Mangas/Manhwa

Ascension tome 6, Shin-Ichi Sakamoto (2010)

Un manga de plus en plus sombre

Attention ce manga est le 6eme Tome de la sériePour ceux qui n’ont pas lu les tomes précédents, c’est par ici ! 

ascension-tome-6-16212Nous retrouvons donc l’équipe de 14 moutain toujours en expédition dans les Alpes japonaises. Les caractères se révèlent. Mori prendra enfin une décision.  Nous en apprenons d’avantage sur Nimi. Mori et Nimi sont en binômes et doivent faire leurs preuves.

J’ai bien aimé ce tome. Plus que le précédent parce que nous en apprenons d’avantage sur Nimi mais aussi sur Mori. J’ai bien aimé la poésie qui se dégageait de ce tome, sur la beauté de la nature et la beauté de la vie. Un joli cocktail visuel.

Note sur l’échelle livresque :
 
10/10 Vite ! la suite ! la suite !

Challenges/Swap·Contemporains

La petite fille de Monsieur Linh, Philippe Claudel (2005)

Un petit roman touchant

petitefillemonsieurlinh philippe claudelGenre littéraire : Roman contemporain

Thèmes abordés : Exil, Immigration, Choc culturel, solitude, amitié

Histoire : Monsieur Linh fuit la guerre avec sa petite fille. Son fils et sa belle-fille sont morts. Il arrive en bateau dans un pays qu’il ne connait pas. Il ne parle pas la langue de ce pays et a peur de se perdre dans la ville. Il s’assoit sur un banc avec sa petite fille dans les bras.

Mon avis : Clémence du forum Livraddict m’avait recommandé ce petit livre. Comme je suis quelqu’un d’influençable et qu’en plus il se trouve que Séverine me l’a offert à l’occasion du SWAP GOURMAND, je me suis lancée dans la lecture de ce court roman. Je l’ai lu d’une traite. J’ai beaucoup aimé cette histoire sans pour autant décrocher l’ultime coup de coeur de 2013.
Pourquoi? Non, je ne suis pas cruelle mais Monsieur Linh ne parlant pas et ne s’exprimant pas vraiment, je ne me suis pas beaucoup attaché à ce personnage. J’ai par contre apprécié la fin de ce roman. Avant d’écrire mon avis, j’ai lu quelques critiques d’autres lecteurs. Beaucoup d’entre eux, avaient déjà deviné la fin. Je dois être un peu molle du casque parce que pour ma part, je n’ai rien vu venir. J’ai donc adorée cette fin. Merci Monsieur Claudel pour cette lecture agréable dont je me souviendrais comme un grand moment d’émotion.

Note sur l’échelle livresque : 7/10

En lisant ce livre j’ai pensé : ce n’est pas le nombre de pages qui fait un bon livre mais son intensité !

Contemporains·Recueils de nouvelles

Passer l’hiver, Olivier Adam

Portraits de vies tristes

Genre littéraire : nouvelles

Thèmes abordés : Deuil, stress au travail, solitude, dépression

Histoire : Olivier Adam nous livre 9 nouvelles qui se passent toutes en hiver. Il y développe des thèmes qui lui sont chers : « Fuite, deuil, solitude et dépression ». Il met en scène tour à tour, un professeur en dépression, une infirmière, un chauffeur de taxi, une caissière qui travaille le soir du nouvel an,un homme abandonné par son père, un ex-détenu, une femme qui travaille le soir de noël, un homme licencié qui faute de mieux travaille dans un supermarché, Une fille qui est confronté à la mort de son père.Vous l’aurez donc compris ce livre n’est pas une franche tranche de rigolade.

Mon avis : C’est très bien écrit et J’aime beaucoup la marque de fabrique d’Olivier Adam mais il faut bien avouer ce qui est : « c’est vraiment déprimant« . On apprécie ces portraits de personnages que nous croisons tous les jours sans s’en rendre compte. Ces êtres brisés par le stress, la solitude, le travail répétitif et j’en passe et des meilleures. On peut se reconnaître  en eux mais je ne vous le souhaite pas. Je vous souhaite paix, bonheur, amour et non toute cette tristesse qui ressort de ce petit livre.

D’ailleurs je ne suis pas trop d’accord avec la personne qui a fait la 4eme de couverture. je cite « Ils sont sonnés, lessivés, cassés. Un souffle suffirait à les faire tomber. Pourtant, les personnages de ce livre possèdent une force intérieure insoupçonnée. Chauffeur de taxi, infirmière, ex-taulard ou vendeuse de supermarché, ils s’accrochent à la vie avec l’énergie du désespoir. Ce sont des invaincus. »

Soit je n’ai pas bien compris mais je ne vois pas en quoi ils sont invaincus… j’ai plutôt vu des personnes qui se lamentaient sur leur sorts. Je n’ai pas ressentie d’espoir dans ce livre et je trouve ça dommage. Il s’agit de portraits de vies ou destins brisés ordinaires.

Ce livre s’adresse : à ceux qui aiment les livres tristes

Note sur l’échelle livresque : 6/10, je préfère l’Olivier Adam romancier au nouvelliste

En lisant ce livre j’ai pensé : Je ne sais pas trop si j’ai aimé ou pas. En général, je lis pour me détendre et m’évader.  nous sommes confrontés à toutes ses souffrances tous les jours alors pourquoi remettre ça le soir quand on veut se détendre. Trop c’est trop. Les livres tristes, j’arrête !

Contemporains

Les heures souterraines, Delphine de Vigan (2009)

Il y avait de l’espoir mais il s’est envolé !

Genre littéraire : Roman

Thèmes abordés : Séparation, Stress, Métro, RER, Stress au travail

L’histoire : Mathilde élève seule ses trois enfants, elle est persécutée par son ancien supérieur sur son lieu de travail, celui-ci a réussi à la rendre totalement hors-circuit de l’entreprise. Elle est là, sans être là puisqu’elle ne sert plus à rien.
Philippe est medecin, il effectue des visites à domicile. Vont-ils réunir leur deux solitudes? et quand vont-ils se rencontrer? 

Mon avis : Dans un premier temps, j’ai aimé cette histoire, je voulais en savoir plus! j’ai dévoré ce livre mais au final il ne m’a rien apporté. Si, en réfléchissant il m’a apporté de l’amertume. Au fil des pages, un gout amer a envahi ma bouche et je me suis dis : « des milliers de gens vivent comme ça et j’espère ne jamais faire parti de ce lot! » Pas vraiment positif, en même temps quand on commence un livre de Delphine de Vigan, on ne s’attend pas à rire à gorge déployée. Un peu d’optimisme que diable! Enfin, je fais parti des gens qui voient le verre à moitié plein quand Delphine, elle, le voit à moitié vide.
Je ne peux pas nier que ces situations existent et que le stress au travail broie des vies. De même que c’est triste d’être dans les transports en commun et d’être à côté de pleins d’identités, des identités qui se croisent mais ne se rencontrent jamais. On préfère regarder le sol que de regarder son voisin. Comme si croiser son regard pouvait nous brûler les yeux ou nous faire disparaître. Tout comme Delphine de Vigan, je trouve ces situations terriblement tristes. Le message est peut être là :  » On est triste que tout soit comme ça mais ce sont des situations qui nous dépassent » on pense ça et puis on passe à autre chose.
Je pense que pour ceux qui ne connaissent pas encore cet auteur, il vaut mieux lire No et moi.

Ce livre s’adresse : à tous ceux qui voient la vie en gris (si ça peut leur ouvrir les yeux sur leur situation)

Note sur l’échelle livresque :  5/10 (pour la plume de Delphine De vigan)

Ce que les autres blogueurs en pensent : 

Serial Reader

Tu lis quoi

En lisant ce livre  j’ai pensé : Si un jour ma vie ressemble à ça! penser à relire ce livre et agir en conséquence.