Contemporains·Coups de coeur·Romance

Le bruit des pages, Livia Meinzolt (2019)

Le bruit des pages de Livia Meinzolt est un délicieux roman d’une maison d’édition que j’apprécie beaucoup : Les éditions Charleston et d’une délicieuse auteur qui je l’espère produira de nombreux autres romans dans la même veine. Livia Meinzolt a remporté le Prix du livre romantique en 2019 et c’est plus que mérité car ce livre est pour moi un chef d’oeuvre. J’ai adoré le découvrir car il aborde des sujets que j’apprécie. Tout d’abord l’héroïne hérite d’une librairie et plus particulièrement d’un mystérieux tableau dont elle ne doit en aucun cas se séparer. Ce mystérieux tableau, va faire naître en notre héroïne une histoire, elle va se mettre à écrire l’histoire de la jeune femme du tableau.
Au fil des pages, le lecteur découvre l’histoire qu’elle est en train d’écrire et peu à peu va se rendre compte que cette histoire empiète sur sa vie réelle. Je ne veux pas vous gâcher le suspense, je vous laisse donc découvrir cette magnifique histoire qui va vous emporter très loin.
Un roman qui m’a fait penser à mon livre préféré : « le portrait de Dorian Gray » d’Oscar Wilde. Nous ne retrouvons pas tellement ici les mêmes thèmes, mais il y a quelque chose qui m’a fait penser à ce chef d’oeuvre. J’ai beaucoup aimé le côté Mystique du bruit des pages. Et bien sûr, l’histoire d’amour bouleversante qui m’a fait penser à Bright star, le film de Jane Campion. (d’ailleurs il me semble que l’auteur cite ce film dans son ouvrage.) Si vous ne l’avez pas vu, prévoyez des tonnes de mouchoirs !!

J’ai beaucoup aimé les références à la Russie, je ne suis pas une spécialiste, mais ce roman m’a donné envie de découvrir les nombreuses oeuvres citées. Une belle lecture et un énorme coup de coeur pour ce beau roman romantique et mystique !

Aventure

Norilsk, Caryl Ferey

norilskDepuis l’année dernière, je participe au prix littéraire « Terres d’ailleurs » organisé par l’association Délires d’encre et parrainé par la société des Explorateurs Français en partenariat avec le Muséum de Toulouse. Norilsk est le premier livre que je lis de la sélection 2018.

Caryl Ferey, voyageur et auteur de polar, nous ouvre les portes de la cité minière de Norilsk. Il nous offre ici, un récit de voyage qui se lit comme un roman. Il visite ce coin de sibérie en compagnie de son compagnon de voyage préféré « la bête ». Un homme étrange mi-bête, mi pirate, un peu boulet sur les bords qui perd son passeport avant de partir et qui manque de le perdre en voyage.
En compagnie de Bambi, Leur guide, une jeune et belle russe, Caryl Ferey nous dresse le portrait attachant et plein d’humanité des habitants de cette ville pourtant horrible.

Quand Caryl Ferey discute de ce projet avec ses éditrices, nous comprenons qu’il n’est pas emballé. D’ailleurs il y a de quoi, quand on voit ce qui l’attend et surtout ce qu’on s’imagine de Norilsk, ancien goulag et nouveau eldorado des oligarques Russes. Un enfer moderne, avec des conditions de travail insoutenables à la mine. C’est au bar, que Caryl Ferey et la bête, ferons des rencontres et partageront la vie de ses personnes qui vivent dans des conditions terribles, mais qui finalement nous ressemblent plus que ce que nous imaginons.
Une lecture intéréssante sur un sujet qui pourtant ne me tentait pas tant que ça. J’ai bien aimé que Caryl Ferey, nous livre des anecdotes sur sa manière d’écrire ainsi que des détails sur ses précédents écrits. Un livre qui donne envie de découvrir cet auteur que je n’avais encore jamais lu.