Blog/Informations

Le métier de bibliothécaire #Saison 1

Chose promise, chose due, je prends enfin le temps dans ma vie sulfureuse de bibliothécaire d’écrire un petit article sur ce métier.
Le 13 février, je vous ai posé des questions sur les clichés qui vous viennent à l’esprit quand on évoque ce métier.
Voici quelques unes de vos réactions :

Les bibliothécaires sont toujours habillés « vintage » .. mais que fait cristina cordula ?

mon bibliothécaire me fait penser au paresseux dans Zootopia… un grand corps un peu voûté. Il ne faut pas être pressé quand on s’adresse à lui mais il est très serviable et dévoué.

Avec les nouvelles technologies le livre va-t-il survivre ?

Est ce qu ils ont lu tous les livres de la bibliothèque ?

Tout d’abord je tiens à vous remercier d’avoir évité le cliché du chignon, du cardigan en laine et des lunettes. Je suis sûre que vous y avez tous pensé. Ensuite il y a aussi également très souvent le fameux « CHUUUT » qui revient en tête de liste quand on évoque notre profession. Et pour tout vous dire après avoir travaillé 2 ans dans un CDI de collège, je le maîtrise à la perfection. Cependant, ce n’est pas ma fierté car maintenant les Médiathèques sont des lieux vivants et de convivialité où il est permis et même conseillé de parler. Le chut n’a donc plus toute sa place dans cet ambiance plus décontractée.

Maintenant, je vais donc répondre à vos interrogations.

Les bibliothécaires sont toujours habillés « vintage » .. mais que fait cristina cordula ?
En ce qui me concerne, j’aime beaucoup la mode. Comme vous le savez déjà où allez le découvrir, si je n’avais pas été bibliothécaire, je serais Styliste. Durant mes études de mode, je passais beaucoup de temps à la bibliothèque à la recherche d’inspiration, j’en ai trouvé, mais pas pour la mode. Enfin, si j’aime toujours la mode mais l’appel des livres a été plus fort !!!

mon bibliothécaire me fait penser au paresseux dans Zootopia… un grand corps un peu voûté. Il ne faut pas être pressé quand on s’adresse à lui mais il est très serviable et dévoué.
Je suis petite et plutôt pleine d’énergie. Bon, je ne me tiens pas toujours très droite, ça doit être parce qu’on est souvent penché au dessus d’un livre ? non ?
Comme ton bibliothécaire, j’aime prendre soin des lecteurs.

Avec les nouvelles technologies le livre va-t-il survivre ?
Avec tous les blogueurs lecteurs, je pense que le livre a encore de belles heures devant lui. Les gens sont très attachés au livre. Jeter un livre est quelque chose d’intolérable pour de nombreuses personnes. La symbolique du livre est encore très forte.
Les murs de la bibliothèque n’étant pas extensibles, le bibliothécaire est amené à jeter des livres. Ce n’est pas toujours évident, même pour le bibliothécaire chevronné. ça s’appelle le désherbage. Certaines bibliothèques organisent des ventes avec les livres désherbés. Personnellement je ne trouve pas ça correct. Dans ma petite Médiathèque (qui n’est quand même pas si petite !) je donne les livres désherbés sauf ceux qui sont déchirés, abîmés ou obsolètes bien sûr.

Pour le côté sacré du livre, je pense qu’il serait temps que les mentalités changent. Surtout quand certaines personnes apportent des cartons de dons et que ce ne sont que des vieux livres avec les pages pleines de champignons qui sentent le moisi, moi je n’ai aucune pitié, tout part à la poubelle. Franchement les gars ! économisez-nous ce travail, faites ça vous-même, vous n’irez pas en enfer car vous avez jeté un livre. Et on en revient au bibliothécaire vouté ! vous nous bousillez le dos avec vos cartons de dons moisis 🙂

Est-ce qu ils ont lu tous les livres de la bibliothèque ?
Alors celle-ci est la question la plus posée quand on travaille en bibliothèque. Souvent sur le ton de la blague, mais parfois également en toute innocence. Parfois ça passe moins bien quand on te sort : « ça doit être super votre boulot, être payé à lire toute la journée. »
Qu’on se le dise tout de suite, le bibliothécaire lit principalement le soir chez lui sur son canapé, dans son lit comme tout le monde, ou le week-end et pendant ses vacances. Je lis en moyenne 50 romans par an, donc je vous laisse faire le calcul. je travaille depuis 2010 en bibliothèque, ça fait presque 10 ans donc 500 romans. J’ai 30 ans donc si on compte que j’ai commencé à lire des romans à 7 ans, je suis à 1150 grand maximum. Je lis également beaucoup de Mangas. D’ailleurs, j’ai presque lu tous ceux de ma Médiathèque. C’est rigolo ! la prochaine fois qu’on me posera la question je pourrais donc répondre fièrement : j’ai lu tous les mangas !

Voilà voilà c’est fini ! J’espère que cet article en amènera un autre. Il n’y a pas de questions bêtes et j’y réponds avec plaisir 😉 (Plus elles sont bêtes et plus c’est drôle en fait ! )

Qu’avez-vous toujours voulu savoir sur les bibliothèques sans oser le demander ? Rendez vous prochainement pour Le métier de bibliothécaire #saison2

Coups de coeur·Mangas/Manhwa

Le maître des livres Tome 7, Umiharu Shinohara

Le maître des livres, une série passionnante.

Si vous n’avez pas encore lu mon article sur le tome 1 du maître des livres, je vous invite à vite le découvrir. Un très beau manga sur la littérature jeunesse et le métier de bibliothécaire.

cvt_le-maitre-des-livres-tome-7-_1686Un tome 7 consacré en grande partie à Mizuho. Nous découvrons qu’elle a une soeur qui lui ressemble beaucoup physiquement mais beaucoup moins en ce qui concerne sa personnalité. Nous faisons sa connaissance par l’intermédiaire de Miyamoto dans des circonstances un peu gênante. Il croit avoir en face de lui Mizuho mais comprend qu’il s’agit en fait de sa soeur et garde un secret pour elle. Malheureusement lors d’une de ses visites à la bibliothèque Mizuho se rend compte que Miyamoto connait sa soeur. Mizuho est amoureuse de Miyamoto mais n’a pas confiance en elle et n’ose pas se déclarer. Sa soeur semble s’intéresser également à Miyamoto.
Au début de ce tome, nous en apprenons également davantage sur une des jeunes filles qui fait partie d’un club et vient faire des lectures aux enfants à la bibliothèque. Sa mère est décédée et était passionnée. Elle adorait faire la lecture aux enfants délaissant parfois sa fille pour cette activité. Celle-ci a donc choisi de faire partie de ce club pour comprendre la passion de sa mère.

J’ai beaucoup aimé cette lecture. à chaque fois que j’ouvre un tome du maître des livres, je suis enchantée étant moi-même bibliothécaire et appréciant la littérature jeunesse. C’est toujours un vrai bonheur d’entrer dans l’univers de la rose tremière et de retrouver les différents personnages qui partage mon univers. Je ne me lasse pas de cette série ! Je sais que beaucoup d’entre vous n’apprécie pas trop les mangas mais cette série vaut vraiment le coup d’oeil et le coup de coeur !

enorme-coup-de-coeur

 

Coups de coeur·Mangas/Manhwa

Le maître des livres Tome 5, Umiharu Shinohara (2014)

Mon coeur va droit à la bibliothèque de la Rose Trémière

le maître des livres tome 5C’est toujours un plaisir d’ouvrir un tome du « maître des livres« , j’avais prêté la série à une amie et elle a tellement aimé qu’elle a acheté le tome 5, j’en ai donc profité pour le lire. Merci Julie 😉
Tout comme les précédents, j’ai beaucoup aimé. Une série que je recommande donc à tous les passionnés de livres et bien sûr à tous les bibliothécaires !
Retrouvez mon billet sur le tome 1 ici

La première partie de ce tome est consacré à un sujet qui m’a beaucoup plu : « les bébés et la lecture« . Etant moi même maman d’une petite fille de huit mois, j’ai pris plaisir à lire ce chapitre. Il est conseillé de lire des livres aux bébés, moi qui adore les livres, je ne peux qu’approuver.


2016-04-17-20.40.54.jpg.jpeg
La bibliothécaire conseille plutôt de les acheter pourquoi? la réponse en image :

20160417_202758.jpg
Les chapitres suivant sont consacrés à la fondatrice de la bibliothèque de la Rose trémière. Celle-ci revient sur sa jeunesse et sur le premier roman qui lui a fait aimer la littérature jeunesse. (à vous de lire le manga pour connaître quel est ce titre !) Enfin, les derniers chapitres sont consacrés à Mikoshiba le bibliothécaire et son passé. Un ancien camarade de classe va refaire surface, les retrouvailles sont glaciales.

Dans ce tome, nous en apprenons toujours d’avantage sur les bibliothèques, le métier de bibliothécaire. J’apprécie toujours autant cette série et j’ai hâte de lire la suite.

Mangas/Manhwa

Le maître des livres Tome 4, Umiharu Shinohara (2014)

Une très belle référence au « Petit Prince » dans ce tome

le maître des livres tome 4Amoureux des livres, des bibliothèques, ce manga n’attend plus que vous, je vous invite à pousser la porte de la Rose Trémière : Coup de coeur garanti.

Pour ceux qui n’ont pas lu les tomes précédents :
Mon avis sur le tome 1
Mon avis sur le tome 2
Mon avis sur le tome 3

Encore une fois, quel plaisir de pousser la porte de la bibliothèque jeunesse de la Rose Trémière. Ce tome 4 s’intéresse plus particulièrement au personnage de Myamoto, vous savez, le jeune homme qui s’est découvert une passion pour les livres jeunesses en entrant par hasard un soir dans la bibliothèque.Le personnel de la Rose Tremière s’inquiète car celui-ci n’a pas remis les pieds dans leur établissement depuis plusieurs semaines. Myamoto est en pleine remise en question aussi bien personnelle que professionnelle. Il se demande s’il a fait les bons choix professionnellement parlant. Promis à un avenir tout tracé depuis tout petit : il devait reprendre l’entreprise familiale, adulte il avait fait un choix tout autre : travailler dans une entreprise. Finalement, a-t-il fait le bon choix? Ne devrait-il pas changer de voie? Il rencontre des usagers de la bibliothèque qui lui demandent pourquoi celui-ci ne vient plus. Un retour à la bibliothèque s’impose donc à lui. Il culpabilise de son absence mais Mizuho (la bibliothécaire à lunette) fait la réflexion très juste qu’il faut se rendre à la bibliothèque par envie et non se forcer à y aller.

Il questionne  ses amis de la bibliothèque sur leur choix de carrière. Pourquoi ont-ils décidé de devenir bibliothécaires?
Ces questionnements donnent des réflexions intéressantes sur le métier de bibliothécaire et brisent certains préjugés. Non bibliothécaire n’est pas un métier de Bisounours et l’exercer juste parce qu’on aime lire serait une erreur. Parfois le bibliothécaire est confronté à de méchants usagers qui font des remarques pas toujours très sympathiques à entendre.

Mikoshiba lui conseille de lire « le petit prince de st Exupéry » Un livre qui va l’aider dans sa quête personnelle. De nombreuses pages sont consacrées au roman de St-exupéry et j’ai pris grand plaisir à me replonger dans cette histoire qui a marqué mon enfance.