Contemporains

La femme qui ne vieillissait pas, Grégoire Delacourt

41ayPbZb54L._SX195_Rester jeune, n’est-ce pas le rêve de toute femme ? Grégoire Delacourt s’est posé la question et nous livre une réponse qui nous rejouira : si vieillir est difficile, rester jeune toute sa vie l’est tout autant. à l’âge de 30 ans Betty cesse de vieillir. Au début, elle apprécie et puis finalement, ce n’est pas si simple.

Grégoire Delacourt, nous prouve qu’être une femme, n’est pas facile tous les jours ou Quand rester jeune devient une malédiction.

Un conte moderne qui nous fait réfléchir et relativiser sur la peur de vieillir. Un livre qui m’a fait penser à Dorian Gray dans une version féminine. J’adore ce roman d’Oscar Wilde, je ne pouvais donc qu’apprécier une version féminine et au goût du jour (même si selon moi, Dorian Gray est toujours au goût du jour attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Le portrait de Dorian Gray restera mon livre préféré à vie, je pense)
à lire donc, si vous vous trouvez vieille, vous verrez, ça ira mieux après ! Tout n’est finalement qu’une question de point de vue dans la vie.

 

Contemporains

Danser au bord de l’abîme, Grégoire Delacourt (2017)

danser au bord de l'abîme

Après avoir beaucoup aimé La première chose qu’on regarde, je me suis lancée dans la lecture de Danser au bord de l’abîme, le petit dernier De Grégoire Delacourt.

L’auteur dresse le portrait d’une femme qui est heureuse dans la vie et qui aime son mari et ses enfants mais qui un beau jour a un coup de foudre pour un homme dans une brasserie.

Un roman qui fait se poser des questions sur l’amour et le désir. L’auteur nous livre une vision des choses. J’ai apprécié son point de vue. Il met en scène un personnage féminin et est très juste dans ses propos. Le regard des autres vis à vis des femmes et le fait qu’elles soient toujours durement jugées quand elles décident de quitter leur mari. Un homme ne subit pas ce genre de comportement ou avec moins de violence. La mère de l’héroïne est très dure avec sa fille. Les enfants ne comprennent pas non plus le départ de leur mère malgré les explications. J’ai eu de la peine pour cette femme mais également pour le fait qu’on pardonne plus facilement les écarts d’un homme que ceux d’une femme. Peu après son départ son mari se met en couple avec une jeune femme et ne subit pas autant de commentaire.

J’ai beaucoup aimé la première partie de ce livre, un peu moins la seconde (un peu comme ce fût le cas pour « la première chose qu’on regarde ».) J’ai eu du mal à me remettre du choc. Si vous le lisez, ou l’avez lu, vous comprendrez. Préparez les mouchoirs. Et pas juste un paquet !

Contemporains

La première chose qu’on regarde, Grégoire Delacourt (2013)

Que feriez-vous si votre acteur préféré venait frapper à votre porte ?

la première chose qu'on regarde delacourtAprès avoir lu la liste de mes envies de cet auteur, je n’avais vraiment pas envie de me replonger dans un de ces livres. C’est un article de Scarlett sur son nouveau roman qui m’a donné envie de reconsidérer la question. Un article de scarlett mais également un concours de circonstance qui a fait que je me suis retrouvée avec « la première chose qu’on regarde » entre les mains à la bibliothèque. La quatrième de couverture m’a intrigué. Je suis donc repartie avec mon livre sous le bras et je l’ai dévoré en deux soirées. « La première chose qu’on regarde aborde » un sujet qu’on a tous évoqué une fois dans sa vie avec son amoureux ou tout simplement avec des amis :
-Que feriez-vous si une actrice(un acteur) venait frapper à votre porte ?
En l’occurence, il s’agit de Scarlett Johansson qui débarque dans la vie d’Arthur Dreyfuss, un jeune garagiste. Un jour, celle-ci vient frapper à sa porte. Arthur pense tout de suite que celle-ci est en panne et a besoin d’un garagiste mais sa visite est tout autre. En effet Scarlett est une accidenté mais une accidenté de la vie. Arthur Dreyfuss lui aussi a son lot de casseroles à traîner.

L’auteur joue avec le lecteur et livre plein de surprises. J’ai beaucoup aimé cette lecture pour son côté inattendu. Bon par contre la fin… franchement ceux qui l’ont lu comprendront. J’ai très envie de découvrir d’autres romans de l’auteur. Finalement comme on dit : il y’a que les cons qui changent pas d’avis.

Contemporains

La liste de mes envies, Grégoire Delacourt (2012)

Que feriez-vous si vous étiez l’heureux gagnant du loto?

Genre littéraire : Roman

Thèmes abordés : Bonheur, jeux de hasard, amour, désillusion

Histoire : Jocelyne est l’heureuse propriétaire d’une mercerie dans la ville d’Arras, elle rédige un blog sur le tricot et les fournitures qu’elle vend dans sa boutique. Elle mène une vie tranquille mais heureuse en surface. Un jour, les jumelles propriétaires d’un salon de coiffure jouxtant la mercerie convainquent Jocelyne de jouer au loto. Sans conviction, elle misera 2 euros. Elle gagnera un peu plus de 18.000.000 euros et plus rien ne sera comme avant.

Mon avis : J’ai vu que ce livre faisait beaucoup parler de lui depuis sa sortie. En général quand on parle trop d’un livre, je me méfie. Ma méfiance vient de ma nature à ne pas aimer faire comme tout le monde… je ne sais pas d’où je la tiens cette nature.
Par exemple de toute ma vie, je n’ai lu qu’un seul Marc Lévy que je n’ai pas fini. J’ai détesté un livre d’Amélie Nothomb qui parait-il serait le meilleur et qui m’a vacciné à vie et je n’ai toujours pas lu un seul Musso. Pour ne pas passer pour quelqu’un qui fuit les best-seller j’avoue aimer Bernard Werber, Carlos Ruiz Zafon ou encore Eric-Emmanuel Schmitt.
En vous racontant tout ça, j’en oublie le thème principal de mon article : Grégoire Delacourt et son livre.
Evidement j’ai lu quelques articles d’autres blogueurs avant de me jeter sur ce livre et en particulier cet article sur le blog de phil

Je suis fan de comédie (feel good movies)et je me voyais déjà le sourire aux lèvres à la lecture de ce livre. Je m’attendais à quelques choses dans le style de « little miss sunshine » Allez savoir pourquoi, j’ai des idées des fois… Cependant j’ai trouvé ce livre plutôt triste. Il se lit très vite, l’écriture de Grégoire Delacourt est très belle. J’ai même noté quelques phrases que j’aimais bien. (Je suis comme ça, vous aussi peut être ? je note les phrases que j’aime bien dans un carnet et je les relis parfois, il y a un peu de tout et surtout n’importe quoi. Des phrases qui font sourire ou me rappelle un bon moment d’un roman. C’est en quelques sortes un souvenir rapporté)
Tout n’est pas tout rose dans ce roman, un peu comme dans la vie. Jocelyne est une femme qui répand le bonheur autour d’elle mais qui n’a pas droit au bonheur qu’elle mérite. Jocelyne est mariée à Jocelyn et ils ont deux enfants. Elle a perdu le troisième. La relation qu’elle entretient avec son mari s’est brisée ce jour là.Son mari lui en veut d’avoir perdu cet enfant. Il a des propos très durs envers elle. Jocelyne lui pardonne ses écarts et lui trouve toujours des excuses. J’ai beaucoup aimé cette lecture mais elle n’a vraiment pas eu l’effet d’une comédie sur moi mais plus d’un drame…

Enfin ce livre traite avant tout d’un sujet important pour tout être humain : Le bonheur et la fameuse grande question philosophie qu’on abordera tous au moins une fois dans sa vie, seul dans son lit ou entre amis autour d’un verre: « l’argent fait-il le bonheur? »
Un thème intéressant qui a fait et fera encore beaucoup réfléchir. Pour connaitre l’avis de l’auteur procurez-vous ce livre ! Il traite également des désillusions et des rêves brisés.

Ce livre s’adresse : à tous ceux qui veulent savoir si l’argent fait le bonheur 😉

Note sur l’échelle livresque : 7/10

En lisant ce livre j’ai pensé : que je lirai surement l’autre livre de Grégoire Delacourt « l’écrivain de la famille »