Contemporains

Le plus fou des deux, Sophie Bassignac (2019)

Le plus fou des deux de Sophie Bassignac, c’est l’histoire d’une rencontre. L’histoire d’une jeune femme, Lucie Paugham marionettiste célèbre qui va faire entrer dans sa vie un inconnu parce qu’il lui rappelle des fantômes du passé. Cet inconnu, elle le rencontra en sortant du cinéma un 31 décembre, il lui annoncera de but en blanc qu’il compte mettre fin à ses jours. La jeune femme ne réagira pas tout de suite, le croisant à nouveau, elle lui fera la proposition de devenir sa voix pour son nouveau spectacle. Une décision prise sur un coup de tête, chose qui ne lui ressemble pas du tout. Une décision qui va la replonger dans ses souvenirs et lui faire prendre conscience de certaines choses dans sa vie actuelle.

Entre passé et présent, au fil des passages, vous découvrirez la vie de Lucie Paugham et les choix qui ont fait qu’elle est devenue Marionnettiste. Un très beau portrait qui met en lumière cet art peu connu de la marionnette souvent assimilé à tort l’univers de l’enfance. Un livre qui montre également les côtés plus sombres de ce métier, le fait de passer à côté de sa vie de famille, de ne pas pouvoir être près de ses enfants l’artiste étant tout à son art.

C’est surtout et avant tout l’histoire d’une rencontre entre deux personnages de deux univers différents qui vont apprendre à s’apprivoiser.

Blog/Informations

La liste de mes envies #Rentréelittéraire 2019

Je ne suis même pas encore partie en vacances que déjà je pense à la rentrée. (Courage ! encore une semaine et c’est les vacances !!!!)
Je ne pense pas à la reprise du boulot, mais bien sûr comme tout bon lecteur à la rentrée littéraire et ses petites pépites que nous réservent auteurs et éditeurs. Et cette année, encore nous allons être gâtés. Voici la sélection des livres qui me font de l’oeil.

Alors ? Avons-nous des titres en commun ? On fait une lecture commune ?
Et pour finir, des titres à me conseiller ?

Contemporains

La femme qui ne vieillissait pas, Grégoire Delacourt

41ayPbZb54L._SX195_Rester jeune, n’est-ce pas le rêve de toute femme ? Grégoire Delacourt s’est posé la question et nous livre une réponse qui nous rejouira : si vieillir est difficile, rester jeune toute sa vie l’est tout autant. à l’âge de 30 ans Betty cesse de vieillir. Au début, elle apprécie et puis finalement, ce n’est pas si simple.

Grégoire Delacourt, nous prouve qu’être une femme, n’est pas facile tous les jours ou Quand rester jeune devient une malédiction.

Un conte moderne qui nous fait réfléchir et relativiser sur la peur de vieillir. Un livre qui m’a fait penser à Dorian Gray dans une version féminine. J’adore ce roman d’Oscar Wilde, je ne pouvais donc qu’apprécier une version féminine et au goût du jour (même si selon moi, Dorian Gray est toujours au goût du jour attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Le portrait de Dorian Gray restera mon livre préféré à vie, je pense)
à lire donc, si vous vous trouvez vieille, vous verrez, ça ira mieux après ! Tout n’est finalement qu’une question de point de vue dans la vie.

 

Coups de coeur·Romans historiques

Les fureurs invisibles du coeur, John BOYNE (2018)

images-6Les fureurs invisibles du coeur est le premier livre que je lis de cette rentrée littéraire 2018. Je suis très heureuse de vous en parler aujourd’hui puisque c’est un énorme coup de coeur. Je préfère vous dire sincèrement qu’il va être difficile pour moi de vous le vendre tant ce livre est complexe et magnifique. Une fois ouvert impossible de continuer votre vie normalement, vous allez être propulsé dans l’Irlande de 1945 à nos jours et plus particulièrement  dans la vie du personnage principal de ce livre : Cyril Avery.

Les premières pages relatent la grossesse non-désirée d’une jeune-fille et son ex-communication. Nous la retrouvons, seule et enceinte dans un bus pour Dublin sans un sou en poche. Elle va faire une rencontre providentielle dans ce bus. Une rencontre qui changera sa vie à tout jamais. Je me suis attachée à ce personnage, mais malheureusement ce n’est pas son histoire qui est développée mais celle de son fils Cyril. Dans l’incapacité de s’occuper d’un enfant, la jeune-femme, le donne à une soeur bossue. Dans ce roman, nous suivons donc l’évolution de cet enfant. Cyril a été adopté par les Avery, ses nouveaux parents ne semblent pas beaucoup s’intéresser à lui chacun étant trop préoccupé par ses propres affaires. Son père adoptif lui rappellera toute sa vie qu’il n’est pas un vrai Avery. Sa mère adoptive, passe son temps à fumer et écrire dans son bureau. Elle est auteur, mais rejète la célébrité.

De Dublin à Amsterdam en passant par New-York, j’ai apprécié suivre la vie de Cyril. Par l’intermédiaire de ce personnage, nous en apprenons beaucoup sur l’Irlande et également le combat des homosexuels pour leur reconnaissance. Une vie semée d’embuches, mais aussi pleine de moments joyeux. Un roman lumineux, triste et gai à la fois. 

enorme-coup-de-coeurC’est le premier livre que je lis dans le cadre du traditionnel challenge 1% de rentrée littéraire
38798366_10216371990323266_162096004236050432_n

Contemporains·Roman Choral

Les loyautés, Delphine De Vigan (2018)

 

images-3J’aime Beaucoup Delphine De Vigan, enfin je l’ai adorée pour son roman : No et moi. J’ai lu les heures souterraines et je n’ai pas du tout aimé ! Nous entretenons donc une relation compliquée.
J’étais ravie d’apprendre que l’auteur allait nous proposer à nouveau un roman  avec des personnages adolescents , malheureusement je n’ai pas du tout aimé ce livre. Je l’ai trouvé beaucoup trop sombre et déprimant. Trop dramatique, il n’y a pas un seul personnage qui apporte de l’espoir.  (pour ceux qui l’ont lu : Peut-être à la limite le personnage de l’enseignante bienveillante mais la pauvre a elle aussi des casseroles et la vie n’a pas été tendre avec elle.)
J’ai beaucoup aimé la construction de ce roman. Il s’agit d’un roman choral, chaque chapitre apporte le point de vue d’un des personnages de l’histoire.
Je l’ai lu jusqu’à la dernière page pour le style de l’auteur et pour cette construction qui maintient le suspense de la première à la dernière page.
Les loyautés est donc ma seconde déception de 2018.

 

Coups de coeur·Feel-Good

Barracuda for ever, Pascal Ruter (2017)

Un magnifique roman feel-good sur la difficulté de voir défiler les années au compteur

Je remercie du plus profond de mon coeur l’auteur de ce magnifique roman. J’ai tout adoré ! Rien à redire. Merci pour cette magnifique lecture qui fait du bien. Pour vous donner envie de découvrir ce petit bijoux, je vais essayer d’en parler du mieux que je peux.

Barracuda for ever, c’est l’histoire de Napoleon Bonheur qui décide de se renouveler à l’âge de 85 ans. Pour bien commencer sa nouvelle vie, il demande le divorce et quitte sa femme Joséphine. Cet homme, ancien boxeur en a toujours fait qu’à sa tête et a un caractère bien trempé quand Napoléon a décidé quelque chose, il ne vaut mieux pas aller contre sa volonté. Nous faisons la connaissance de ce personnage par l’intermédiaire de son petit fils léonard dit « mon coco ». Le grand-père et le petit fils sont très complices, ils parlent l’Esperanto entre eux. La complicité a sauté une génération car Napoléon ne porte pas particulièrement son fils dans son coeur. Il le trouve trop sérieux et différent de lui, va même jusqu’à l’appeler Couille-mouille et se moque ouvertement de lui. Souvent, il se moque de lui en esperanto et Léonard couvre son grand père car ils sont les seuls à parler ce dialecte dans la famille.
La grand-mère mise sur le carreau part dans le sud, elle écrira des lettres à son petit fils. J’ai beaucoup aimé ce procédé pour introduire le personnage de la grand-mère. Je me suis beaucoup attachée à ce personnage qui pourtant n’est pas le plus important du roman. J’ai apprécié son humour.

Barracuda for ever est un livre plein d’humour qui fait sourire et rire à de nombreux passages. C’est également un livre plein d’humanité et d’espoir. C’est un livre inter-générationnel à mettre entre toutes les mains, petites ou grandes, ridées ou pas ! Un vrai Régal !

 

Contemporains

Danser au bord de l’abîme, Grégoire Delacourt (2017)

danser au bord de l'abîme

Après avoir beaucoup aimé La première chose qu’on regarde, je me suis lancée dans la lecture de Danser au bord de l’abîme, le petit dernier De Grégoire Delacourt.

L’auteur dresse le portrait d’une femme qui est heureuse dans la vie et qui aime son mari et ses enfants mais qui un beau jour a un coup de foudre pour un homme dans une brasserie.

Un roman qui fait se poser des questions sur l’amour et le désir. L’auteur nous livre une vision des choses. J’ai apprécié son point de vue. Il met en scène un personnage féminin et est très juste dans ses propos. Le regard des autres vis à vis des femmes et le fait qu’elles soient toujours durement jugées quand elles décident de quitter leur mari. Un homme ne subit pas ce genre de comportement ou avec moins de violence. La mère de l’héroïne est très dure avec sa fille. Les enfants ne comprennent pas non plus le départ de leur mère malgré les explications. J’ai eu de la peine pour cette femme mais également pour le fait qu’on pardonne plus facilement les écarts d’un homme que ceux d’une femme. Peu après son départ son mari se met en couple avec une jeune femme et ne subit pas autant de commentaire.

J’ai beaucoup aimé la première partie de ce livre, un peu moins la seconde (un peu comme ce fût le cas pour « la première chose qu’on regarde ».) J’ai eu du mal à me remettre du choc. Si vous le lisez, ou l’avez lu, vous comprendrez. Préparez les mouchoirs. Et pas juste un paquet !