Feel-Good

Hâte toi de vivre, Laure rollier (2018)

l

Léo est professeur de philosophie, dans une ville de campagne du Sud-Ouest de la France. Elle vit en colocation avec une collègue et sa petite fille. Un matin, Léo est à la bourre, elle se dépêche et dans sa précipitation, elle a un accident de voiture. Plongée dans le coma, elle finit par se réveiller, mais tout ne sera pas comme avant. Avec elle, s’est également réveillée sa grand-mère au caractère bien trempé qui se mêle de sa vie. Personne ne semble la voir, sauf la petite fille.

Un roman qui se dévore, je me suis régalée et je n’en ai fait qu’une bouchée. C’est un vrai Feel-good book avec mention spéciale pour la mamie qui m’a bien fait rire ! L’action se déroule en partie à Toulouse, ça m’a fait plaisir puisque j’habite dans le coin.

Coups de coeur·Feel-Good·Humour·Romance

Qui veut la peau d’Anna C ? de Sophie Henrionnet (2017)

Un roman complètement déjanté, j’ai plus qu’adoré !!!


Qui veut la peau d'anna C. ? Sophie HenrionnetAprès avoir lu et adoré « Drôle de Karma » je me suis vite procuré un autre roman de Sophie Henrionnet.
J’avais besoin de ma dose. Mon dévolu s’est jeté sur Qui veut la peau d’Anna C car l’héroïne est une bibliothécaire, étant moi même bibliothécaire et ayant une soeur qui s’apelle Anna, ça m’a inspiré. Un détail m’a fait rire car au début de ce roman une personne se tue en mangeant un donuts et j’ai lu ce livre juste après avoir lu « Tout un été sans facebook » de Roman puértolas dans lequel les donuts sont également présents. Coeïncidence ? je ne crois pas !!! En ce qui me concerne, je déteste les donuts, Beurk ! Mais j’ai adoré ces deux livres et l’humour de leurs auteurs respectifs.

L’héroïne (Marie) doit se rendre à un rendez-vous arrangé le soir de la saint patrick avec un certain épaminondas. Malheureusement celui-ci ne semble pas pressé et la jeune femme se fait draguer par un adolescent boutonneux. Pour l’envoyer bouler, elle lui donne un faux nom : Anna Costello. Un faux nom qu’elle a entendu quelques minutes plus tôt au détour d’une conversation et qui va la mettre dans un sacré pétrin. Elle manque de se faire kidnapper mais est sauvée par un jeune SDF. La jeune bibliothécaire est curieuse de savoir qui est cette Anna Costello et qui sont ces gens qui en ont après elle, s’en suivent des rebondissements, des quiproquos et des gags à la pelle ! j’ai adoré !

Un roman plein d’humour et d’action que j’ai dévoré en deux jours. Je n’ai qu’une hâte : lire un autre roman de l’auteur. Merci pour cette folle aventure en compagnie de Marie, j’ai adoré.

enorme-coup-de-coeur

 

Romance·Saga familiale

Warwick Castle, Marine Noirfalise (2016)

Warwick Castle et ses secrets m’ont conquis

warwick castle

Marine noifalise, lectrice Charleston 2015 m’a proposé en souvenir de notre belle expérience la lecture de son roman. J’ai tout de suite accepté car je garde un très bon souvenir de cette année et des échanges que nous avions ensemble. Sa présentation commençait plutôt mal car elle faisait référence à Jane Austen et je dois vous avouer (même si je l’ai déjà fait plusieurs fois sur ce blog) que j’ai une allergie à Jane Austen, son livre « orgueils et préjugés » m’est plusieurs fois tombé des mains. Ensuite, il était question de Downtown abbey et j’aime beaucoup cette série. Malheureusement comme souvent je m’arrête à la saison 2 car je n’ai aucune patience pour regarder des séries. Je préfère lire car je suis pleine d’imagination et rien n’est plus beau que dans ma tête 🙂 Vous aussi vous connaissez ça ?

J’ai pris plaisir à déambuler à Warwick Castle et à apprendre à connaître la famille et les domestiques. Monsieur le comte Foxburry et la comtesse Giulietta, italienne à la personnalité bien trempée ont trois filles : Sofia, Adeline et Elisabeth dites lilly. Ils ont perdu un fils : William, à ce portrait de famille, s’ajoute Daniel un fils adoptif qui est revenu à la demeure blessé de guerre et incapable de marcher sans béquilles.
J’ai beaucoup aimé ce livre pour son ambiance mais aussi pour son côté sentimental. J’ai failli sortir les mouchoirs à plusieurs reprises. Je ne veux pas trop en dire pour ne pas dévoiler l’intrigue mais j’ai beaucoup aimé le personnage d’Adeline. Une femme forte qui garde un secret au fil des pages. J’aime beaucoup les histoires de femmes. J’ai également une passion pour les histoires de secrets de famille et j’ai donc pris plaisir à suivre ceux de Warwick Castle. Ce livre regroupe donc une multitude de thèmes qui me sont chers. Ce n’est pas du Jane Austen, fort heureusement pour moi. Merci Marine car ce livre a peut-être soigné mon allergie. Je vais peut-être retenter l’expérience « orgueils et préjugés » et si celui-ci ne me tombe pas des mains : on pourra dire à juste titre que tu es une magicienne. Merci pour cette belle lecture et pour ta gentillesse.

Contemporains·Coups de coeur·Feel-Good

Et je danse, aussi , Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat (2015)

Un roman épistolaire coup de coeur !

J’avais repéré ce livre sur le blog  de ma copine blogueuse « Les petites lectures de scarlett ». Son billet m’a tout de suite donné envie de le lire car elle a eu un coup de coeur pour ce titre et comme je sais qu’on a les mêmes goûts 😉 je me suis jetée dessus quand je l’ai vu à la médiathèque. Merci pour cette belle découverte, j’ai passé un très bon moment de lecture.

104206962Et je danse, aussi est un roman épistolaire par emails écrit par deux auteurs : Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat. Il est naît d’un email que Jean-Claude a envoyé à Anne-Laure qui s’est tout de suite prise au jeu et lui a répondu. Le roman débute donc par le mail de Pierre-Marie Sotto et est adressé à une certaine Adeline Parmelan. Adeline a envoyé une grosse enveloppe à Pierre-Marie Sotto, un écrivain talentueux qui a reçu le prix Goncourt mais qui traverse une panne d’écriture. Celui-ci pense tout de suite qu’il s’agit d’un manuscrit d’une de ses fidèles lectrices. Adeline Parmelan laisse planer le doute sur le contenu de cette enveloppe puisque Pierre-Marie a l’air si sur de lui mais au fil de cette correspondance, toutes ses certitudes risquent de voler en éclats. D’autres personnages vont se mêler à la conversation et vont permettre de découvrir plus en profondeur l’histoire de Pierre-Marie et Adeline.20160426_174922.jpg

Et je danse, aussi est un roman plein d’humour. Les deux personnages n’en manquent pas et ont toujours le mot pour rire. J’ai apprécié leurs échanges et cette complicité qui s’installe dès le début entre eux. Je lisais et j’étais incapable de m’arrêter tellement leurs bons mots m’ont séduite. Il me fallait la suite instantanément comme quand on écrit un mail à un/une ami(e) et qu’on attend avec impatience la réponse. Au risque de passer pour une cinglée, j’attendais avec impatience les mails de Pierre-Marie et Adeline.
Ces deux personnages ont fait de l’humour leur arme pour ne pas sombrer car Pierre-Marie comme Adeline trimballent leurs casseroles. Elle est grosse et pas très belle. Lui est pathétique : un écrivain qui n’écrit plus. Ils vont se consoler et prendre une place chacun dans la vie de l’autre par ces échanges de mails.
Un roman pleins d’humour, de sentiments, d’amour et d’amitié. Un roman dont la conclusion pourrait être : la vie est parfois dûre, c’est pourquoi il faut l’adoucir et arrondir les angles avec une bonne dose d’humour.
J’adhère et j’approuve à cent pour cent cette conception de la vie. Régalez-vous, lisez ce roman. 

Un petit coup au moral, ce roman est votre médicament 😉 

Contemporains·Coups de coeur

L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa

Déjanté à Souhait !

l'extraordinaire voyage du fakirLa couverture de l’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa est tape à l’œil, difficile donc de passer à côté de cet OLNI(Objet littéraire non identifié) sans le prendre entre ses mains.
Adepte d’Ikéa, je possède une bonne panoplie de meubles , tapis et autres babioles du célèbre magasin aux couleurs jaune et bleu. Il ne m’en fallait pas plus pour repartir avec le livre sous le bras. Cliente facile que je suis ! Comme je le dis souvent ici « Grand bien m’en a pris, j’ai adoré »

Nous suivons les aventures de Ajatashatru lavash patel, fakir au nom à coucher dehors mais qui faute d’argent va coucher à Ikéa. Manque de bol pour lui, ce soir, les membres de l’équipe de décoration réorganisent le magasin. Surpris en plein repas, celui-ci se planque dans une armoire avec un mètre en papier et un crayon de l’enseigne. Son excuse si le personnel le retrouve : « je prenais les mesures de l’intérieur de l’armoire ».

Vous l’aurez compris, ce livre est une petite perle d’humour. Sérieux s’abstenir !

Notre fakir va accomplir un voyage initiatique à la conclusion fort sympathique. Il apprendra à ses dépens qu’il est plus facile de franchir des frontières à l’intérieur d’une armoire Ikéa plutôt qu’en tant que clandestin. Il est également toujours plus facile de partir que de revenir.

Note sur l’échelle livresque : 8/10 Coup de coeur

Je vous invite à consulter le site de l’auteur qui est fort Sympathique

Vous pouvez également jeter un oeil sur le blog du Bouquinovore (un petit questionnaire sympa sur l’auteur) ainsi que son article très enthousiaste (comme le mien !)