Coups de coeur·Mangas/Manhwa

Le maître des livres Tome 6,Umiharu Shinohara (2014)

Le maître des livres : toujours aussi sympathique.

2017-01-08-18.10.13.jpg.jpegDans ce tome nous en apprenons un peu plus sur le passé de Mikoshiba, notre bibliothécaire taciturne préféré. Il y a tout un passage consacré à la « nullité » en cuisine. Je me suis beaucoup reconnue là-dedans, moi qui un jour avais tenté de faire des cupcakes et lorsque mes amies étaient arrivées, l’une s’était exclamé : « oh super tu as fait des panacottas, j’adore ça. » Imaginez un peu combien les Cupcakes étaient ratés… Si seulement, ça n’avait été qu’en apparence 😉 hihi, enfin ça fait des anecdotes marrantes à raconter sur le blog. Je suis vraiment une quiche en cuisine. J’ai bien aimé car il y a une référence au « quatre filles du docteur March », un de mes livres préférés. D’ailleurs, je l’ai relu et je compte vous en parler bientôt ! le passage en question est celui ou Meg prépare un déjeuner pour sa mère mais que rien n’est mangeable ou buvable. J’ai donc encore passé un très bon moment de lecture avec ce tome 6. j’ai hâte de lire la suite qui m’attend sagement dans ma bibliothèque.

Pour ceux qui ne connaitraient pas encore cette formidable série, je vous conseille de lire mon billet à propos du premier tome par ici. Bonne lecture à vous et à bientôt !

enorme-coup-de-coeur

Coups de coeur·Mangas/Manhwa

Coelacanth tome 1, de Kayoko Shimotsuki (2012)

Un manga follement palpitant !

coelacanth-1-soleilPour être tout à fait franche, j’ai pris ce manga sans grande conviction. Tous les lundi, je participe à un club lecture avec les élèves (oui je suis Madame CDI). Je me suis dit qu’un manga serait vite lu et que je pourrais échanger avec eux, parce qu’ils aiment beaucoup les BD et les mangas.
La 4eme de couverture ne m’a pas plus inspirée que l’image de couverture… Je trouvais ça trop nostalgique, voir fleur-bleue.
Pourtant une petite voix m’a dit EMPRUNTE-MOI, EMPRUNTE-MOI !  (oui les livres me parlent !) Grand bien m’en a pris ! J’ai adoré. 

Une couverture plutôt romantique pour un manga très sombre.
C’est un manga qui mêle enquête policière et drame avec une toute petite pointe de romance.

De quoi ça parle ? Hisano est déléguée de classe avec Kentâro. Un prof de maths M. Mogi est décédé. Apparemment, il aurait été assassiné. La police vient mener l’enquête au lycée. Ils interrogent les élèves. 
Parallèlement, un fantôme du passé d’Hisano refait surface. En effet 10 ans plus tôt et en rentrant de l’école, elle a été renversé par un garçon à vélo couvert de sang. Son immeuble a explosé, elle a échappé au drame grâce à cet accident. Le garçon a laissé tombé une pierre précieuse. La fillette la garde précieusement comme porte-bonheur. 
 Un soir, en sortant du lycée. Elle s’abrite dans une cabine téléphonique, un homme l’interpelle, il veut téléphoner. Celui-ci n’a qu’un billet de 10 000 yens. Il demande de la monnaie à la jeune-fille. Celle-ci n’a qu’un billet de 1 000 yens. Il souhaite échanger son billet de 10 000 yens contre celui de 1000 et prétend que ce n’est pas grave. La jeune fille insiste pour lui rendre son billet et fait tomber son sac. Un poudrier en forme de poisson tombe par-terre. Il manque une pierre précieuse. Le jeune-fille sort sa pierre porte-bonheur, celle-ci s’emboîte parfaitement dans le trou.

Les dessins sont simples et efficaces. Je me suis attaché au personnage principal qu’est Hisano. Une jeune fille qui en a bavé et qui parle avec un mouton imaginaire. Elle est pourtant très lucide, très réaliste, très adulte pour son jeune age. J’ai également beaucoup aimé le personnage masculin, j’ai hâte d’en apprendre d’avantage à son sujet.
les deux histoires parallèles sont très prenante. j’ai hâte de lire la suite. Si le tome 2 est aussi prenant que ce premier volet, coelacanth sera surement une très belle série à suivre ! 

Note sur l’échelle livresque : 10/10 COUP DE COEUR