Contemporains

C’est où le Nord ? Sarah Maeght (2016)

L’histoire d’une jeune femme à l’Ouest

1540-1

Je tiens à remercier les éditions Albin Michel ainsi que l’auteur pour l’envoi de ce roman.
C’est où le Nord?
c’est l’histoire d’une jeune femme prénommée Ella qui est à l’Ouest. Elle est originaire du Nord et professeur de français dans un collège catholique dans la région parisienne. Son copain l’a lâchement abandonnée, ne trouvant pas d’emploi de menuisier, il est reparti dans son département de naissance ou un poste l’attendait. Ella ne voyant plus d’avenir commun avec celui-ci va donc le larguer. Commencera alors pour elle une quête personnelle pour savoir ce qu’elle veut et qui elle est.

La préface de katherine pancol présageait un roman exceptionnel. J’ai rigolé car elle annonce : « Ne l’ouvrez pas à onze heures du soir en vous disant : « Tiens, je vais lire deux ou trois pages et m’endormir » vous ne dormirez pas » et c’est exactement ce que j’ai fait. Bon en fait si, Je l’ai laché mais pas au bout de trois pages mais une soixantaine. Le lendemain matin, je n’en ai fait qu’une bouchée.
C’est où le Nord est un roman avec un véritable style. J’ai beaucoup aimé l’écriture de Sarah Maeght qui a une écriture parlé par moment. Elle a également de l’humour et c’est quelque chose que j’apprécie chez un romancier. J’ai beaucoup aimé les passages qui se C'est ou le nord?passent au collège, les cours mais aussi la salle des profs. Les profs loufoques dont Ella ne se sent pas proche du tout et avec qui elle a du mal à entretenir des relations.
Au fil du roman, une mystérieuse personne lui livre des santons mutilés dans son casier. Je n’ai pas trop aimé l’intrigue qui se rattache à ces évènements et j’ai trouvé qu’elle gâchait un peu le roman car très différente du reste.
J’ai bien aimé suivre la vie de cette héroïne qui n’a rien de stéréotypée mais je n’ai pas eu un coup de coeur pour ce livre. Je ne pense pas que je garderais un souvenir impérissable de cette lecture. J’en attendais peut être trop après avoir lu cette préface élogieuse. C’est dommage car c’est un roman sympathique qui se lit d’une traite.

Contemporains

Je vais bien, ne t’en fais pas, Olivier Adam

Un petit roman bouleversant

Les lecteurs assidus de ce blog connaissent la relation étrange que j’entretiens avec Olivier Adam. C’est un auteur que j’aime beaucoup mais comme vous le savez déjà, je suis quelqu’un d’optimiste et si vous avez déjà ouvert un livre d’Olivier Adam, vous savez que ce n’est pas la qualité première de l’auteur. J’aime la nostalgie, le désespoir et la mélancolie qui se dégagent de son oeuvre.  J’en ressors bouleversée à chaque fois et parfois même en me disant : quelle horreur ! Pas pour le style d’écriture bien évidément mais plus pour les pauvres gens qui vivent dans ses romans. Des gens brisés auxquels nous ne souhaitons absolument pas nous identifier mais une réalité qui existe bel et bien. Une réalité sans fard.
J’avais adoré Les lisières selon moi le roman le plus abouti de l’auteur, je me suis donc décidée à lire : Je vais bien ne t’en fais pas. Pari risqué puisque j’avais adoré la version cinématographique de Philippe Lioret, petite séance de rattrapage pour ceux qui ne connaitraient pas encore ce film. Le film qui m’a fait le plus pleurer de toute ma vie et un de mes films préférés (la liste est longue et assez éclectique).

Le roman est aussi poignant que le film. Malheureusement connaissant déjà toute l’intrigue, celui-ci a un peu perdu de son intensité à mes yeux. Je vais bien, ne t’en fais pas d’olivier Adam ne comporte pas beaucoup de pages mais vous boulerversera par le poids de ses mots et de son écriture. Une ambiance pesante et mélancolique voir glauque, certains passages donnent la nausée. C’est l’histoire d’une fille qui vivait dans l’ombre de son frère (son frère était son exemple dans la vie) et qui sans lui a perdu pied.
C’est également une belle histoire d’amour entre un père et sa fille. Finalement je suis cruelle car il y a quand même une belle leçon d’amour dans ce petit roman d’Olivier Adam.

Note sur l’échelle livresque : 8/10

Non classé

Je peux très bien me passer de toi, Marie Vareille (à paraître aux éditions Charleston en Juin 2015)

couv_jepeuxtresbienmepasserdetoi_vareilleSecond roman, Second coup de coeur ♥

Après avoir dévoré et adoré le premier roman de Marie Vareille : Ma vie, mon ex et autres calamités, j’attendais folle d’impatience la sortie du nouveau roman de l’auteur prévue début juin. Le mois de Juin me paraissant terriblement loin, quelle fût donc ma surprise de le recevoir en avant première : Une des joies intenses que procure le statut de Lectrice Charleston. C’est également par cet intermédiaire que j’ai fait la connaissance de Marie, qui en plus d’être une auteur (et une personne) en or est également Lectrice Charleston 2015 et qui m’a gentiment envoyé son premier roman.

Je peux très bien me passer de toi, second roman de l’auteur est une petite merveille. C’est l’histoire de Chloe, Parisienne qui a tout pour plaire et qui couche avec de nombreux mecs mais n’arrive pas à se sortir de la tête son ex, Guillaume qui va bientôt se marier avec une autre.
C’est également l’histoire de Constance qui a mis un pied dans le no sex land et y semble coincé comme dans un sable mouvant. Elle est également convaincue que la lecture des romans de Jane Austen a ruiné sa vie sentimentale et qu’elle ne trouvera jamais quelqu’un comme Mr Darcy.

Deux femmes que tout oppose et qui visiblement n’ont rien en commun si ce n’est qu’elles fréquentent toutes deux le même club de Lecture. Deux femmes qui veulent faire évoluer leur vie dans le bon sens. Deux femmes qui vont tout mettre en oeuvre l’une pour oublier son ex, l’autre pour trouver l’amour.
Chacune va mettre l’autre au défi et finalement chacune va apprendre de l’autre.

Dans ce roman vous suivrez la quête personnelle de ces deux femmes que tout oppose mais dont l’amitié complémentaire leur fera se poser les bonnes questions. Une belle histoire d’amitié avant tout mais aussi un hymne à la réalisation de soi, quitter la routine et enfin oser être celle que vous souhaitez être, ne plus se trouver d’excuses mais vivre la vie pour laquelle vous êtes faites.

ce livre regorge d’anecdotes croustillantes, de gags et de situations rocambolesques qui vous feront pouffer de rire. C’est un livre plus sensible et plus dans l’émotion que le précédent. De nombreux passages m’ont émus. J’ai beaucoup aimé Mamie Rose (la grand mère de Chloe) ses bons mots et son état d’esprit. Je cite :

« Mamie Rose n’aime pas les femmes mal habillées, elle dit toujours qu’une femme sans talons et en pantalon, c’est aussi ridicule qu’un homme imberbe et en jupe. »

 « — Je t’aime, ma Chloé, tu es une fille extraordinaire, souviens-toi d’Oscar Wilde : ne tombe jamais amoureuse de quelqu’un qui te traite comme si tu étais ordinaire. »

Une mamie qui cite oscar Wilde, je ne pouvais qu’apprécier.

Note sur l’échelle livresque :10/10 coup de coeur

Je remercie donc chaleureusement l’auteur pour ce délicieux roman ainsi que les éditions Charleston pour l’envoi de celui-ci. Vous avez fait une heureuse 😉 lectrice charleston

Contemporains·Feel-Good

Mange,Prie, Aime d’Elisabeth Gilbert (2009)

Un Roman plein de bon sens !

983757_823733757637671_3060104725027795858_nMange, prie, aime est un roman qui se divise en 3 parties, nous partons en compagnie d’Elisabeth à la découverte de l’Italie (Mange), l’inde(Prie) et l’Indonésie(Aime).
Élisabeth a à première vue tout pour être heureuse, une Belle maison, un mari et de belles perspectives professionnelles cependant il lui manque quelque chose. Elle n’est pas heureuse. Après un divorce et une relation chaotique, elle s’autorise enfin à faire ce qu’elle veut vraiment : Partir à la recherche d’elle même. Elle commence par apprendre l’Italien et décide de partir en Italie, ces pas la guideront ensuite dans un ashram en Inde et enfin chez un Guérisseur en Indonésie.
Il est vrai que dit comme ça, ça n’a pas l’air fantastique. Cependant ce livre est vraiment bien. C’est non seulement un livre bien mais en plus, un livre qui fait du bien. Un livre qui vous fera réfléchir sur de très nombreux sujets mais plus particulièrement sur le bonheur. C’est un peu un livre de développement personnel, même si je dois avouer que je n’aime pas ce genre de livre… Ce livre m’a réellement séduite. Je partage de nombreux points de vue avec Elizabeth. Je n’ai pas trop aimé la partie qui se passe en Inde car il y est beaucoup question de religion. J’ai bien aimé ses idées sur la religion bien que je ne sois pas croyante. Elizabeth est très tolérante et c’est ce que j’ai apprécié. Ce qui m’a particulièrement plu dans ce livre, c’est le sens de L’humour d’Elizabeth. De nombreux passages m’ont fait sourire.
Le petit plus, petit clin d’œil particulier à Rome, j’aime les mêmes glaces que l’auteur. Lors de son séjour, elle a dégusté des glaces chez San crispino.Pour mes vingt ans, je suis allée à Rome avec ma maman et tous les soirs de notre voyage nous sommes allées chercher des glaces au même endroit. Nous les mangions devant la fontaine de Trévi. Un très bon souvenir !

Note sur l’échelle livresque : 8,5/1 Un casi-coup de cœur !

PS : en prime vous pouvez admirer mes jolis ongles fait à Bali