Contemporains·Romance

Le caveau de famille, Katarina Mazeratti suite du mec de la tombe d’à côté (2011)

Un second opus qui tombe à plat

Genre littéraire : roman

Thèmes abordés : amour, enfants, agriculture, différences culturelles

Histoire : Il s’agit de la suite du roman Le mec de la tombe d’à côté . La fin de ce dernier était particulièrement troublante, nous reprenons donc la suite des évènements. Si vous n’avez pas encore lu le mec de la tombe d’à côté, vous pouvez lire mon billet ici.

Mon avis : Mon avis est très mitigé, pour ne pas dire assez négatif. En effet,  ce livre partait sur des chapeaux de roues mais ne m’a pas convaincu. Le sujet était très prometteur et m’intéressait particulièrement mais le feu n’a pas pris. Vous savez, ce petit feu qu’est l’amour. Je trouve cette histoire grotesque. je ne comprends absolument pas les points de vues des personnages que ce soit celui de benny ou de notre chère bibliothécaire.

J’ai trouvé cette histoire peu réaliste. Je n’ai pas compris pourquoi ces deux êtres s’acharnaient à rester ensemble alors qu’ils n’étaient pas heureux. En tout cas, c’est l’impression que donne l’auteur. Je n’ai pas ressentie d’amour entre ces deux êtres, du coup j’ai eu beaucoup de mal à continuer ma lecture. Pourtant ils sont liés l’un à l’autre, mais je ne comprends pas leur relation. c’est surement du désir mais les trois quarts du temps, ils ne peuvent pas se supporter. J’en suis même arrivée à détester aussi bien désirée que Benny. Si c’est un choix ou un but de l’auteur, je pense que ce livre est très réussi.

Je n’aime pas beaucoup les histoires fades et tristes. Ce n’est  pas un livre optimiste. Il y a des scènes particulièrement choquantes et tristes. J’ai bien évidement été émue et touchée, on ne peut pas rester insensible face  à de tels évènements.  Je suis donc très déçue de cette lecture. Y-aura-t-il un troisième opus ? en tout-cas ce sera sans moi.

Ce livre s’adresse : à ceux qui ont déjà lu le premier

Note sur l’échelle Livresque : 3/10

Ce que les autres blogueurs en pensent :

Passion de lecteur

Sur la route de Jostein

En lisant ce livre j’ai pensé : je ne vais pas le finir ! mais si, je l’ai fait. j’étais contente de le refermer mais pas pour de bonnes raisons.

Contemporains·Romance

Le mec de la tombe d’a côté, Katarina Mazetti (2009)

L’amour au cimetière 

Genre littéraire : Roman

Thèmes abordés : Deuil, Amour, Différence culturelle

Histoire : Elle est bibliothécaire, il est agriculteur. Leur point commun : ils sont voisins de cimetière. Il ne sont pas morts, ils rendent visite. Sa tombe à elle est un carré de granit, sans fioritures, ni fleurs. Lui entretient une véritable pépinière. Deux êtres que tout oppose vont finir par se rencontrer.

Mon avis : Au début je n’accrochais pas trop puis je me suis attachée à cet agriculteur, c’est étrange puisque je rêve d’être bibliothécaire mais je me suis toujours sentie plus proche de Benny (l’agriculteur). Peut être parce que c’est un homme simple. J’ai trouvé que c’était parfois trop cliché. L’agriculteur qui veut une femme qui puisse le seconder à la ferme, qui travaille à mi-temps pour l’aider, qui sache faire des boulettes de viandes…
C’est le seul petit reproche que je peux faire, justement les clichés… mais c’est quand même très vrai. Les gens qui ont des diplomes ont tendance à considérer les gens qui n’en ont pas comme des idiots. Si tu choisis un travail manuel en quelque sorte c’est que tu n’as pas su réussir tes études. Ce côté est contre-caré à une partie du livre lorsqu’elle découvre les bulletins de notes de Benny qui s’avèrent être excellents. Celle-ci trouve que c’est du gachi, qu’il devrait reprendre des études. Elle ne peut imaginer que Benny ai choisi ce métier par amour pour celui-ci…

L’amour sera t-il plus fort que les différences ? Lisez et vous saurez 🙂 En tout cas, j’ai adoré la fin

Note sur l’échelle livresque : 7/10

Ce que les autres blogueurs en pensent :

Je ne sais pas choisir

S.ecriture 

Ce livre s’adresse : plutôt aux filles bien qu’il puisse être lu par un mec

En lisant ce livre j’ai pensé : ça m’a fait penser à l’émission l’amour est dans le près (veuillez excuser mes références un peu limite… ahah)