Contemporains·Coups de coeur

Re-vive l’empereur ! , Romain Puértolas (2015)

Napoléon en jeans Slim et Converse lutte contre le terrorisme

Après avoir lu et adoré les deux premiers romans de l’auteur, j’attendais son nouveau livre comme le messie. Je remercie donc chaleureusement les éditions le dilettante pour l’envoi du roman en avant-première.

9782842638450Re-vive l’empereur met en scène un personnage historique emblématique : Napoléon. Repêché par un chalutier dans la mer du nord, une fois décongelé l’illustre empereur va faire son Come-back en France. La CGT (confrérie des grognards tristes) a pour objectif de le faire revenir en Corse mais Napoléon leur fera faux bond à l’aéroport Charles de Gaulle.
Pour ne pas se faire repérer, il troque sa chemise Dolce Gabbana (un tailleur corse assurément) pour un tee-shirt du Chat-qui-rat (la chanteuse Shakira). Dans l’avion il a découvert le champagne noir (Coca-light) malheureusement Napoléon n’est pas au bout de ses surprises. Des attentats ont eu lieu à l’Hebdo des Charlots, des dessinateurs ont été tués (Napoléon n’a jamais porté dans son coeur les caricaturistes et en a lui même fait assassiner bon nombre mais il ne juge pas utile de le mentionner).
Il fait la découverte de : DAESH et les M&M (Méchants musulmans). Il n’en fallait pas plus pour réveiller l’homme de guerre congelé, Napoléon a besoin d’une armée pour livrer bataille contre le terrorisme.

Nous retrouvons dans ce livre Romain Puértolas dans toute sa splendeur. J’ai beaucoup ri. j’aime beaucoup ses raisonnements par l’absurde. La découverte du monde actuel par Napoléon est aussi propice à de nombreux fou-rires. 

Un livre qui fait également réfléchir sur les méchants musulmans incarnés par l’Ours Mohamed Mohamed à la logique implaccable. En effet sous les burqas les femmes sont plus libres, elles n’ont plus à s’épiler ni à se soucier d’être belles et dépenser des fortunes dans les instituts de beauté ou en chirurgie esthétique.

Une comédie ou chacun en prend pour son grade François Hollande, Nicolas Sarkozy et Valls également. Personne n’est épargné, pas même le lecteur que nous sommes également puisque l’auteur critique la société actuelle et les impolitesses tel que l’usage du Smartphone à table.
« Le petit corse tiqua à la vue d’une famille assise à une terrasse de bar. Le père et les deux enfants mangeaint, chacun le nez fourré dans son smartphone; la mère, elle, semblait parler toute seule. J’ai épousé un portable, devait-elle se dire. et j’ai eu deux jolis portables avec lui. »

« Les gens pensaient toujours qu’ils étaient nés à la mauvaise époque et que leurs problèmes s’arrangeraient avec les années. Mais ce n’était qu’un leurre. Si l’on était malheureux à une époque, il y avait de fortes chances qu’on le soit à une autre. Quelqu’un d’heureux l’était tout le temps. Si l’on n’était pas heureux avec tout ce que l’on avait on ne le serait pas avec ce qui nous manquait. »

Un livre qui se veut léger mais qui traite finalement d’un sujet sensible avec beaucoup d’humour. J’ai beaucoup aimé cette lecture et je vous recommande ce livre. 

Si vous l’avez déjà lu, je vous conseille de lire : Il est de retour de Timur Vermes qui met en scène le retour d’un personnage historique sulfureux, Hitler.

Cette année, j’ai pu rencontrer l’auteur au salon du livre qui est aussi sympathique que ses romans.

Romain Puértolas et moi-même sans retouches ;-)
Romain Puértolas et moi-même sans retouches 😉

Mes avis sur ses deux premiers romans :
l'extraordinaire voyage du fakir la petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour eiffel

C’est également le 4eme livre que je lis le cadre des 1% de la rentrée littéraire organisé par Sophie alias Hérisson
logo2015

Contemporains

Le silence des bombes, Jason Hewitt (2015)

Un huis-clos sur le thème de la seconde guerre mondiale

Le silence des bombes jason hewittLe silence des bombes est le 3eme roman de la rentrée littéraire 2015 que je lis. Je n’avais pas prévu de le lire mais je me suis laissée tenter par l’histoire.
Il s’agit d’un huis-clos (enfin pas dès le début mais presque). Lydia une collégienne anglaise, a été envoyé au pays de galles pour être en sécurité. Elle n’apprécie pas être là-bas et décide de rentrer chez elle. Malheureusement, arrivée dans son village, elle se rend compte que tous les habitants ont déserté les lieux. Elle décide d’attendre l’hypothétique retour de sa mère. Force est de constaté au fil des jours, qu’elle ne reviendra pas.
Peu de temps après son arrivée, Un soldat (Heiden) va entrer dans sa maison et en faire son repère. Il porte un uniforme Anglais mais son accent le trahira, il est allemand. Pourquoi cet allemand est-il ici? Sont-ils en train de les envahir? De son côté Heiden se pose également des questions à propos de la filette.
De nombreuses analepses (flashback) nous font découvrir l’histoire de ces deux personnages. 

J’ai bien aimé cette lecture même si le thème n’a rien de nouveau : la seconde guerre mondiale. Un thème exploité à maintes reprises et pas toujours avec très bon goûts… Dans ce roman, il n’est pas question des atrocités de la guerre mais plus des relations humaines en temps de guerre. Jason Hewitt mise sur les sentiments amoureux et familiaux, et c’est un pari gagné. Le style de l’auteur est très poétique et doux. Bien sûr il s’agit d’une traduction donc bravo au traducteur Patrick Imbert. Ces deux personnages lui permettent de montrer deux points de vues très différents. Celui d’une enfant mais également celui d’un homme qui est devenu soldat par la force des choses et qui s’interroge sur cette guerre. Un soldat qui a également des souffrances alors qu’il est considéré comme un méchant par la fillette, un ennemi.

Le roman m’a fait penser à « La petite fille qui aimait la lumière » de cyril Massarotto. Ce n’est pas le même sujet mais c’est également une histoire entre un adulte et une filette. On y retrouve un peu la même ambiance, la même nostalgie du temps où l’on pouvait sortir et être insouciant. Je dois dire que si je devais conseiller un des deux romans, je recommande plutôt la petite fille qui aimait la lumière. J’ai trouvé ce livre magnifique.
Le silence des bombes est également un beau livre mais peut être un peu plus banal.

J’ai lu ce livre dans le cadre des 1% de la rentrée littéraire organisé par Sophie alias Hérisson

logo2015

Coups de coeur·Feel-Good

La balade des pas perdus, Brooke Davis (à paraître éditions Fleuve le 8 octobre 2015)

La pépite australienne de cette rentrée littéraire

1540-1

Millie a 7 ans et demi, l’âge où nous prenons conscience que nous sommes mortels. Depuis qu’elle a découvert sa première chose morte, elle les consigne toutes dans un carnet. Rambo son chien fût sa première chose morte. Malheureusement la 28 eme pour Millie, fût son Papa.
Un jour, la maman de Millie l’accompagne dans un centre commercial. Elle lui demande de l’attendre. La petite fille obéissante ne se doute pas que sa mère ne reviendra jamais la chercher.

Karl était dactylo, maintenant il n’est plus qu’un vieu dont tout le monde se fout. Pas encore mort mais plus très en vie. Sa rencontre avec Millie va le faire se sentir à nouveau vivant.

Agatha vit cloîtrée dans sa maison depuis la mort de son mari. Les jours se suivent et la vieille dame effectue les mêmes gestes toujours aux mêmes heures. Elle ne sort plus de chez elle. Son plaisir : écrire des lettres de réclamation et critiquer les faits et gestes de ses voisins et gens qui passent. Elle leur crie dessus depuis sa fenêtre.

Le hasard va mettre en relation ces trois personnalités et ensemble, ils vont partir dans un road-trip des plus rocambolesque.Un roman qui interroge le lecteur sur la mort, la vieillesse et le deuil. Brooke Davis évoque ces sujets difficiles avec humour mais non sans émotion. Une réussite puisque le lecteur se délecte de ses aventures de la première à la dernière page. La seule critique, le voyage est bien trop court, on en reprendrait bien encore pour quelques kilomètres avec cette improbable famille de cœur.

à mi-chemin entre Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, Little miss sunshine ou encore Forest Gump, Millie Bird du haut de ses sept ans à déjà tout d’une grande. Un personnage qui à coup sur va faire parler de lui.

Un gros coup de coeur pour ce roman qui je l’espère vous enchantera autant qu’il m’a enchanté.

Je tiens à remercier chaudement Alix de Roaldès des Editions Fleuve pour cet envoi.

milliebird

karl-agatha

C’est le 2eme roman que je lis dans le cadre du Challenge 1% de la rentrée littéraire et le tout premier coup de coeur.

logo2015

Contemporains

Méfiez-vous des femmes exceptionnelles, Claire Delannoy (2015)

Un roman sur l’amitié et la liberté des femmes

9782226317360gLe personnage principal Diane, vient de perdre son mari avec qui elle entretenait une étrange relation. Chacun vivait des expériences séparés et ne se retrouvaient que de temps en temps avec pour accord de ne jamais se parler des autres partenaires pour préserver leur liberté.
Au début de ce roman, nous faisons donc la rencontre d’une Diane a côté de ses pompes nostalgique de ses expériences passées. Lors des funérailles, elle découvrira que Régis (son mari) lui a laissé un ultime secret.
Elle trouvera alors du réconfort auprès de ses amies : Diane , Chris, Nour, Sofia et Marie. Elles se sont rencontrées quand elles avaient vingt ans aux Beaux-arts. Chacune a pris un chemin différent autant professionnellement que géographiquement mais leur amitié a subsisté à la distance, aux assauts du temps et des non-dits. Ce roman est le témoignage de ces amitiés et des liens complexes qui unissent toutes ces femmes entre elles. Une incursion au coeur des vies de ces femmes chacune exceptionnelle à sa façon. Des femmes très différentes mais unis par une amitié indéfectible.

Un roman sur la complexité des relations humaines que ce soit familiales, amoureuses, amicales ou encore professionnelles. Des tranches des vies, des reflets d’existences singulières, portraits de femmes.

Méfiez-vous des femmes exceptionnelles est le premier roman de Claire Delannoy que je lis. Elle a reçu le prix Goncourt du premier roman pour La guerre, l’Amérique. Elle est également l’auteur de La conquête de l’Est, Remember me et d’un essai : Lettre à un jeune écrivain

J’ai lu ce livre dans le cadre du Challenge 1% de la rentrée littéraire 2015. C’est ma première lecture de la rentrée littéraire et j’ai beaucoup apprécié ce roman.

logo2015