Coups de coeur·Romans historiques·Saga familiale

Un goût de cannelle et d’espoir, Sarah Mccoy (2014)

Mon dernier coup de coeur de 2017 !

un goût de cannelle et d'espoir Sarah MccoyUne fois ouvert, impossible de lâcher « Un goût de cannelle et d’espoir ». Un livre plein de drames, mais également lumineux et plein d’espoir. Dans ce roman, nous suivons le quotidien d’une famille Allemande en 1944 et plus particulièrement celui de la fille cadette de la famille : Elsie Schmidt.

Le point de départ de ce livre est la rencontre en 2008 de Reba Addams journaliste et Elsie Schmidt qui tient désormais une boulangerie Allemande dans la ville d’el Passo au Texas.
C’est à reculons que Reba Adams vient interviewer Elsie Schmidt pour un article sur le thème de Noël dans les différents pays du monde. Dès les premières minutes, la jeune femme est déstabilisée par Elsie qui l’interroge à sa place. En effet, Reba porte une bague de fiançailles en collier autour du cou. Son compagnon Rikki vient de la demander en mariage, mais la jeune femme refuse de porter sa bague de fiançailles car elle est pleine de doutes.
Au fil des pages, vous découvrirez l’histoire d’Elsie et de sa famille, celui de Reba Adams mais également l’histoire de Rikki (le fiancé de Reba), immigré mexicain et garde-frontière. 

J’ai beaucoup aimé ce livre pour de nombreuses raisons. J’aime beaucoup les histoires de femmes, et celle-ci en est une magnifique. J’adore également les sagas-familiales. J’ai appris des choses que j’ignorais sur l’Allemagne nazie. Par exemple l’existence des lebensborn (pouponnière pour créer des enfants Aryens) et le fait que les enfants qui ne correspondaient pas aux critères de la race Aryenne étaient tués. L’auteur inclut dans son récit des lettres entre les deux soeurs Hazel et Elsie Schmidt qui permettent d’avoir différents points de vue.

L’auteur fait un parallèle entre passé et présent qui est très intéressant et apporte de la force à son récit. Elle traite de la question de l’immigration clandestine aux états-unis par l’intermédiaire de Rikki. Un personnage qui est tiraillé entre ses origines mexicaines et son emploi de garde-frontière et qui nous livre de nombreux passages très touchant.

Ce roman est un gros coup de coeur !

enorme-coup-de-coeur

Contemporains·Coups de coeur

La femme de nos vies, Didier Van Cauwelaert (2013)

Un Roman Sympa sur un Sujet un peu moins Sympa

la femme de nos vies didier van cauwelaertGenre littéraire : Roman Contemporain

Thèmes abordés : Nazisme, Nazis, Hitler, Amour, Amitié, image, réputation

Histoire : Sous l’allemagne nazi, Jurgen Bolt est un enfant qui n’a pas su trouvé sa place au sein de sa famille. Il est vite catalogué d’attardé mental par ceux-ci. Cet incapable va tout de même se révéler utile à la famille quand celle-ci le vendra aux nazis. Il partira donc dans un camps en compagnie d’autres malades mentaux, juifs et épileptiques.

C’est dans ce camp qu’il rencontrera David Rosfeld, juif et fils d’une brillante chercheuse. David est vite repéré par une femme Ilsa Schaffner qui crée une école de surdoués. David ne voulant pas révéler les théories de sa mère demandera à son ami Jurgen Bolt de prendre sa place. Le plan marchera à la perfection.

L’action principale du livre, se situe à notre époque. Le récit est mené à la première personne par David Rosfeld. Il raconte les évènements à la petite-fille d’Ilsa Schaffner.

Mon avis : Depuis quelques temps, j’avais comme une panne de lecture. J’ouvrais des livres, je lisais quelques lignes sans parvenir à les  lire réellement. Heureusement pour remédier à ce fléau qui aurait pu signer l’arrêt de mort de mon modeste blog, j’ai rencontré le nouveau livre de Didier Van Cauwelaert, de loin et devant tous, mon auteur préféré ! ! !

Je dois dire que j’ai adoré. Comme toujours j’ai pris plaisir à rencontrer ces personnages. Je dois avouer que quand j’ai su que ce livre traitait de l’Allemagne Nazi, je n’étais pas très fan. Ce n’est pas le genre d’histoire qui me passionne et j’ai toujours eu du mal à comprendre les gens qui sont fascinés par les chambres à gaz, déportation et camps de concentration. Je trouve ça un peu malsain comme passion. Je sais qu’il ne faut pas oublier mais de là à se passionner pour un événement si horrible.

Pourquoi ai-je adoré ? Tout d’abord parce que c’est surprenant et inattendu. On sait d’où on part mais on ne sait pas trop où l’on va. C’est une aventure. Il y a toute une palette d’émotions et de sentiments, la tristesse,la haine, la joie, l’amour et l’amitié. Le sujet est bien traité. Toujours le même style et le même humour. J’adore et j’en redemande !

Note sur l’échelle livresque : 9/10 coup de coeur

En lisant ce livre j’ai pensé : que j’aimais toujours autant Didier Van Cauwelaert