Coups de coeur·Romans historiques·Saga familiale

Un goût de cannelle et d’espoir, Sarah Mccoy (2014)

Mon dernier coup de coeur de 2017 !

un goût de cannelle et d'espoir Sarah MccoyUne fois ouvert, impossible de lâcher « Un goût de cannelle et d’espoir ». Un livre plein de drames, mais également lumineux et plein d’espoir. Dans ce roman, nous suivons le quotidien d’une famille Allemande en 1944 et plus particulièrement celui de la fille cadette de la famille : Elsie Schmidt.

Le point de départ de ce livre est la rencontre en 2008 de Reba Addams journaliste et Elsie Schmidt qui tient désormais une boulangerie Allemande dans la ville d’el Passo au Texas.
C’est à reculons que Reba Adams vient interviewer Elsie Schmidt pour un article sur le thème de Noël dans les différents pays du monde. Dès les premières minutes, la jeune femme est déstabilisée par Elsie qui l’interroge à sa place. En effet, Reba porte une bague de fiançailles en collier autour du cou. Son compagnon Rikki vient de la demander en mariage, mais la jeune femme refuse de porter sa bague de fiançailles car elle est pleine de doutes.
Au fil des pages, vous découvrirez l’histoire d’Elsie et de sa famille, celui de Reba Adams mais également l’histoire de Rikki (le fiancé de Reba), immigré mexicain et garde-frontière. 

J’ai beaucoup aimé ce livre pour de nombreuses raisons. J’aime beaucoup les histoires de femmes, et celle-ci en est une magnifique. J’adore également les sagas-familiales. J’ai appris des choses que j’ignorais sur l’Allemagne nazie. Par exemple l’existence des lebensborn (pouponnière pour créer des enfants Aryens) et le fait que les enfants qui ne correspondaient pas aux critères de la race Aryenne étaient tués. L’auteur inclut dans son récit des lettres entre les deux soeurs Hazel et Elsie Schmidt qui permettent d’avoir différents points de vue.

L’auteur fait un parallèle entre passé et présent qui est très intéressant et apporte de la force à son récit. Elle traite de la question de l’immigration clandestine aux états-unis par l’intermédiaire de Rikki. Un personnage qui est tiraillé entre ses origines mexicaines et son emploi de garde-frontière et qui nous livre de nombreux passages très touchant.

Ce roman est un gros coup de coeur !

enorme-coup-de-coeur

Jeunesse·Science-fiction

Reborn, Thierry Robberecht (2013)

Une enquête sur fond de science-fiction

couv34359334Les catastrophes climatiques se succédant sur la terre, les terriens sont obligés d’immigrer sur une autre planète. Malheureusement sur celle-ci la place est limitée. Tout le monde n’a donc pas la chance de pouvoir y habiter. Cette nouvelle planète se nomme Reborn. Ses habitants sont munis d’un processeur identitaire (puce insérée dans leur nombril) permettant d’être scanné à tout moment pour vérifier qu’ils sont bien en règles.
Dans ce roman nous suivons Chuong un immigré clandestin. Celui-ci est accusé de tentative d’assassinat sur une citoyenne de Reborn. Ce roman est donc une enquête sur fond de science-fiction.

J’ai bien aimé ce roman qui n’est pas particulièrement original mais qui se lit avec intérêt. En effet, j’ai bien aimé suivre cette enquête et connaître au fil des pages la vie de ce jeune immigré. Un roman qui malgré son côté science-fiction pose de réelles questions sur l’immigration. Sur la cruauté dont sont victimes les immigrés et leur dure condition de vie, leur volonté de survivre dans un monde hostile.
Ce roman abrite également une belle histoire d’amitié intergénérationnelle. La science-fiction n’est qu’un prétexte pour nous livrer une belle leçon de vie.
Vous l’aurez donc compris, ce n’est pas un livre qui va révolutionner la science-fiction mais dont l’histoire est touchante et les personnages attachants.
J’émets quand même un petit bémol sur la fin que je trouve bâclée et qui aurait pu être plus touchante. Elle est trop vite expédiée, peut être que j’étais un peu déçue de finir ce roman que j’ai trouvé fort sympathique.

Note sur l’échelle livresque : 7/10

Contemporains·Coups de coeur

L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa

Déjanté à Souhait !

l'extraordinaire voyage du fakirLa couverture de l’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa est tape à l’œil, difficile donc de passer à côté de cet OLNI(Objet littéraire non identifié) sans le prendre entre ses mains.
Adepte d’Ikéa, je possède une bonne panoplie de meubles , tapis et autres babioles du célèbre magasin aux couleurs jaune et bleu. Il ne m’en fallait pas plus pour repartir avec le livre sous le bras. Cliente facile que je suis ! Comme je le dis souvent ici « Grand bien m’en a pris, j’ai adoré »

Nous suivons les aventures de Ajatashatru lavash patel, fakir au nom à coucher dehors mais qui faute d’argent va coucher à Ikéa. Manque de bol pour lui, ce soir, les membres de l’équipe de décoration réorganisent le magasin. Surpris en plein repas, celui-ci se planque dans une armoire avec un mètre en papier et un crayon de l’enseigne. Son excuse si le personnel le retrouve : « je prenais les mesures de l’intérieur de l’armoire ».

Vous l’aurez compris, ce livre est une petite perle d’humour. Sérieux s’abstenir !

Notre fakir va accomplir un voyage initiatique à la conclusion fort sympathique. Il apprendra à ses dépens qu’il est plus facile de franchir des frontières à l’intérieur d’une armoire Ikéa plutôt qu’en tant que clandestin. Il est également toujours plus facile de partir que de revenir.

Note sur l’échelle livresque : 8/10 Coup de coeur

Je vous invite à consulter le site de l’auteur qui est fort Sympathique

Vous pouvez également jeter un oeil sur le blog du Bouquinovore (un petit questionnaire sympa sur l’auteur) ainsi que son article très enthousiaste (comme le mien !)

Challenges/Swap·Contemporains

La petite fille de Monsieur Linh, Philippe Claudel (2005)

Un petit roman touchant

petitefillemonsieurlinh philippe claudelGenre littéraire : Roman contemporain

Thèmes abordés : Exil, Immigration, Choc culturel, solitude, amitié

Histoire : Monsieur Linh fuit la guerre avec sa petite fille. Son fils et sa belle-fille sont morts. Il arrive en bateau dans un pays qu’il ne connait pas. Il ne parle pas la langue de ce pays et a peur de se perdre dans la ville. Il s’assoit sur un banc avec sa petite fille dans les bras.

Mon avis : Clémence du forum Livraddict m’avait recommandé ce petit livre. Comme je suis quelqu’un d’influençable et qu’en plus il se trouve que Séverine me l’a offert à l’occasion du SWAP GOURMAND, je me suis lancée dans la lecture de ce court roman. Je l’ai lu d’une traite. J’ai beaucoup aimé cette histoire sans pour autant décrocher l’ultime coup de coeur de 2013.
Pourquoi? Non, je ne suis pas cruelle mais Monsieur Linh ne parlant pas et ne s’exprimant pas vraiment, je ne me suis pas beaucoup attaché à ce personnage. J’ai par contre apprécié la fin de ce roman. Avant d’écrire mon avis, j’ai lu quelques critiques d’autres lecteurs. Beaucoup d’entre eux, avaient déjà deviné la fin. Je dois être un peu molle du casque parce que pour ma part, je n’ai rien vu venir. J’ai donc adorée cette fin. Merci Monsieur Claudel pour cette lecture agréable dont je me souviendrais comme un grand moment d’émotion.

Note sur l’échelle livresque : 7/10

En lisant ce livre j’ai pensé : ce n’est pas le nombre de pages qui fait un bon livre mais son intensité !

Challenges/Swap·Contemporains

California Dream, Ismet Prcic (2012)

Un rêve Américain pas des plus joyeux !

california-dream,M102596Genre littéraire : Roman contemporain (en partie autobiographique)

Thèmes abordés : Bosnie, Guerre, Immigration, déracinement, Théâtre

Aujourd’hui et dans le cadre du challenge Un mot, des titres organisé par Calypso, je vous présente ce roman d’Ismet Prcic qui a reçu le prix du meilleur roman par le Los Angeles Time.
J’ai reçu ce livre pour mon anniversaire. J’avais commencé à le lire mais c’est un livre difficile sur le plan moral. Je l’avais donc délaissé. Le Challenge un mot, des titres m’a fait me replonger dans ce livre puisque le hasard a voulu que le mot Rêve soit tiré au sort. Pour tout vous dire je ressors de cette lecture chamboulée. Je ne sais pas si je vais pouvoir en parler comme il se doit… mais je vais essayer.

Histoire : Un livre très difficile à présenter parce que très complexe. Nous suivons ici l’histoire d’Ismet Prcic, un jeune Bosniaque qui n’a connu que la guerre qui s’expatrie chez un oncle aux Etats-Unis. Les premières pages nous livrent son arrivée sur le sol Américain. Le roman est un flash-back du long parcours d’Ismet. Nous faisons la connaissance de ce jeune homme et de son long périple vers la California. En bosnie, il se prend de passion pour le théâtre. Passion qui lui fera quitter son pays pour l’écosse où il ira jouer avec sa troupe. Ensuite pour éviter d’être réquisitionné pour la guerre, il immigrera chez un oncle en Amérique. à noter que sa vie en Amérique est très peu abordée dans ce roman.

Mon avis : C’est un Roman qui ne peut laisser indifférent et qui aborde aussi bien la souffrance que l’amour. Amour d’une mère pour son fils et de ce fils pour sa mère. Amour de jeunesse qu’Ismet connaîtra. Souffrance d’Ismet et déchirement. Déchirement puisqu’il fuit son pays mais culpabilité vis à vis de sa mère qu’il laisse en Bosnie. Ismet n’est plus vraiment Bosniaque mais il n’est pas pour autant Américain. C’est un roman qui aborde de manière très juste le déracinement.
Un roman dur qui décrit des scènes de guerres et de violences difficilement supportable pour des gens comme moi qui n’ont pas connu la guerre.
Ismet qui a son arrivée en Ecosse croit à un attentat alors qu’il s’agit juste de feux d’artifices. Il est marqué de manière indélébile par la guerre.

La présentation du Roman m’a quelque peu déconcertée. Je n’ai pas toujours tout compris, je dois l’avouer mais je peux vous certifier que ce livre est bien écrit et mérite d’être lu. C’est un livre atypique.

Note sur l’échelle livresque : 7/10 parce que je préfère lire de la fiction

En lisant ce livre : j’ai été très émue

Challenge-Un-mot-des-titres