Contemporains·littérature japonaise

Le Brocart, Miyamoto Teru (1999)

Je suis partie au Japon avec ce très beau roman épistolaire.

Le brocart, c’est l’histoire de la rencontre d’un homme et d’une femme autrefois mariés qui se croisent dans un lieu par le plus grand des hasards. Lors de cette rencontre ni l’un, ni l’autre ne va oser aborder l’autre, ils vont simplement se saluer. Aki Katsunama s’est remariée et a eu un fils handicapé, celui l’accompagne lors de ces retrouvailles. Cette rencontre va les replonger dans le passé et réveiller des blessures plus ou moins enfouies. Chamboulée, l’ex-épouse décide d’écrire une lettre qui marquera le début d’une longue correspondance entre les deux ex-époux. 

La première lettre d’Aki Katsunama est pleine de rancoeur et va même jusqu’à accuser son ex-mari Arima d’être la source de tous ses malheurs. Dans les premières lettres, il est beaucoup question du passé et de tout ce qui a mené le couple au drame. En effet, au fil des pages, le lecteur apprend qu’un fait divers sordide a entaché leur mariage. Mariage qui s’est terminé sans plus d’explication et dont Aki Katsunama n’a jamais pu vraiment se remettre.
Au fil des lettres, le passé s’estompe peu à peu pour laisser place au présent afin que chacun puisse vivre en paix en ayant apprivoisé le passé.

Le brocart n’est clairement pas un roman romantique, ni une lecture légère, il n’y a pas de Happy-end. C’est un roman profond et bouleversant qui décrit la vie brisée de deux êtres par un évènement tragique qui apprennent à apprécier la vie après ce douloureux évènement. Un roman sur l’acceptation et le pardon.

Contemporains

Une affaire conjugale, Eliette Abecassis

Pas très gai !

abecassis eliette une affaire conjugaleJ’ai emprunté ce livre à la bibliothèque intriguée par la 4eme de couverture : « Pour bien commencer les choses, il faudrait commencer par divorcer » Comme je viens de me marier, je voulais en savoir plus. J’ai également été interpelée par la couverture, j’aime beaucoup cette œuvre de Klimt. Nous suivons ici un couple : Jérôme et Agathe. Ils ont deux jumeaux en bas âge.Jérôme a un bureau dans leur appartement, il ferme la porte à clé. Agathe n’en peut plus de vivre avec ce cachotier et entre par effraction dans le bureau. Elle se rend compte que son mari la trompe. Très vite, elle souhaite divorcer mais ne se sent pas capable. Elle a peur de perdre la garde des enfants. Un jour, elle saute le pas, elle est décidée, elle va divorcer. Dans ce roman nous assistons donc à ce divorce. Un divorce qui tourne mal car Jérôme est un profiteur. Agathe est une parolière célèbre, son mari est le gérant d’une Start-up qui n’a jamais décollé. Il vit depuis des années au crochet de sa femme. Son mari va se révéler dans ce divorce. C’est ce qu’on appelle un pervers narcissique. Finalement, elle en vient à la conclusion qu’elle ne connaissait pas la véritable identité de son mari avant de divorcer. Vous l’aurez donc compris, vous ne rirez pas à gorge déployé à la lecture de ce livre. Je l’ai lu, j’ai bien aimé mais bon on peut le dire : « ce roman ne respire pas la joie de vivre et l’optimisme.. » surtout pour quelqu’un qui vient de se marier, c’est un peu glauque de lire un livre sur le divorce. J’ai des idées des fois ! L’écriture d’Eliette Abecassis me plait, le sujet un peu moins. Ce n’est donc pas un coup de cœur

Note sur l’échelle livresque : 7/10