Feel-Good

Même les méchants rêvent d’amour, Anne-Gaëlle Huon (2019)

Cet été, j’ai découvert la plume d’Anne-Gaëlle Huon avec Même les méchants rêvent d’amour. Tout un programme si on se fie au titre 🙂 et j’ai adoré !

Jeannine 80 ans commence a perdre la mémoire, elle décide de rédiger son histoire dans un carnet pour ne pas perdre pied. Un carnet destiné à sa petite fille Julia pour lui révéler sa vie passé. Au fil des pages la jeune-femme se retrouve propulsé des années en arrière dans la vie de sa grand-mère. Julia, va découvrir Jeannine sous un autre jour car sa grand-mère a vécu toute sa vie en gardant un secret.
Au fil des pages, vous découvrirez le quotidien d’une maison de retraite avec des pensionnaires très attachants. Une mamie qui tricote des bonnets aux résidents avec pour chacun une citation à l’intérieur, comme les biscuits de la chance chinois. Un animateur qui met tout en oeuvre pour que les pensionnaires se sentent bien. Une maison de retraite où il fait bon vivre.

J’ai adoré l’ambiance de ce livre, un vrai roman Feel-good dans lequel on se sent bien. Au fil des pages de son carnet, Jeannine nous livre des listes savoureuses de ses petits bonheurs. C’est également un roman qui prend au coeur car dans le temps, la vie n’était pas si simple pour les femmes et on ne choisissait pas son destin. Une petite piqûre de rappel qui fait du bien et qui prouve que maintenant, c’est quand même mieux.

Contemporains·Coups de coeur

Sans oublier, Ariane Bois (2014)

Cette année, je participe au Prix des lectrices Charleston. Dans le cadre de ce prix, je dois lire une sélection de cette maison d’édition.

Le prix commence très bien pour moi puisque « Sans oublier » d’Ariane Bois est un gros coup de coeur.

Sans oublier, c’est l’histoire d’une femme, d’une fille, d’une mère, d’une soeur. Une histoire qui va vous marquer. C’est un roman criant de vérité sur le deuil. Une jeune femme vient de perdre sa mère et s’interroge sur la vie de celle-ci, mais également sur son propre rôle de mère. Ce deuil l’a replonge également dans un autre deuil vécu quelques années plus tôt : celui de son frère. Un livre qui décrit parfaitement cette période terrible et de la difficulté de continuer à vivre malgré tout.
L’auteur dresse un portrait d’une femme d’une justesse absolue, elle n’enjolive pas son personnage, ne nous le rend pas sympathique et nous livre une histoire poignante de secret de famille.

Coups de coeur

L’amour des loving, Gilles biassette (2015)

L’amour plus fort que tout !

40eedf0fdabe3928abf88e5170f09aa7_400x400J’ai été contacté par Marion Craheix des éditions Baker Street qui m’a proposé un partenariat. Baker street est une maison d’édition spécialisée dans la littérature anglo-saxonne. Pour les curieux qui souhaitent plus d’information vous pouvez vous rendre ici 

l amour des loving gilles biassetteMarion m’a proposé de lire Freddie Friday d’Eva Rice mais après une visite sur leur site, j’avais très envie de lire L’amour des Loving. C’était le coup de foudre pour plusieurs raisons. Premièrement pendant mes études, j’ai fait tout un travail sur Obama et son élection.J’apprécie beaucoup l’histoire de l’Amérique et plus spécialement le thème de la ségrégation raciale. Pour que vous compreniez un peu mieux, je vais vous parler du roman. John Bouvier est journaliste fraîchement recruté à l’Alexandria Chronicle, il doit faire le portrait d’une personnalité de l’état de Virginie : Harry connors, un homme politique républicain qui a oeuvré et pris part à l’Amérique ségrégationniste. John n’est pas enchanté à l’idée de faire un article sur cet homme. Celui-ci, se livre pourtant à lui et petit à petit le guidera de surprise en surprise. Il lui parlera de l’histoire des Loving. Un couple mixe dont le seul crime fût l’amour. 

L-amour-des-loving.jpegL’auteur nous livre trois histoires : celle du journaliste John Bouvier, celle d’Harry Connor et celle des Loving.
Un roman inspiré de faits réel regroupé par l’auteur pour donner plus de force à son roman. Trois histoires qui ont toutes un point commun : la perception des noirs. Dans l’Amérique de Harry Connor jeune, il ne fait pas bon être noir. À la même époque les Loving forment un couple mixte. Richard est blanc, mildred noire. Ils ont un enfant ensemble et en attendent un second. Ils aspirent à un bonheur simple, une vie de famille comme tout le monde. Ils décident de se marier mais les mariages mixtes sont interdits. Ils sont donc condamnés pour leur crime : celui de s’aimer.
Il y a également l’Amérique de Barack Obama, celle de notre journaliste : une Amérique qui a élu un président noir. Une élection qui tire un trait sur le passé ségrégationniste. L’auteur profite de cette nouvelle pour nous faire une pîqure de rappel avec l’histoire d’Harry Connor et des Loving. Il fût un temps où les noirs ne pouvaient pas prendre le bus avec les blancs. Ne pouvaient  pas aller aux mêmes restaurants. Ne partageaient pas les mêmes écoles, ni les mêmes églises. Un temps où les noirs et les blancs ne se mélangeaient pas. Pourquoi? Personne n’a vraiment la réponse, pas même Harry Connor qui finalement dans son vieil âge a affirmé son soutien à Barack Obama.

Un livre qui se lit d’une traite et qui est très intéréssant. J’ai beaucoup aimé cette lecture. Un roman qui abrite en son sein une magnifique histoire d’amour mais traite également de secrets. Le coup de foudre pour ce roman s’est transformé en coup de coeur.
Si vous êtes intéressés, vous pouvez faire un tour sur la présentation de celui-ci ici.

à noter Jeff Nichols a adapté ce livre au cinéma, le film a été présenté au festival de Cannes cette année.

Romance

Une lettre en été : Retour à Cedar Cove Tome 3, Debbie Macomber (2015)

Un retour toujours aussi agréable à la villa rose

Une_lettre_en__t__largeAprès avoir dévoré les 2 premiers tomes de Retour à Cedar Cove, j’ai pris plaisir à retrouver Jo-Marie dans le cadre idyllique de la villa Rose. Le kiosque n’est toujours pas prêt. Mark, l’homme à tout faire employé par Jo-Marie ne semble pas mettre coeur à l’ouvrage. Jo-Marie se pose d’ailleurs de nombreuses questions sur celui-ci. Dans ce tome, vous en apprendrez un peu plus sur son compte mais l’heure n’est pas encore au grande révélation. Jo-Marie accueille de nouveaux hôtes. Un couple qui bat de l’aile et vient trouver un peu d’apaisement à la villa rose. Nous faisons également la connaissance d’Ellie, une jeune femme qui vient à Cedar Cove pour rencontrer un jeune homme qu’elle a connu sur Internet.

Encore une fois, j’ai beaucoup apprécié ces histoires de vies avec une petite préférence pour celle d’Ellie. J’ai bien aimé ce personnage et la belle histoire d’amour qu’elle vit au début de ce roman avant même de connaitre le jeune homme (Tom). J’ai un peu moins apprécié la suite que j’ai trouvé un peu tiré par les cheveux mais tout à fait possible. En tout cas, je n’aurais pas apprécié la situation (que je vous laisse découvrir). Il y a donc beaucoup de suspens et j’ai apprécié ce point.

La fin laisse présager une suite. J’espère pouvoir la lire très prochainement. Debbie Macomber nous fait rentrer dans la vie intime des hôtes de Jo-marie et nous livre leurs secrets les plus intimes. La curieuse que je suis adore ce genre de roman. 

Note sur l’échelle livresque : 8/10

Livre lu dans le cadre de mon année Lectrice Charleston, je remercie donc chaleureusement la maison d’édition pour cet agréable moment de lecturelectrice charleston

Coups de coeur·Romans autobiographiques

Un secret, Philipe Grimbert (2004)

Prix Goncourt des lycéens en 2004 et Prix des lectrices Elle en 2005.
Assurément votre prochain livre de chevet !

 Genre littéraire :  Roman autobiographique

Thèmes abordés : Secret de famille, déportation

L’histoire : L’auteur, un enfant faible souffre d’être différent. En effet, ses parents sont de grands sportifs et lui n’a rien d’un athlète. Pour remédier à ce problème, il s’invente un frère qui est tout ce qu’il n’est pas. Ce frère est fort et sportif à l’image de ses parents.

Un jour, il découvrira dans des affaires de famille un petit chien en peluche. Il continuera sa vie d’enfant en compagnie de ce chien sans trop se demander à qui il a bien pu appartenir.
C’est à 15ans qu’il découvrira le secret que lui cache depuis sa naissance toute sa famille et son entourage.

Mon avis : Je ne suis pas fan des biographies mais celle-ci est vraiment très intéressante. Difficile de parler de ce livre, de trouver les mots justes. Il y a des livres qu’on ouvre et qu’on referme. Assurément celui-ci ne fait pas parti de cette catégorie. Il reste ouvert dans un coin de votre tête ou de votre coeur. Impossible de rester indifférent. On se prend une grosse claque et on imagine celle qu’a pris Philipe Grimbert quand il a appris ce lourd secret de famille. Un livre qui traite de la déportation des juifs mais avant tout qui met en exergue le poid des secrets de famille. Un secret qui avait pour but de protéger l’auteur mais qui finalement n’était qu’une bombe à retardement.

Ce livre s’adresse à : à toutes et à tous

Note sur l’échelle livresque : 9/10 Coup de coeur

Ce que les autres lecteurs en pensent : 

Le Blog de Luna

Passion de lecteur

En lisant ce livre j’ai pensé : un petit livre mais oh combien bouleversant.

Livre lu dans le cadre du challenge un mot, des titres de Calypso, le mot était : secret