie plus belle avec des mots même si celle-ci ne fait pas de cadeau. Un peu comme dans la vie est belle de Capra, la vie n’est pas toujours belle mais à nous de la transformer avec de l’humour pour la rendre plus acceptable.
Vous l’aurez compris, quelques mots valent toujours mieux qu’un long discours : J’ai adoré ! J’attends le prochain roman avec impatience.

10/10 Coup de coeur

C’est avec joie que je vous invite également à vous rendre sur le site du café Powell (WEBZINE CULTUREL) Vous pouvez retrouver un article à ce sujet sur café Powell

Je viens de rejoindre l’équipe et c’est ma première contribution à ce webzine. Qu’en dites-vous?

Challenges/Swap·Contes·Jeunesse

Les Chroniques de Narnia,Tome 2, le lien, la sorcière blanche et l’armoire magique, C.S Lewis

« Toujours l’hiver mais jamais Noël »

Genre littéraire : Roman Jeunesse/Fantastique/Conte

Thèmes abordés : Mondes magiques, Autre-monde, féerie, magie

Histoire : Pendant la seconde guerre mondiale, quatre frères et soeurs (Lucy, Susan, Edmund et Peter) sont envoyés chez un professeur afin de se mettre à l’abri des raids aériens. Il habite une grande demeure et  les enfants en font vite leur aire de jeux. Lors d’une partie de Cache-cache Lucy fera une étrange découverte : Une pièce de la maison est vide et sans décoration, au fond de la pièce trône une vieille armoire. Lucy vient de trouver la cachette idéale mais est loin de se douter que celle-ci mène vers un autre monde… Un monde où c’est toujours l’hiver mais jamais Noël !

Mon avis : J’ai pris grand plaisir à lire ce conte. J’ai lu le tome 1 et j’ai enchaîné immédiatement sur le second. J’ai trouvé qu’il y avait moins d’humour que dans le premier volume et ça m’a un peu attristé… Rassurez-vous de nombreux passages m’ont quand même fait sourire.
Un deuxième opus plus sérieux donc !
à noter que ce livre peut être lu indépendamment du premier puisqu’il s’agit d’une toute autre histoire. Bien sur vous retrouverez certains personnages du premier tome tel que Aslan, le lion ou encore la sorcière Blanche.
Même si ma préférence va au tome 1 de Narnia, je lirai avec grand plaisir les autres épisodes 😉 parce qu’on a tous un enfant qui sommeille en nous et qu’il est très agréable d’entrer dans des mondes magiques.

Ce livre s’adresse : aux petits et grands enfants

Note sur l’échelle livresque : 7/10 parce que j’ai nettement préféré le premier

En lisant ce livre j’ai pensé : que c’était un joli conte de Noël

Livre lu dans le cadre du challenge un mot, des titres organisé par Calypso. Le mot était blanc donc blanche pour moi 😉

Contes·Coups de coeur·Jeunesse

Les chroniques de Narnia, le neveu du magicien, Tome 1, C.S Lewis (1955)

Entrez dans l’univers magique des mondes de Narnia

Genre littéraire : Roman jeunesse/ Fantastique/ Conte

Thèmes abordés : mondes magiques, magie, magicien, sorcière, enfants,

Histoire : Digory part vivre chez son oncle et sa tante parce que sa mère est gravement malade. Ils habitent tous les quatre ensemble. Son oncle est un homme mystérieux et solitaire qui passe son temps cloîtré dans sa chambre. Un jour, Digory fait la rencontre de Polly, sa petite voisine. Celle-ci lui apprend qu’il y a un passage qui relie toutes les maisons de la rue entre elles. Les enfants décident donc de partir à l’aventure dans ce couloir. Ils ont pour but de se rendre dans une maison qui semble inhabitée. Ils font une erreur de calcul et arrivent dans la chambre de l’oncle de Digory. Celui-ci les prend à parti et à l’aide de bagues magiques, il les envoie dans un monde magique.

Mon avis : J’ai beaucoup aimé cette lecture. Tout d’abord parce que c’est très bien écrit et ensuite parce que monsieur C.S Lewis a beaucoup d’imagination. J’ai donc pris grand plaisir à découvrir aussi bien le monde réel que les différents mondes magiques. J’ai apprécié le sens de l’humour et je me suis prise à rire à de nombreuses reprises. Je trouvais à certains moments que ça ressemblait à du Tolkien. Je me suis renseigné sur l’auteur et j’ai eu la surprise de lire qu’ils étaient amis. Ceci explique peut être cela… je ne sais pas soit, le style est quand très même différent.

Certains passages évoquent clairement la religion chrétienne. Ce qui sont réfractaires aux références religieuses ne doivent donc pas ouvrir ce livre… Il y a de nombreux passages très moralisateurs mais je trouve que c’est bien. Ce sont pour moi les bons côtés de la religion. être humble, prendre soin de son prochain, ne pas penser qu’à soi etc…

Ce livre s’adresse : aux petits et grands enfants

Note sur l’échelle livresque : 8/10 Coup de coeur

En lisant ce livre j’ai pensé : que je lirai avec plaisir les tomes suivant si l’occasion se présente. à savoir que chaque tome raconte une histoire différente.

Contemporains·Contes·Fantasy

Le prince de la brume, Carlos Ruiz Zafon (2011)

Un livre qui fait froid dans le dos

Genre littéraire : Roman jeunesse/Fantastique

Thèmes abordés : Maison hantée, Vengeance, Amour, Amitié, Personnages brisés

L’histoire : L’histoire se passe en Angleterre. Monsieur et Madame Carver et leurs trois enfants, Max, Alicia et Irene fuient la seconde guerre mondiale. Ils achètent une maison en bord de mer dans un coin d’Angleterre plus ou moins épargné par la guerre. Ils sont loin de se douter que leur malheur ne fait que commencer avec l’achat de cette propriété…

Mon avis : En me balladant sur la page Facebook de Séverine S.ecriture  (un peu de pub ne fait jamais de mal !) je me suis rendu compte que je n’avais pas rédigé d’article sur « Le prince de la brume » de Carlos Ruiz Zafon. Je remédie donc aujourd’hui à cette erreur ! Pourquoi ? Parce que ce livre est tout simplement génial, Captivant, plein d’action, de sentiments et surtout de frisson.

Ce livre fait partie d’une trilogie :

-Le prince de la brume

-Le palais de minuit

-Les lumières de septembre

Cependant le livre peut être lu seul. Chaque Tome retrace une histoire différente. Ma lecture remonte à quelques mois mais je peux vous dire que j’en ai encore froid dans le dos. J’ai pris plaisir à retrouver Carlos Ruiz Zafon après avoir lu et adoré L’ombre du vent et Marina. Nous retrouvons donc encore une fois l’univers Gothique cher à l’auteur ainsi que des personnages aux destins brisés. J’ai lu le livre en deux temps et je peux vous assurer que je n’étais pas tranquille la nuit où j’ai lâché le livre en plein milieu. Cet ouvrage est classé en roman jeunesse et j’avoue que je ne laisserais pas lire ce livre à un enfant. Je trouve que c’est trop effrayant. Enfin je lirai  avec grand plaisir les autres livres de la trilogie quand ils seront disponible à la bibliothèque.

Note sur l’échelle livresque : 9/10 Coup de coeur

Ce livre s’adresse : normalement à un public jeune mais je peux vous dire que ça fait peur. (peut être que je suis un peu froussarde…)

En lisant ce livre j’ai pensé : Que Carlos Ruiz Zafon fait maintenant partie de mes auteurs préférés. Je n’ai encore jamais été déçue par ses livres. Quel homme !

Classiques·Contes

The Pearl (la perle), John Steinbeck

Une perle qui change la vie

Genre littéraire : roman

Thèmes abordés : Perle, Richesse, discrimination,ségrégation ratiale, Mexicain, Américain

Histoire : kino, un mexicain trouve une perle qui va changer sa vie. Il se rêve en homme riche et est loin de s’imaginer à quel point cette découverte va bouleverser son existence.
Peu avant sa découverte, son bébé se fait piquer par un scorpion, le médecin du village ne veut pas soigner l’enfant sous prétexte que Kino n’a pas de quoi payer. Quand celui-ci découvre que Kino a trouvé la perle du monde, il accourt pour soigner l’enfant comprenant qu’il a tout a y gagner. Peu à Peu la perle apporte son lot de malédiction.

Mon avis : J’ai lu ce livre en V.O, je suis donc plutôt fière de moi. J’ai beaucoup aimé cette histoire même si avant de commencer, nous savons où l’auteur veut en venir : « l’argent ne fait pas le bonheur« . Comme je partage ce point de vue, j’ai bien aimé cette lecture. Mais ce livre ne se résume pas à cette petite phrase.

La première partie du roman aborde la ségrégation raciale qui existe entre mexicains et hommes blancs. Il y a clairement une critique de ces hommes blancs par l’intermédiaire du médecin qui ne veut pas soigner l’enfant d’un homme qui n’a pas d’argent. Kino ose demander de l’aide au docteur mais il n’est clairement pas habituel qu’un homme de sa condition frappe à la porte du médecin. Il y a d’un côté les hommes blancs (riches) et d’un autre côté les mexicains (pauvres).

Nous suivons donc les aventures de Kino et sa famille. Nous assistons à sa plus grande gloire (la découverte de la perle), nous partageons ses doutes et ses espoirs de vie meilleure. Peu à peu, nous comprendrons que c’est un aller sans retour et nous assisterons impuissant à sa chute brutale et violente.

Ce livre s’adresse à :  ceux qui aiment les livres avec une morale forte

Note sur l’échelle livresque : 9/10 coup de coeur

En lisant ce livre j’ai pensé : que je lirai d’autres Steinbeck, ça y est je suis fan. Rappelez-vous, je vous ai déjà parlé « Des souris et des hommes«