Contemporains

Le plus fou des deux, Sophie Bassignac (2019)

Le plus fou des deux de Sophie Bassignac, c’est l’histoire d’une rencontre. L’histoire d’une jeune femme, Lucie Paugham marionettiste célèbre qui va faire entrer dans sa vie un inconnu parce qu’il lui rappelle des fantômes du passé. Cet inconnu, elle le rencontra en sortant du cinéma un 31 décembre, il lui annoncera de but en blanc qu’il compte mettre fin à ses jours. La jeune femme ne réagira pas tout de suite, le croisant à nouveau, elle lui fera la proposition de devenir sa voix pour son nouveau spectacle. Une décision prise sur un coup de tête, chose qui ne lui ressemble pas du tout. Une décision qui va la replonger dans ses souvenirs et lui faire prendre conscience de certaines choses dans sa vie actuelle.

Entre passé et présent, au fil des passages, vous découvrirez la vie de Lucie Paugham et les choix qui ont fait qu’elle est devenue Marionnettiste. Un très beau portrait qui met en lumière cet art peu connu de la marionnette souvent assimilé à tort l’univers de l’enfance. Un livre qui montre également les côtés plus sombres de ce métier, le fait de passer à côté de sa vie de famille, de ne pas pouvoir être près de ses enfants l’artiste étant tout à son art.

C’est surtout et avant tout l’histoire d’une rencontre entre deux personnages de deux univers différents qui vont apprendre à s’apprivoiser.

Bd

Le retour à la terre Tome 3 et 4

Lors de mon initiation à la BD l’été dernier, j’ai découvert le retour à la terre Tome 1 et ce fût le coup de foudre ! J’ai donc pris plaisir à découvrir le tome 3 dans lequel Manu et Mariette deviennent parents. J’ai beaucoup aimé cette suite étant moi-même maman, je me suis reconnue dans bien des situations. Une suite toute aussi passionnante que le début de la série. Pas trop fan du dessin, j’aurais pu passer à côté de cette superbe BD pleine d’humour et de situations qui sentent le vécu. Je vais lire les tomes suivants avec plaisir

Contemporains·Saga familiale

Les milles talents d’Euridice Gusmao, Martha Batalha (2017)

images-5

Je suis partie en voyage au Brésil, j’ai remonté le temps dans les années 60 et j’ai fait la rencontre des Gusmao. L’héroïne de ce roman est Euridice Gusmao, Petite fille, elle a renoncé à ses rêves suite au départ (à la fugue) de sa soeur aîné Guida. Au début du roman, nous la retrouvons femme au foyer et mère de deux enfants, contrainte de s’arrondir pour repousser son mari. Elle se passionne pour la cuisine et prépare de bons petits plats qui ne font ni chaud, ni froid à son entourage. Zélia, sa voisine l’espionne et propage des rumeurs sur son compte. Il paraîtrait que les Gusmao soient ruinés.

à la lecture de la 4eme de couverture, je dois avouer que je n’avais pas très envie de me plonger dans ce roman pourtant, j’aurais eu tort car c’est un coup de coeur ! Je pensais que tout le roman reposait sur ces quelques phrases. Je me faisais d’Euricide, le portrait d’une femme obèse qui ne veut plus que son mari la touche… C’est une bien triste vision d’Euridice Gusmao que cette 4eme de couverture. Car Euridice est une femme touchante et pleine de fantaisie qui s’investit dans ses passions, la cuisine puis ensuite la couture.

Le style de l’auteur y est pour beaucoup dans ce coup de coeur. J’ai été happée par ses mots et je n’ai plus pu quitter ce livre avant de l’avoir fini. En deux jours en fait, mais c’est vraiment parce que j’avais des choses à faire, comme aller au travail par exemple 😉
enorme-coup-de-coeur

Contemporains·Coups de coeur

Mon étincelle, d’Ali Zamir (2017)

Mon-etincelle

Dans « Mon étincelle » Ali Zamir dresse le portrait d’une jeune fille comorienne à bord d’un avion et victime de turbulences au sens propre comme au figuré. Elle est tiraillée entre deux amours et ne sait lequel choisir. Sa propre histoire s’entremêle avec celle de Douceur et Douleur, ses parents. Sa mère lui raconte l’histoire d’amour qu’elle a vécu avec son père quand elle avait son âge.

Mon étincelle ne rentre dans aucune case et ne peut être comparé à aucun livre que j’ai lu jusqu’à présent. J’ai aimé ce style et cette écriture unique. Je pense qu’Ali Zamir fait partie de ses écrivains qui ne laissent pas indifférent, soit le lecteur adhère et adore, soit ça ne passe pas. En ce qui me concerne j’ai adoré autant pour ce style unique que pour les sujets abordés : le premier amour et les histoires de famille. Un livre qui nous fait également voyager aux Comores et à Madagascar et nous permet d’en apprendre un peu plus sur la vie là-bas. Un livre plein de poésie et de bons mots. Je n’avais pas lu le premier roman de l’auteur « Anguille sous roche », mais je compte me le procurer rapidement.

J’ai lu ce livre dans le cadre du challenge 1% de rentrée littéraire. C’est ma 3eme lecture et un gros coup de coeur.

challenge2017-768x538

enorme-coup-de-coeur

Jeunesse

Espionnage intime, Susie morgenstern (2016)

Lire le journal intime de ses enfants ! c’est mal !

espionnage intimeComme vous le savez déjà, j’adore la littérature jeunesse et plus particulièrement les romans pour ados. à croire que je ne veux pas grandir 😉 enfin de toute façon pour moi, nous ne devrions pas faire de différence entre la littérature ados et adultes car certains livres pour adultes peuvent être lus par des ados et inversement. Malheureusement bien souvent quand je propose des livres pour ados à des adultes, ils sont réticents. Je vais vous livrer un petit secret, maintenant je confie des livres pour ados à des adultes sans leur dire et ils ne s’en rendent pas compte et adorent !!! Enfin, j’étais venue vous parler du très bon roman Espionnage intime de Susie Morgenstern. j’ai déjà lu quelques livres de l’auteur par le passé, des livres qui s’adressaient  à un lectorat plus jeune. Espionnage intime est un roman pour ados et il vaut vraiment le coup d’oeil. Angélique comme son nom l’indique est une fille exemplaire, elle ne pose aucun problème à ses parents. Un jour sa mère lit son journal intime et se rend compte que sa fille n’est peut-être pas celle qu’elle croit.
Un roman sur les relations mère-fille et sur la période de l’adolescence et des secrets. J’ai adoré !

Jeunesse

Celle qui sentait venir l’orage, Yves grevet (2015)

Un livre à lire sans lire la 4eme de couverture ni mon article 😉2016-10-04-20.27.16.jpg.jpeg

 

Attention si vous souhaitez lire ce livre, je vous conseille de ne pas vous renseigner à son sujet car vous perdrez une partie du suspens. Vous pouvez quand même lire le petit résumé ci-dessous :
1897 en Italie, les parents de Frida ont été pendus. Pourtant, ce n’était pas des criminels, ils vivaient dans des marais et ont étés jugés coupable à tort. Le peuple s’interroge : où est donc passée la fille des démons ? Il exige qu’elle subisse le même sort que ses parents. Frida est conduite chez un médecin mais se rend très vite compte que celui-ci la retient captive.

Maintenant, cette partie de mon billet est réservée à ceux qui ont déjà lu le livre (ou les petits curieux).
J’ai beaucoup aimé cette lecture bien que je m’attendais à un livre fantastique ce qui n’est pas du tout le cas. En empruntant ce livre, je n’avais aucune connaissance du sujet.  Celle qui sentait venir l’orage est un livre basé sur des faits historiques mais romancés. Le docteur qui recueille frida fait des tests sur elle. Des tests pour des recherches sur la morphopsychologie. Pour faire simple le docteur effectue des mesures et des analyses afin de créer un profil type de criminel. Le livre repose principalement sur ce sujet donc en vous le livrant ici, je risque de vous gâcher le plaisir de lecture.

J’ai aimé cette lecture car justement je n’étais pas du tout au courant du sujet, ni à quoi je devais m’attendre. Je pense que quand on connait déjà l’histoire, il doit y avoir certaines longueurs. D’ailleurs même en étant surprise, j’ai trouvé qu’il y avait des longueurs. Ce livre est sympathique mais je le trouve un peu long. J’ai beaucoup aimé le personnage de Frida, une jeune fille forte et courageuse, une battante qui est prête à tout pour rétablir la vérité quoi qu’il en coute. C’est le genre de personnage qui me séduit dans les romans, surtout quand il s’agit de personnages féminins. Un livre à lire pour le personnage de Frida davantage que pour l’histoire qui est entendue d’avance quand on connait le sujet.

 

Mangas/Manhwa

Kamakura Diary Tome 1, Akimi Yoshida (2013)

Une saga familiale 

kamakura diary akimi yoshida tome 1Au japon, 3 soeurs habitent la même maison. Un beau matin, elles apprennent la mort de leur père. Cette annonce ne semble leur faire ni chaud, ni froid, pour cause voilà des années qu’elles n’ont pas vu leur père. Celui-ci étant parti avec une autre femme quand elles étaient petites. Leur mère les a confié à leur grand-mère et s’est fait la malle peu de temps après.
Sachi l’aînée des trois est infirmière ne se rendra pas à la veillée funéraire prétextant qu’elle travaille de nuit. Ses deux soeurs, Chika et Yoshino s’y rendront. La veuve de leur père est trop éplorée pour venir les chercher à la gare. Elles feront donc la connaissance de Suzu qui vient les accueillir. Suzu est leur demi-soeur. Leur père l’a eu avec la femme pour laquelle il a quitté leur mère. Cette femme est morte d’une maladie et leur père s’est remarié avec une autre. Suzu a donc perdu ses deux parents. Sachi propose à Suzu de venir vivre avec elles.

Vous l’aurez donc compris, le thème principal de ce manga est la famille. Thème que j’apprécie mais pourtant ce manga ne m’a pas trop emballé. Je le trouve trop larmoyant. Comment-est ce possible ? autant de morts et de personnes victimes de maladies… Oui parce que vous verrez si vous le lisez, vous n’êtes pas au bout de vos peines. Une véritable hécatombe vous attend !

Je tiens quand même à préciser que le début de ce manga m’a beaucoup plu. En effet j’ai pris plaisir à découvrir ses trois soeurs aux caractères très différents. J’ai aimé rencontrer Suzu, cette fille devenue adulte avant l’heure qui s’est occupée de son père jusqu’à son dernier souffle.
Je n’ai jamais été très portée sur les sagas familiales, je ne pense donc pas lire la suite de ce manga. Je n’ai pas trop apprécié les dessins. Je trouve que les personnages sont un peu fades graphiquement. J’ai trouvé les dialogues très bien construit, on est plus attiré par le texte que le dessin.

Note sur l’échelle livresque : 6/10