Contemporains·Coups de coeur·littérature japonaise

La papeterie Tsubaki, Ito Ogawa (2018)

CVT_La-Papeterie-Tsubaki_7138Hatoko surnomée Poppo a 25 ans, suite au décès de l’Aîné, sa grand-mère maternelle qui l’a élevée, elle revient à Kamakura ville de son enfance. Celle-ci, écrivain public et gérante de la papeterie Tsubaki a initié Hatoko à son métier. Elle n’a pas toujours été tendre avec elle, ce qui explique peut-être son départ. La jeune-femme vient faire son deuil dans la ville où elle a grandi. Elle décide de prendre la succession de l’Aîné. Elle devient à son tour écrivain public. Hatoko va se fondre dans la peau des personnes qu’elle rencontre pour écrire des lettres à leur image.

Un roman qui nous fait voyager au japon et nous fait découvrir le métier d’écrivain public dans ce pays. un métier, qui est très codifié. Le choix des outils d’écritures, du papier et de l’encre enverra un message très différent au destinataire de la lettre. Hakoto s’investit pleinement dans ce nouveau travail, chacune de ses lettres est unique et demande beaucoup de travail et d’investissements de sa part.
J’ai aimé ce récit pour son côté très documentaire qui nous permet de mieux comprendre ce métier méconnu d’écrivain public et l’importance de celui-ci au japon un pays très attaché aux traditions.
Au fil des pages, vous découvrirez de très beaux portraits et vous en apprendrez d’avantage sur Poppo et sa relation particulière avec sa grand-mère. Au fil des lettres, Poppo apprendra à connaître autrui, mais également essaiera de trouver sa propre écriture, son propre chemin. Un gros coup de coeur.

38798366_10216371990323266_162096004236050432_n

Ma 5eme lecture dans le cadre du Challenge 1% de rentrée littéraire. (Plus qu’un livre à lire et j’aurais atteint mon objectif 1%)

enorme-coup-de-coeur

littérature japonaise

La ballade de l’impossible, Haruki Murakami

la ballade de l'impossibleSuite à mon voyage au Japon, je me suis plongée dans ce roman pour découvrir la littérature de ce pays. Je connais et apprécie beaucoup Ryu Murakami, un autre auteur japonais qui n’a en commun avec celui-ci que le nom. Deux auteurs radicalement opposés, Ruy Murakami a un style plus trash, Haruki un style contemplatif. Je n’avais encore jamais lu de roman d’Haruki Murakami, c’est désormais chose faite ! Bien que très différent de mon auteur japonais Fétiche, j’ai beaucoup aimé cette lecture.

Le roman raconte une partie de la vie de Watanabe, des bribes de son adolescence et plus particulièrement le début de sa vie d’adulte à l’université. C’est très dur pour moi d’écrire cet article, car il se passe beaucoup de choses dans ce roman, mais en même temps tout paraît très lent. Certaines choses sont insignifiantes et n’apportent rien à l’histoire, mais pourtant ces choses m’ont parues nécessaires. Bon on dirait que je parle chinois alors une fois n’est pas coutume, je vous copie le résumé de ce roman :

Dans un avion, une chanson ramène Watanabe à ses souvenirs. Son amour de lycée pour Naoko, hantée comme lui par le suicide de leur ami Kizuki. Puis sa rencontre avec une jeune fille, Midori, qui combat ses démons en affrontant la vie. Hommage aux amours enfuies, le premier roman culte d’Haruki Murakami fait resurgir la violence et la poésie de l’adolescence.

Un roman que j’ai beaucoup aimé et qui me donne envie de lire d’autres livres de l’auteur, et plus généralement la littérature japonaise.

Et vous ? êtes-vous adepte de littérature japonaise ? ou d’Haruki Murakami ? des trésors à conseiller ?