Coups de coeur·Mangas/Manhwa

Père et fils Tome 1, Mi Tagawa (2016)

La naissance d’un père

9782355929526_1_75Dans son manga Père et fils, Mi Tagawa nous livre la naissance d’un père. Torakichi passe sa vie sur les routes, il est herboriste itinérant et ne voit que très rarement son fils, c’est un père absent. Malheureusement un drame survient, son épouse décède et celui-ci prend donc en charge le petit garçon. Plutôt que de renoncer à son métier d’herboriste pour élever son fils, il décide de parcourir les routes avec lui et de l’amener à la rencontre de ses nombreux clients au quatre coins du pays. Sa soeur qui s’est occupée du garçon ne voit pas cette décision d’un très bon oeil.

Ce manga, nous livre la construction d’une relation père-fils mais également la reconstruction suite à la perte d’un être cher. Les deux sujets sont amenés avec pudeur et sans pathos avec legereté et douceur. Douceur qui se retrouve dans les traits de Mi Tagawa, un dessin doux et soigné très agréable.

Père et fils, c’est aussi un guide du parfait herboriste, par l’intermédiaire de Torakichi, nous découvrons les différentes variétés de plantes ainsi que leurs propriétés médicinales.

Un gros coup de coeur pour ce très beau manga. j’ai vais me procurer la suite ! c’est sûr !

enorme-coup-de-coeur

Contemporains

La valse des arbres et du ciel, Jean-Michel Guenassia (2016)

Van gogh comme vous ne l’avez jamais vu

La valse des arbres et du ciel GuenassiaQuand j’ai su qu’un nouveau livre de Jean-michel Guenassia sortait, j’étais sur un petit nuage. Après lecture de celui-ci je redescends doucement sur terre. J’ai beaucoup aimé ce nouveau roman. Julie alias Scarlett m’a accompagnée dans cette belle aventure. Nous avons fait une Lecture Commune de ce petit chef d’oeuvre. Vous pouvez retrouver son billet par ici.

à l’image du mouvement impressionniste, Jean-michel Guenassia donne vie aux différents tableaux de Van gogh durant sa période à Auvers. Il dresse un portrait de l’artiste très différent de celui que nous connaissons tous comme un homme torturé et fou. L’auteur réfute la thèse du suicide du célèbre peintre et nous livre les derniers jours de l’artiste du point de vue de Marguerite Gachet.
Marguerite Gachet, fille du célèbre docteur qui se faisait payer ses consultations en oeuvres d’art. J’ai beaucoup aimé ce livre car l’histoire est raconté par Marguerite donc d’un point de vue féminin. L’auteur dresse un très beau portrait de femme et de la condition féminine à cette époque. Il nous livre également de nombreuses informations sur la vie des peintres et plus précisément celle des impressionnistes. L’auteur entrecoupe les passages racontés par Marguerite avec des articles de presse d’époque. J’ai trouvé que ce procédé était très intéressant et apportait un côté documentaire au roman. la valse des arbres et du ciel Jean-Michel Guenassia.jpg.jpeg
J’ai également beaucoup appris sur l’impressionnisme et plus particulièrement sur les oeuvres de Van Gogh. J’ai consulté à plusieurs reprises des tableaux  de l’artiste en cours de réalisation dans le roman. La valse des arbres et du ciel est donc un roman très visuel qui vous transportera dans les oeuvres de ce grand artiste, au coeur d’une histoire dont nous n’aurons jamais le fin mot.Dans ce roman Jean-Michel Guenassia en propose une version parmi d’autres mais la controverse reste entière.

Ce billet est ma deuxième publication dans le cadre du Challenge 1% de rentrée littéraire. Une belle lecture que je vous recommande chaudement

challenge12016br

Si vous voulez découvrir d’autres romans de l’auteur, voici mes billets :

vie rêvée d ernesto G. Guenassia

TROMPE_LA_MORT_couv.qxp_RL_140x205

optimistes

Contemporains·Coups de coeur

Freddie Friday, Eva Rice (2016)

Croire en ses rêves et accomplir ce pour quoi nous sommes fait

Freddie Friday-crg.inddDans l’angleterre de la fin des années 60, Marnie Fitzpatrick est une jeune-fille de ST libby , un collège de filles huppées qui étudient en attendant de se marier. Marnie a une prédisposition naturelle pour les maths mais son beau père, un acteur célèbre est persuadé que la place d’une femme est à la maison auprès de son mari. Le professeur de mathématiques de Marnie : Miss Crewe, l’encourage dans cette voie. Malheureusement entraînée par Rachel potter, une jeune-fille belle et populaire qui souhaite devenir peintre, elle va sécher les cours. Elles boivent et leurs vies respectives vont prendre un tout autre tournant. 
Lors de cette escapade, Marnie va flasher sur un jeune ouvrier.  Une rencontre qui va mêler les destins de ce garçon nommé Freddie à celui de Miss Crewe et Marnie Fitzpatrick. Une rencontre qui va bouleverser la vie de Marnie mais également faire ressurgir les rêves passés de Miss Crewe. 

J’ai beaucoup aimé ce roman autant pour son histoire que pour le style d’écriture de l’auteur. Merci beaucoup pour cette remarquable traduction car comme je l’ai déjà dit, j’ai beaucoup de mal à lire en V.O et préfère largement les versions françaises. Bien souvent les traducteurs sont oubliés et c’est bien dommage car c’est un très beau métier qui devrait être plus reconnu. Merci donc à Martine Leroy-Battistelli pour son travail. Merci également à l’auteur Eva Rice pour ce magnifique roman. Je remercie également les éditions Baker street pour l’envoi et les belles heures de lectures que j’ai passé en compagnie de ce petit bijou. 

J’ai beaucoup aimé le personnage de Miss Crewe et son rôle dans le roman. Son rôle de professeur bienveillant qui pense au bonheur et à l’accomplissement de soi des ados dont elle est en charge. Elle se rendra compte également qu’il n’est jamais trop tard pour prendre son destin à bras le corps.
J’ai également beaucoup aimé le personnage de Marnie, une jeune fille qui se cherche et qui vit son premier amour.
Rachel est également un sacré phénomène. Durant ma lecture, je note souvent des citations. J’en ai donc quelques unes à vous proposer :

Marnie : « Je n’aime pas les beaux garçons …Je crois qu’il sera différent. J’aime bien les gens différents. »
Rachel : « Avant, je pensais comme toi. Et puis, je me suis aperçue que les gens différents n’en savaient pas plus que les autres. à ta place, j’irais droit au but et je m’attaquerais à ceux qui sont beaux.« 

« La solution de tout, dans la vie était simplement de donner l’impression de bien faire ce qu’on faisait et, de la sorte, les autres le croiraient aussi. »

« Le timing : tout , dans la danse comme dans la vie, était une affaire de timing, de calcul, de mesure afin de trouver la réponse exacte. Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit ! Vous perdez le compte et vous perdez tout. »

« Je me demande combien de fois nous nous habillons pour les autres et pas pour nous-mêmes. »

Un roman plein d’humour mais également de nostalgie qui mêle passé et présent. Eva rice fait passer le lecteur par une palette de sentiments, du rire aux larmes en quelques pages. Un roman qui donne envie de croire en ses rêves et de se faire confiance même si parfois la vie est dure. Il ne faut pas se laisser briser par celle-ci et toujours croire en son destin.

 

 

 

Contemporains·Coups de coeur

Les lettres de Rose, Clarisse Sabard (2016)

Un Coup de coeur pour Lola !

Je remercie chaudement Elise des éditions Charleston pour l’envoi de ce roman.

couv7966455.pngJe l’attendais avec impatience pour plusieurs raisons.
Premièrement : ma huitième merveille du monde s’appelle Rose.
Deuxièmement : Clarisse était lectrice Charleston avec moi en 2015.
Troisièmement : ça parle de secret de famille et vous savez tous que j’en raffole.
Quatrièmement : Elle est la gagnante du prix du livre Romantique ! BIG UP ! STANDING OVATION LES AMIS ! félicitations Clarisse, tu le mérites x 10

Lola est une jeune-femme de 27 ans qui a été adopté. Aimée et choyée par ses parents adoptifs et ne souhaitant pas leur faire de peine, elle avait fait une croix sur son passé. Un jour, le passé refait surface. Elle reçoit un coup de fil d’un notaire qui risque bien de changer sa vie. Elle hérite d’une maison de sa grande mère maternelle. Une maison, où celle-ci a disséminé toutes les pièces du grand puzzle qu’est l’histoire de la famille biologique de Lola. 

Au fil des pages, l’auteur nous livre la vie de l’arrière grand-mère de Lola prénommée Louise, celle de Rose (sa grand-mère) et Nadège (sa mère).
Les chapitres s’enchainent nous entraînant tour à tour dans le passé et dans le présent de la jeune femme. J’ai beaucoup aimé le rythme de ce roman et j’ai autant apprécié l’histoire de notre jeune héroïne que celle de sa famille. Une histoire qui n’a rien de Rose contrairement au titre de ce roman. Je m’attendais à quelque chose de plus joyeux mais j’ai apprécié ce que j’ai trouvé : Une histoire de famille pleine de non-dits. Encore un livre qui semble dire : « les secrets de famille n’entraînent rien de bon », libérez-vous, parlez pour épargner les générations futures.
N’allez pas croire que ce soit un roman sombre, loin de là. Lola est un personnage pétillant et j’ai pris plaisir à faire sa connaissance. Elle partage avec moi un rêve fou : tout plaquer et ouvrir une librairie/salon de thé.

Dans « Les lettres de Rose » Clarisse fait de nombreuses références à des romans
Charleston de l’année 2015. L’histoire de Lola m’a fait penser à « Emma » de Fleurs Sauvages car comme Emma, Lola veut en apprendre plus sur son passé pour enfin pouvoir se construire. Tout comme Emma, par l’intermédiaire d’une maison héritée, elle va connaître son histoire familiale. Leslettresderoseclarissesabard.jpeg
Il est également question de mémoire génétique (je ne suis pas sûre que ce soit le terme exact) mais ce thème est également évoqué dans mon roman Charleston préféré de 2015 : La mer en hiver de Susanna Kearsley.
Le sosie de Clovis Cornillac m’a fait penser par certains côtés à Marc de la série de Debbie Macomber Retour à cedar cove. J’ai donc pris plaisir à retrouver ces ingrédients qui font un bon roman charleston. Chapeau l’artiste pour un premier roman.  Merci pour ces belles heures de lecture, si la suite est aussi savoureuse, je l’attends avec la bouche en coeur.
Peut-être pourrais-tu appeler un de tes personnages Joanna 😉 hihi je te taquine

Science-fiction

Le sixième sommeil, Bernard Werber (2014)

Un livre qui n’a rien de soporifique !

107026894voilà bien longtemps que je n’avais pas lu de romans de Bernard Werber. C’est bien simple, plus de 5 ans puisqu’il n’y a aucun billet sur ce blog le concernant. C’est un auteur que j’apprécie beaucoup mais que j’avais mis de côté car je trouvais que c’était un peu toujours la même chose. à Noël mon mari a reçu « le sixième sommeil« du coup, je lui ai piqué et je me suis mise à le lire.
Pour tout vous dire, j’avais lu les premiers chapitres gratuits et je comptais me l’acheter coûte que coûte car je suis curieuse.

Je suis très contente de ma lecture, ce n’est pas un coup de coeur mais de belles retrouvailles avec cet auteur que je porte dans mon coeur. Le thème de ce livre est le sommeil. Ce qui m’a plu dans ce livre, c’est le mélange entre fiction et faits. Comme dans de nombreux livres de Bernard Werber, nous nous divertissons tout en apprenant plein de choses sur le sommeil. à noter quand même qu’il s’agit de science-fiction pour de nombreux éléments bien sûr (pour ceux qui ne connaitraient pas l’auteur).

Le personnage principal Jacques Klein est le fils d’une célèbre chercheuse sur le sommeil. Celle-ci disparait du jour au lendemain sans prévenir. Jacques perd le sommeil. Un soir en rêve, il fera la rencontre de celui qu’il sera dans 20ans et entame une discussion avec ce lui-même du futur.
L’intrigue est rondement bien mené et chaque fin de chapitre donne envie de poursuivre sa lecture. C’est un livre qui se dévore d’une traite. (Bien sûr étant donné que je viens d’avoir un bébé, j’ai pris mon temps pour le lire 😉 Bébé n’attend pas et est plus précieux que mes livres chéris.) mais je compte sur vous pour le lire d’une traite !

Un plaidoyer pour le rêve. Une ode au sommeil. Un livre qui n’a rien de soporifique.