Contemporains·Coups de coeur·Humour

Tout un été sans Facebook, Romain Puértolas (2017)

Décrochez de Facebook et plongez dans cet excellent roman plein d’humour (à tous les degrés) et de références littéraires.

CVT_Tout-un-Ete-Sans-Facebook_832.jpg

C’est avec grand plaisir que j’ai lu Tout un été sans Facebook, le dernier bébé de Romain Puértolas. Avant de commencer ce « doux » billet, je dois avouer que j’avais quelques aprioris. Je suis une grande admiratrice de cet auteur mais quand celui-ci m’a annoncé qu’il s’agissait d’un roman policier et qu’il y avait des donuts, j’ai pris peur… Ceux qui me connaissent savent que je déteste les deux.

Pour les romans policiers, je me soigne. Pour les donuts, rien à faire !!! Heureusement j’ai dépassé mes idées reçues et finalement, je crois que c’est mon roman préféré de l’auteur.

Dans tout un été sans Facebook, nous faisons la connaissance d’Agatha Crispies, qui a été muté à New-York Colorado, ville aux 198 ronds-points ou rien ne se passe jamais. C’est une policière afro-américaine qui se passionne pour la littérature et a crée un club au sein du commissariat. Elle a une méthode très particulière pour dénouer les enquêtes,  armée de son Carnet Moleskine, elle note un mot, qui en entraîne un autre, un peu comme la chanson que nous avons tous fredonné quand nous étions enfants : trois petits chats, trois petits chats, chat, chat, chapeau de paille, chapeau de paille, paille… Ses déductions vont l’amener très loin. Il en va de même pour le lecteur. Vous allez vous demander ou va cette enquête qui n’a ni queue ni tête.

Un livre plein de références littéraires qui donne envie d’en lire d’autres et nous replonge également dans nos classiques tel que le mystère de la chambre jaune ou le double assassinat de la rue morgue d’Edgar Poe. Il est également question de Joël Dicker, que je n’ai toujours pas lu mais que j’ai très envie de découvrir. Comme vous le savez, j’ai la phobie des pavés (La vérité sur l’affaire harry Québert de Joël Dicker en est un) et bizarrement en même temps, tous les livres que j’ai adoré sont très épais…Cherchez la logique.

Un livre plein d’humour, du grand Romain Puértolas au meilleur de sa forme. Je signe pour le prochain que j’achèterais les yeux fermés (comme les précédents!!!). Depuis Re-vive l’empereur, je ne bois plus du coca mais bien du champagne noir. Romain Puértolas va devenir culte ! Merci de rendre nos vies plus drôles !

enorme-coup-de-coeur

Feel-Good·Humour

Mémé dans les orties, Aurélie Valogne

Meme-dans-les-orties
Mémé dans les orties, c’est l’histoire d’un vieux monsieur désagréable qui du jour au lendemain doit se montrer aimable sous peine de finir en maison de retraite. Malheureusement je ne me suis pas du tout attaché au personnage principal de cette histoire. Par contre, j’ai beaucoup aimé la petite voisine, j’apprécie beaucoup les personnages d’enfants dans les romans. Je pense notamMent à deux romans que j’avais beaucoup aimé l’élégance du Hérisson et No et moi.

Après avoir lu de nombreux éloges sur ce titre, j’ai voulu tenter l’aventure. J’en attendais peut-être plus de ce roman, ce qui peut expliquer ma déception. Je m’imaginais déjà dévorant ce livre comme j’ai dévoré : « le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire » Un de mes plus gros coup de coeur de toute ma vie.

J’ai ri à plusieurs reprises, mémé dans les orties est une lecture sympathique mais pas un coup de coeur.

 

Humour·Roman Policier/Thriller

Le cercle des plumes assassines, J.J. Murphy (2015)

Un journaliste tué d’un coup de plume, le premier tome d’une trilogie pleine d’humour et de rebondissements.

2016-11-06-17.58.22.jpg.jpeg« Le cercle vicieux », un club de journalistes a pour habitude de se retrouver à l’heure du déjeuner à la célèbre Table Ronde de l’Hôtel l’Algonquin pour partager leurs cancans. Malheureusement, leur déjeuner tant attendu vire au drame quand ils découvrent un mort au pied de leur table. La victime gît à leur pied, assassinée d’un coup de stylo. Une fâcheuse découverte qui ne va pas faire les affaires de nos amis qui vont tour à tour être suspectés. Le même jour, un jeune journaliste qui n’est autre que William Faulkner souhaitait se présenter au cercle.
à noter que le cercle vicieux a réellement existé et se réunissait à l’Algonquin  de 1919 à 1929.Dans son roman, J.J. Murphy reprend ces personnages pour en faire une oeuvre de fiction.

Comme vous le savez déjà, je ne suis pas une grande amatrice de roman policier mais depuis peu je me soigne. J’attends bien sûr toujours vos conseils avisés en la matière, d’autant plus que « Le cercle des plumes assassines » m’a réconcilié avec le genre et m’a donné envie de me plonger un peu plus dans cet univers. j’ai pris beaucoup de plaisir à lire cette histoire. Le point fort de ce roman est clairement son personnage principal haut en couleur : Dorothy Parker. Son sens de l’humour et de la répartie font mouche. J’ai ri à nombreuses de ses répliques. 

Dans « Le cercle des plumes assassines », J.J. Murphy, nous plonge dans le quotidien des différents journalistes du cercle de l’Algonquin et nous fait découvrir les personnalités des écrivains. Ils ont tous la plume acérée et ne se traitent pas tendrement, faisant régulièrement usage de sarcasmes.
Un livre à lire pour son ton humoristique plus que pour son enquête policière. Un roman dans lequel les protagonistes soignent leurs malheurs à grandes tasses de Whisky, une denrée rare car le roman se passe  durant la prohibition.

Le cercle des plumes assassines est le premier tome d’une Trilogie. Le tome 2 est déjà disponible et m’attend sagement sur son étagère 😉 Je remercie les éditions Bakerstreet pour l’envoi de ce roman et pour leur confiance.

Thèmes : -Journalisme-crime-critique littéraire-Humour-Prohibition-Amérique des années 20-Enquête