Feel-Good

Même les méchants rêvent d’amour, Anne-Gaëlle Huon (2019)

Cet été, j’ai découvert la plume d’Anne-Gaëlle Huon avec Même les méchants rêvent d’amour. Tout un programme si on se fie au titre 🙂 et j’ai adoré !

Jeannine 80 ans commence a perdre la mémoire, elle décide de rédiger son histoire dans un carnet pour ne pas perdre pied. Un carnet destiné à sa petite fille Julia pour lui révéler sa vie passé. Au fil des pages la jeune-femme se retrouve propulsé des années en arrière dans la vie de sa grand-mère. Julia, va découvrir Jeannine sous un autre jour car sa grand-mère a vécu toute sa vie en gardant un secret.
Au fil des pages, vous découvrirez le quotidien d’une maison de retraite avec des pensionnaires très attachants. Une mamie qui tricote des bonnets aux résidents avec pour chacun une citation à l’intérieur, comme les biscuits de la chance chinois. Un animateur qui met tout en oeuvre pour que les pensionnaires se sentent bien. Une maison de retraite où il fait bon vivre.

J’ai adoré l’ambiance de ce livre, un vrai roman Feel-good dans lequel on se sent bien. Au fil des pages de son carnet, Jeannine nous livre des listes savoureuses de ses petits bonheurs. C’est également un roman qui prend au coeur car dans le temps, la vie n’était pas si simple pour les femmes et on ne choisissait pas son destin. Une petite piqûre de rappel qui fait du bien et qui prouve que maintenant, c’est quand même mieux.

Feel-Good

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, Raphaëlle Giordano (2015)

Ce livre m’a été offert par une amie pour mon anniversaire. MERCI Léa !

J’en avais bien sûr beaucoup entendu parlé et n’étant pas trop fan du développement personnel, ce titre ne m’intéressait pas plus que ça. J’ai organisé un Apéro littéraire Feel-good à la Médiathèque et une lectrice a présenté ce livre. Je traversais une période compliquée au boulot et cette lecture tombait donc à Pic pour me remonter le moral ! L’histoire est simple : une jeune femme a tout pour être heureuse, un job, un mari et un fils. Malheureusement elle n’est pas épanouie dans sa vie. Elle souffre de routinite. Un routinologue va la prendre en charge, et l’aider à améliorer son quotidien.

Ce livre est donc un petit manuel d’optimisme, une bouffée d’air frais qui donne envie de voir la vie du bon côté. Vous aussi oubliez le cercle vicieux et découvrez le cercle vertueux. C’est tout un tas de concepts et d’idées pour rendre sa vie plus joyeuse, pour aider à voir le bon côté des choses. Alors oui, je pourrais reprocher tout un tas de chose à l’histoire, mais je ne le ferai pas car j’ai passé un excellent moment. Je n’ai peut être pas retenu tous les bons conseils et je ne suis pas forcément d’accord avec tout, mais j’ai puisé ce qui m’intéressait.

Je ne peux que vous conseiller ce livre si vous aussi vous avez l’impression de vous enlisez dans votre routine. C’est un livre à garder près de soi en cas de coup dur. Un petit remède littéraire.

Je remercie chaleureusement l’auteur de partager son expérience et de rendre accessible ces informations aux allergiques du développement personnel de mon espèce 🙂

Comme je le dis souvent, y’a que les cons qui changent pas d’avis. C’est pas très poétique, mais tellement vrai.

Coups de coeur·Feel-Good

La vie rêvée des chaussettes orphelines, Marie Vareille (2019)

Vous le savez déjà Marie Vareille et moi, c’est le coup de foudre ! Une magnifique histoire d’amour qui a débuté en 2015. Depuis Marie Vareille a la gentillesse de me faire parvenir ses livres, toujours avec une petite dédicace qui fait chaud au coeur. J’ai reçu la vie rêvée des chaussettes orphelines en Juin, je l’ai lu ou plutôt devrais-je dire : dévoré livrovore que je suis. Enfin, prise de scrupules, j’ai glissé un marque-page 100 pages avant la fin parce que quand même, ça ne se fait pas de ne pas déguster. Et puis, et puis, je voulais trop savoir, alors j’ai tout lu et j’ai adoré.

La vie rêvée des chaussettes orphelines, c’est l’histoire d’Alice, une jeune Franco-Américaine qui suite à des évènements dramatiques qui nous échappent retourne vivre en France à Paris après des années passées en Amérique. Au début du roman, nous assistons à son installation à Paris et à son embauche dans une start-up qui ne l’inspire guère qui se propose de réunir les chaussettes orphelines. Vous savez, ces chaussettes qui disparaissent mystérieusement et qui se retrouvent désespérément seules. Alice a un loyer à payer et ne croule pas sous les propositions d’embauche, elle accepte donc cette offre insolite sans trop croire en l’avenir de cette entreprise.

Des années plus tôt, suite à une visite chez son psychologue, Alice se met à rédiger un journal. J’ai bien rigolé car elle donne à son journal le nom de Bruce Willis. ça m’a fait penser à Il est grand temps de rallumer les étoiles de Virginie Grimaldi avec la petite fille qui appelle son journal Marcel. Lu plus récent, j’ai également pensé à Ciao Bella. Et puis bien sûr comment ne pas citer mon préféré de tous : Le journal de Bridget Jones.
Ce journal nous apporte des précisions sur le présent et nous permet peu à peu de comprendre pourquoi Alice a quitté précipitamment l’Amérique.
Dans ce roman, il y a bien sûr de l’humour à toutes les pages, mais un suspense haletant. Ce n’est pas seulement une comédie romantique ou un roman feel-good, mais bien un roman à suspense. Une fois ouvert impossible de le fermer c’est un Page-Turner (ou devrais-je dire un accrolivre)
Merci pour ce livre qui se lit tout seul et fait passer par toutes une palette d’émotions.

Coups de coeur·Feel-Good

Ciao Bella, Serena Giulliano

Attention mesdames et messieurs Gros coup de coeur pour Ciao Bella ! un roman écrit comme on parle qui fait du bien et en même temps traite de sujets qui fâchent tel que le racisme ou encore la pression que subissent les femmes et plus particulièrement les mamans.

Anna est enceinte de son deuxième enfant, son premier accouchement ne s’est pas très bien passé, son enfant est née prématurément. La jeune-femme est donc angoissée à l’idée de donner naissance à nouveau. Elle décide donc de consulter une psychologue.
Et si toute ses peurs remontaient à son enfance. Petit à petit, vous ferez connaissance avec la femme qu’elle est devenue et l’enfant qu’elle a été. L’italie qu’elle a quitté enfant et sa nouvelle vie en France.
J’ai beaucoup aimé cette histoire, car je me suis reconnue dans ce personnage de mère et de femme. Certains passages sont très drôles, j’en ai même relu certains en pouffant de rire tellement c’est criant de vérité. Un portrait de femme qui prouve que même si nous ne sommes pas des Wonderwoman et des mères parfaites, nous pouvons très bien vivre une vie pleine de bonheur en apprenant à appréhender nos peurs et à lâcher prise.

Feel-Good·Humour

Le vieux qui voulait sauver le monde, Jonas Jonasson (2018)

Le vieux est de retour pour vous jouer un mauvais tour. J’avais eu un gros coup de coeur pour le premier Opus de Jonas Jonasson, « Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire« . C’est donc avec grand plaisir que j’ai retrouvé ce bon vieux Allan qui découvre les joies de l’internet par l’intermédiaire d’une tablette offerte par le directeur de l’Hotel dans lequel il résidait à Bali avec son fidèle partenaire Julius, roi des magouilles. Généreux cadeaux pour remercier ses précieux clients qui ne vont pas tarder à se faire la malle sans régler leur facture à bord d’une montgolfière. Malheureusement, comme dans le premier tome, tout ne va pas se passer exactement comme prévu, et Allan va encore avoir rendez-vous avec l’Histoire avec un grand H. Il va rencontrer Kim Jong-un et bien d’autres, pour le meilleur et pour le rire!

Le vieux qui voulait sauver le monde est tout aussi jubilatoire que le tome 1. Un roman qui se dévore de la première à la dernière page.

Contemporains·Coups de coeur·Feel-Good

La personne de confiance, Didier Van Cauwelaert (2019)

Didier Van Cauwelaert est l’auteur qui m’a fait aimer lire. Enfin pas exactement quand même, mais je pense que si Didier Van Cauwelaert n’existait pas, je ne serais jamais devenue bibliothécaire t je n’aurais jamais eu envie d’écrire un roman. Il y a des gens qui aiment lire parce qu’ils ont lu des grands auteurs et des grands classiques, moi je suis ravie de dire que j’aime lire car j’ai connu Didier. Il met du merveilleux dans le banal. Il rend la vie plus belle et c’est justement ce que je m’applique à faire tous les jours, même quand je sors les poubelles, j’ai le sourire aux lèvres.
Il fait partie de ceux que Mathias Malzieu appelle les surprisiers, des personnes qui mettent du merveilleux dans leur vie chaque jour. Les personnages de romans de Didier Van Cauwelaert sont souvent des héros ordinaires à qui il arrive une chose extraordinaire, une rencontre ou un évènement qui va changer leur vie. Dans la Personne de confiance, l’anti-héro, c’est Max, un grutier de banlieue qui va embarqué la vieille bretonne des biscuits l’amor. Une rencontre qui va changer la vie du jeune-homme et de la vieille dame.

J’ai beaucoup aimé ce livre que bien sûr j’ai dévoré, livrovore que je suis ! Comme toujours, ce livre est plein d’humour, mais également de sentiments, d’histoires de famille croustillantes et d’histoires d’amour. Un livre à l’image de la vie, dure et qui ne fait pas de cadeaux, mais plus souvent belle et pleine de surprises à qui sait les saisir.

Feel-Good·Humour

Chère Mamie, Virginie Grimaldi (2018)

Un petit livre qui vous fera pouffer de rire. Une bouffée d’air pur dans ma journée. Un livre qui se déguste au petit dej’ avec un bon petit café, qui s’invite à midi après votre dessert et pourquoi se glisse avec vous sous la couette pour illuminer votre quotidien. Il peut se déguster au fil des saisons, une lettre par soir. En ce qui me concerne, j’ai fait la gloutonne, je l’ai boulotté. J’avais commencé à le lire, puis je l’avais sagement reposé sur son étagère comme une enfant prise en faute en train de manger des bonbons sans la permission. Je l’ai laissé sur son étagère. Il me regardait avec des yeux qui disaient : Mange-moi ! Mange-moi !
Et puis est arrivé le problème que tout lecteur redoute : la panne de lecture. Ce petit livre a donc sauvé ma vie de lectrice (et donc ce blog) je tiens donc à remercier Chaleureusement l’auteur pour cette bonne action.

Virginie Grimaldi a un taux d’auto-dérision beaucoup plus élevé que la moyenne. Elle aborde ses soucis toujours avec beaucoup de rigolade. Un livre qui vous apprendra à relativiser vous aussi. Finalement peut-être que chaque soir, nous devrions tous écrire à notre mamie. Notre vie n’en serait que plus belle. (Ou toujours plus drôle !)

En plus c’est pour une bonne cause. Le livre a été écrit par l’auteur sur les réseaux sociaux. Sa version papier a été publiée pour aider L’association CéKeDuBonheur qui aide les services pédiatriques à améliorer les conditions de vie des enfants séjournant à l’hôpital à travers de multiples actions. http://www.cekedubonheur.fr