Contemporains

L’appel de Portobello road, Jérôme Attal (2017)

l'appel de portobello road Jérôme attalJe ne connaissais pas du tout cet auteur, j’ai été intrigué par la quatrième de couverture qui me rappelait un peu « quelqu’un a qui parler » que j’ai beaucoup aimé.
En pleine nuit Ethan reçoit un coup de fil de ses parents décédés depuis deux ans. sa mère lui dit : « Dis à ta soeur qu’on pense à elle tous les jours », le problème c’est qu’Ethan n’a pas de soeur. Ethan se questionne donc (très peu quand même) sur celle-ci et part à sa recherche.

J’ai beaucoup aimé ce livre, je l’ai lu en une soirée. J’ai bien aimé le style de Jérôme Attal et je suis sûre que cet auteur recroisera ma route. J’ai bien aimé le fait que celui-ci nous ammène un peu partout sauf là où on veut aller. C’est à dire en savoir plus sur ses parents, comment ont-ils pu lui cacher l’existence d’une soeur. Finalement, il ne se pose pas plus de questions sur ce mystérieux appel et également sur cette soeur. Il décide plutôt de partir à sa recherche. J’ai adoré le côté surprenant de ce livre où l’on ne trouve finalement rien de ce qu’on attend mais qui nous promène dans un univers sympathique avec des personnages attachants. Il y a de nombreuses références au monde de la musique et au rock. Ethan est un compositeur de musique râté qui n’a composé qu’une musique connue, celle d’un jingle météo pour une chaîne cablée. Un coup de coeur pour ce roman.

Jérôme Attal est également chanteur et  parolier

coup de coeur

Contemporains

Danser au bord de l’abîme, Grégoire Delacourt (2017)

danser au bord de l'abîme

Après avoir beaucoup aimé La première chose qu’on regarde, je me suis lancée dans la lecture de Danser au bord de l’abîme, le petit dernier De Grégoire Delacourt.

L’auteur dresse le portrait d’une femme qui est heureuse dans la vie et qui aime son mari et ses enfants mais qui un beau jour a un coup de foudre pour un homme dans une brasserie.

Un roman qui fait se poser des questions sur l’amour et le désir. L’auteur nous livre une vision des choses. J’ai apprécié son point de vue. Il met en scène un personnage féminin et est très juste dans ses propos. Le regard des autres vis à vis des femmes et le fait qu’elles soient toujours durement jugées quand elles décident de quitter leur mari. Un homme ne subit pas ce genre de comportement ou avec moins de violence. La mère de l’héroïne est très dure avec sa fille. Les enfants ne comprennent pas non plus le départ de leur mère malgré les explications. J’ai eu de la peine pour cette femme mais également pour le fait qu’on pardonne plus facilement les écarts d’un homme que ceux d’une femme. Peu après son départ son mari se met en couple avec une jeune femme et ne subit pas autant de commentaire.

J’ai beaucoup aimé la première partie de ce livre, un peu moins la seconde (un peu comme ce fût le cas pour « la première chose qu’on regarde ».) J’ai eu du mal à me remettre du choc. Si vous le lisez, ou l’avez lu, vous comprendrez. Préparez les mouchoirs. Et pas juste un paquet !