Coups de coeur·Dystopie·Jeunesse

Elia la passeuse d’âmes, Marie Vareille (2016)

Elia, une anti-héroïne comme je les aime !

Souvenez-vous, je suis déjà une grande fan de Marie Vareille. L’année dernière, nous étions toutes deux lectrices Charleston. Elle m’avait très gentiment offert son livre ma vie, mon ex et autres calamités que j’avais dévoré et adoré à la folie. J’ai également eu un coup de coeur pour Je peux très bien me passer de toi. C’est donc tout naturellement que lorsque j’ai appris la sortie de son nouveau livre, j’ai tout de suite voulu en savoir plus (curiosité maladive oblige !). En souvenir de notre année Charleston, Marie a eu la gentillesse de m’envoyer son dernier née. Si tu passes par là Marie, je tiens donc à te remercier x1000 pour ce magnifique cadeau. 
Elia la passeuse d'ame de marie vareilleAvec La passeuse d’âme, l’auteur s’essaie à un nouveau genre : le roman jeunesse et plus particulièrement la Dystopie. J’apprécie beaucoup ces univers. j’ai dévoré Hunger games, Divergent, j’ai également adoré la série Délirium. Je suis une grande admiratrice de ce fantastique roman qu’est « Le passeur » de Lois Lowry souvent imité mais jamais égalé. Je dois vous dire, que le premier tome de la série de Marie Vareille m’a fait penser à ce livre que j’affectionne particulièrement. J’ai donc passé un très agréable moment de lecture.

2016-06-13-15.02.22.jpg.jpegDans ce premier tome, nous faisons la connaissance d’Elia , une jeune fille qui vit dans l’une des castes les plus privilégiée de ce monde dystopique. Elia est passeuse d’âme, malheureusement un jour tout va basculer. Elle va être obligée de fuir aux confins de cet univers et se retrouve propulsée dans une des castes les plus défavorisée. Son père lui donne le nom d’une personne qu’elle doit retrouver là-bas. Elia se pose donc de nombreuses questions sur son père, sur cette personne mais également sur sa nouvelle vie et sur ce monde dans lequel elle vit. Une quête identitaire pour Elia mais également les prémices d’une quête plus grande : celle de la liberté et de la justice pour tous.

Le personnage d’Elia m’a séduite pour sa particularité physique : elle est rousse et petite. J’ai bien aimé ce personnage atypique autant physiquement que psychologiquement. C’est une jeune-fille, un peu mal dans sa peau qui ne trouve pas sa place dans ce monde. Je pense que de nombreux ados vont se retrouver dans ce personnage et prendront plaisir à lire ce livre. Un roman qui comme celui de Lois Lowry nous porte plus par ses personnages que par la construction d’un univers dystopique complexe. Une dystopie poétique , à lire d’urgence et à consommer sans modération. J’attends la suite avec impatience. 

Une coup de coeur pour ce premier tome qui une fois commencé est impossible à lâcher. Addictif !

Jeunesse

L’élue, Lois Lowry (2000)

Une petite déception

l'élue lois lowryJ’avais beaucoup aimé le Passeur, c’est donc tout naturellement que j’ai souhaité lire l’élue qui fait partie de la tétralogie : Le passeur (1993), l’élue(2001), le messager(2005) et le fils (2014)

Malheureusement je n’ai pas trop accroché à cette lecture bien que je l’ai achevé. Je n’ai pas trop compris pourquoi ce livre est considéré comme faisant partie d’une tétralogie puisque l’histoire est totalement différente et ne reprend pas les personnages. Bien entendu, il s’agit d’un univers dystopique. Nous faisons la découverte d’un monde qui rejète la différence. L’héroïne de ce roman est naît avec une difformité, elle a une jambe torse. Une fois Orpheline, elle ne doit sa survie qu’à un don hérité de sa mère : elle sait broder. Elle est amenée dans un palais ou elle est (plus ou moins) séquestrée dans une chambre. Son devoir : broder une robe sur laquelle est écrite l’histoire de son peuple.

J’ai trouvé l’univers très différent du passeur, je trouve que dans le passeur l’univers fait plus science-fiction et ici dans l’élue, l’univers est plutôt fantastique voir moyenâgeux. Ce n’est pas un style que j’ai l’habitude de lire et je n’aime pas trop donc peut être est-ce à cause de ça que je n’ai pas trop accroché à cette lecture. Le livre est bien écrit, j’ai donc pris plaisir à achever ma lecture mais ce n’est pas tellement ce à quoi je m’attendais.

Je lirais avec plaisir Le fils qui me paraît plus proche du premier volet. Je ne pense pas lire le messager parce qu’il a l’air de ressembler à l’élue. Si vous l’avez lu n’hésitez pas à me donner votre avis par l’intermédiaire des commentaires ou en me contactant par mail.

 

 

 

Dystopie·Jeunesse

Le passeur, Lois Lowry (1993)

Un classique de la littérature jeunesse à lire et à faire passer

le passeur lois lowryLe passeur fait partie des romans jeunesses à lire. Je ne l’avais toujours pas lu et j’ai donc pris plaisir à découvrir cet ouvrage. Celui-ci fait partie de ces livres qui une fois ouverts sont très difficiles à lâcher. Tout un univers à découvrir s’offre à vous et Jonas, le personnage principal ne pourra que vous toucher.
Il s’agit d’une dystopie qui peut faire penser aux meilleurs des mondes d’Aldous Huxley en beaucoup plus accessible et plus dans l’émotion.

En effet, nous pénétrons dans un monde futuriste où les animaux n’existent plus et également beaucoup d’autres choses que nous connaissons. Les individus doivent se conformer à de nombreuses règles. Chaque famille n’a le droit d’avoir que deux enfants. Enfants qui naissent d’une mère porteuse. à 12 ans, les enfants se voient attribuer leur métier. Mère porteuse est le moins gratifiant, elles enfantent pendant 3 ans et ensuite deviennent des ouvrières.
Jonas est un onze-an. En effet chaque année a lieu une cérémonie durant laquelle les enfants acquièrent de nouveaux droits, par exemple à 8 ans les enfants n’ont plus droit à leur doudou appelé : objet de confort. à 9ans, ils acquièrent une bicyclette et ont enfin le droit de s’en servir.
Jonas se demande quel sera son métier. Il deviendra Dépositaire de la mémoire, personne ne sait exactement de quoi il s’agit sauf l’actuel dépositaire de la mémoire  : Le fameux Passeur.
Difficile d’en dire plus et j’en ai déjà beaucoup dit.

Le passeur est un livre à découvrir. Cependant la fin m’a un peu déçue. Il s’agit d’une tétralogie : Le passeur en 1993, L’élue en 2001, Messager en 2005 et le Fils en 2014.
Sur livraddict Nath (unchocolatdansmonroman) et Midnight-sun m’ont dit que ce n’était pas vraiment une suite. Je suis donc curieuse de savoir ce que vous en pensez ? Si quelqu’un a lu ces ouvrages.

Un film est également sorti l’année dernière réalisé par Phillip Noyce, Voici la bande annonce